Image de la semaine | 29/03/2021

Survoler les stratovolcans des Andes chiliennes du Sud

29/03/2021

Pierre Thomas

Laboratoire de Géologie de Lyon / ENS Lyon

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

Résumé

Alignement de volcans andins calco-alcalins liés à la subduction… mais avec parfois une exception alcaline.


Les volcans Descabezado Grande (à gauche, 3 953 m), et Cerro Azul (à droite, 3 788 m) photographiés par le hublot d'un avion d'une ligne aérienne intérieure chilienne

Figure 1. Les volcans Descabezado Grande (à gauche, 3 953 m), et Cerro Azul (à droite, 3 788 m) photographiés par le hublot d'un avion d'une ligne aérienne intérieure chilienne.

Une légère vapeur s'échappe du cratère du Descabezado Grande. La neige recouvrant le Cerro Azul est salie par des cendres. Ce sont deux stratovolcans alternant/mélangeant coulées de laves, cônes et niveaux de cendres, dômes, caldeira sommitale… avec des laves de la série calco-alcaline, allant des basaltes andésitiques aux rhyodacites. La dernière éruption du Descabezado Grande (autres que des fumerolles et des dégagements de vapeurs) date de 1933. La dernière éruption du Cerro Azul date de 1967. Environ 4 000 personnes habitent à moins de 30 km de ces volcans.

Localisation par fichier kmz du volcan Descabezado Grande et du volcan Cerro Azul.



Vue détaillée sur le Cerro Azul, Andes chiliennes

Vue d'ensemble éloignée des deux stratovolcans Descabezado Grande et Cerro Azul, Andes chiliennes

Figure 4. Vue d'ensemble éloignée des deux stratovolcans Descabezado Grande et Cerro Azul, Andes chiliennes.

On devine un certain nombre de volcans secondaires sur les flancs des deux volcans principaux. L'un de ces volcans secondaires particulièrement remarquable est situé à 13 km au Nord du cratère du Descabezado Grande : le volcan Mondaca. Ce volcan correspond à un dôme de dacite (à peine visible sur cette photo) qui a émis deux coulées de lave très visqueuse au XIXe siècle, coulées visibles à l'extrême gauche de la photo, et détaillées sur les deux photos suivantes.


Vue sur les volcans Descabezado Grande (à gauche) et Mondaca, Andes chiliennes

Figure 5. Vue sur les volcans Descabezado Grande (à gauche) et Mondaca, Andes chiliennes.

Le Mondaca est constitué d'un dôme de dacite (2 048 m) sorti à flanc de vallée ; il a émis deux coulées de lave dacitique très visqueuse, qui se sont écoulées dans les deux sens au fond d'une vallée, vers le l'Est (longueur 3,5 km) et vers le Nord-Ouest (longueur 7 km). L'éruption ayant émis dôme et coulées date de 1840.

Localisation par fichier kmz du volcan Mondaca.


Vue sur le Mondaca, constitué d'un dôme de dacite (2 048 m, au centre de la photo) sorti à flanc de vallée et de deux coulées de lave dacitique très visqueuse, qui se sont écoulées vers le l'Est et vers le Nord-Ouest

Figure 6. Vue sur le Mondaca, constitué d'un dôme de dacite (2 048 m, au centre de la photo) sorti à flanc de vallée et de deux coulées de lave dacitique très visqueuse, qui se sont écoulées vers le l'Est et vers le Nord-Ouest.

L'éruption ayant émis dôme et coulées date de 1840. Ce genre de dôme avec des coulées visqueuses s'en échappant sont assez rares, et j'ai regretté que l'avion ne les survole pas de plus près.

Localisation par fichier kmz du volcan Mondaca.



Quand on prend un vol intérieur depuis Santiago (la capitale du Chili) jusque vers l'une des villes du Sud chilien, on survole la Cordillère des Andes. J'ai fait un tel survol en février 2008 et j'ai bénéficié de plus de 1000 km de beau temps. J'en ai profité pour photographier de plus ou moins près, avec un éclairage plus ou moins bon, à travers un hublot assez sale… de nombreux stratovolcans. Ces stratovolcans alternent/mélangent coulées de laves, cônes, niveaux de cendres, dômes, caldeiras sommitales… En plus de ceux qui précèdent, voici donc treize autres stratovolcans plus ou moins complexes présentés par ordre de “rencontre”, du Nord au Sud. La majorité de ces volcans ont des laves de la série calco-alcaline, allant du basalte à la rhyolite en passant par l'andésite (la plus fréquente de ces laves) et la dacite. On est en effet dans une zone de subduction, les Andes, d'où vient d'ailleurs le nom d'andésite. Il y a une exception, le Lanin, qui appartient à la série alcaline et qui est là pour nous rappeler que la réalité est plus complexe que ce qu'on enseigne dans les lycées et les universités, cf. La province volcanique du Payun Matru (Argentine) : des volcans de subduction hors normes.

Nous ne raconterons pas l'histoire et la géologie de chacun de ces treize volcans. À chacun de faire ses propres “analyses d'images”. Pour trouver des renseignements sur chacun de ces volcans, on peut (1) soit accéder directement au Global Volcanism Program de la Smithonian Institution, (2) soit y accéder via un fichier kmz à télécharger localisant dans Google Earth les volcans holocènes et pléistocènes. Il suffit alors de cliquer sur le volcan voulu, puis de choisir sa rubrique parmi les 12 proposées, en particulier la rubrique “General information”. Pour chacun des volcans qui suivent, et sauf particularité notable, nous n'indiquerons, dans l'ordre, que : (1) son nom, (2) son altitude, (3) l'année de sa dernière éruption (DE), (4) le nombre d'habitants vivant à moins de 30 km, et (5) un kmz pour localiser le volcan sur Google Earth. Le nombre d'habitants vivant à proximité de ces volcans est une donnée importante, car ces volcans andins sont potentiellement émetteurs de nuées ardentes et autres coulées pyroclastiques (cf. L'éruption du Lascar (Chili), 19 avril 1993 : panaches pliniens et nuées ardentes). De plus, nombre de ces volcans sont recouverts de glaciers. Et les éruptions sous-glaciaires peuvent engendrer des lahars et autres coulées de boue, phénomènes volcaniques parmi les plus dangereux. Rappelons-nous l'éruption sous-glaciaire du Nevado del Ruiz en 1985 (Colombie), éruption qui a engendré des lahars, qui ont tué au moins 25 000 personnes.

Le double stratovolcan Nevados de Chillian, 3 180 m, DE 2021, 3 500 hab.

L'Antuco, 2 979 m, DE 1869, 3 800 hab.

Figure 9. L'Antuco, 2 979 m, DE 1869, 3 800 hab..

Localisation par fichier kmz du volcan Antuco.



Le Llaima, 3 125 m, DE 2009, 18 000 hab.

Figure 11. Le Llaima, 3 125 m, DE 2009, 18 000 hab..

Localisation par fichier kmz du volcan Llaima.


Le Llaima, 3 125 m, DE 2009, 18 000 hab.

Figure 12. Le Llaima, 3 125 m, DE 2009, 18 000 hab..

Localisation par fichier kmz du volcan Llaima.


Enneigé, le Villarrica, 2 847 m, DE 2021, 35 000 hab. et, en arrière-plan, (50 km plus à l'Est), le Lanin, 3 776 m, DE 560, 3 000 hab.

Figure 13. Enneigé, le Villarrica, 2 847 m, DE 2021, 35 000 hab. et, en arrière-plan, (50 km plus à l'Est), le Lanin, 3 776 m, DE 560, 3 000 hab..

Le Lanin, décalé vers l'Est par rapport au principal alignement de volcans, est le seul volcan non calco-alcalin parmi ceux montrés cette semaine. Il est constitué de basanite, basalte, trachyandésite, trachyte, téphrite… (série alcaline). La vue a été prise depuis le Nord-Ouest.

Localisation par fichier kmz du volcan Villarrica et du volcan Lanin.


Le Villarrica, 2 847 m, DE 2021, 35 000 hab.

Figure 14. Le Villarrica, 2 847 m, DE 2021, 35 000 hab..

Un léger panache de fumée est visible au sommet du volcan.

Localisation par fichier kmz du volcan Villarrica.


Au 1er plan, le Villarrica, 2 847 m, DE 2021, 35 000 hab. et, en arrière-plan, (50 km plus à l'Est), le Lanin, 3 776 m, DE 560, 3 000 hab.

Figure 15. Au 1er plan, le Villarrica, 2 847 m, DE 2021, 35 000 hab. et, en arrière-plan, (50 km plus à l'Est), le Lanin, 3 776 m, DE 560, 3 000 hab..

Le Lanin, décalé vers l'Est par rapport au principal alignement de volcans, est le seul volcan non calco-alcalin parmi ceux montrés cette semaine. Il est constitué de basanite, basalte, trachyandésite, trachyte, téphrite… (série alcaline). Un léger panache de fumée s'échappe du sommet du Villarica. La vue a été prise depuis le NO.

Localisation par fichier kmz du volcan Villarrica et du volcan Lanin.


Le Villarrica, 2 847 m, DE 2021, 35 000 hab., vu depuis l'Est

Le Villarrica et son léger panache de fumée vu depuis le sol, 2 847 m, DE 2021, 35 000 hab.

Le Mocho Choshuenco vu depuis l'Ouest, 2 422 m, DE 1937, 17 000 hab.

Le Mocho Choshuenco vu depuis le Sud-Est, 2 422 m, DE 1937, 17 000 hab.

L'Osorno vu depuis le Nord, 2 659 m, DE 1869, 12 000 hab.

L'Osorno vu depuis l'Est, 2 659 m, DE 1869, 12 000 hab.

Figure 21. L'Osorno vu depuis l'Est, 2 659 m, DE 1869, 12 000 hab..

Les étendues d'eau correspondent à des lacs d'origine glaciaire.

Localisation par fichier kmz du volcan Osorno.


L'Osorno vu du sol, 2 659 m, DE 1869, 12 000 hab., Andes chiliennes

Le Corcovado, 1 826 m, DE −5000, 5 500 hab., en bordure du Pacifique

Figure 23. Le Corcovado, 1 826 m, DE −5000, 5 500 hab., en bordure du Pacifique.

Au fond, un fjord du Pacifique.

Localisation par fichier kmz du volcan Corcovado.


Le Corcovado, 1 826 m, DE −5000, 5 500 hab.

Figure 24. Le Corcovado, 1 826 m, DE −5000, 5 500 hab..

Localisation par fichier kmz du volcan Corcovado.


Le Melimoyu, 2 400 m, DE 200, 200 hab., vue large, Andes chiliennes

Figure 25. Le Melimoyu, 2 400 m, DE 200, 200 hab., vue large, Andes chiliennes.

Noter la très belle couverture glaciaire. Au fond des fjords du Pacifique.

Localisation par fichier kmz du volcan Melimoyu.


Le Melimoyu, 2 400 m, DE 200, 200 hab.

Figure 26. Le Melimoyu, 2 400 m, DE 200, 200 hab..

Noter la très belle couverture glaciaire. Au fond des fjords du Pacifique.

Localisation par fichier kmz du volcan Melimoyu.


Le sommet du Melimoyu, 2 400 m, DE 200, 200 hab.

Figure 27. Le sommet du Melimoyu, 2 400 m, DE 200, 200 hab..

Noter la très belle couverture glaciaire. Au fond des fjords du Pacifique.

Localisation par fichier kmz du volcan Melimoyu.


Au centre, le Maca (?), 2 960 m, DE 1560, 375 hab., en avant plan, le Cay, 2 090 m, DE âge inconnu, 100 hab.

Localisation des volcans montrés cette semaine (punaises jaunes) et photographiés lors d'un vol sur une ligne intérieure chilienne au départ de Santiago (punaise rouge)

Figure 29. Localisation des volcans montrés cette semaine (punaises jaunes) et photographiés lors d'un vol sur une ligne intérieure chilienne au départ de Santiago (punaise rouge).

À l'exception du Lanin (punaise bleue), l'alignement de ces volcans est presque parfait, à l'aplomb de la subduction.

Le Lanin est 50 km à l'Est de l'alignement, et ses laves sont plus proches d'une série alcaline que d'une série calco-alcaline. Le Lanin n'est d'ailleurs pas le seul volcan alcalin des Andes du Sud. La punaise verte en localise un parmi d'autres, le Payun Matru (cf. La province volcanique du Payun Matru (Argentine) : des volcans de subduction hors normes, article dans lequel l'origine de ces volcans de subduction qui “n'obéissent pas” aux programmes scolaires est discutée).


Vue satellite de l'Amérique du Sud sur laquelle sont localisés tous les volcans actifs (petite taches rouges)

Figure 30. Vue satellite de l'Amérique du Sud sur laquelle sont localisés tous les volcans actifs (petite taches rouges).

On voit bien que la majorité des volcans andins sont bien alignés, mais que quelques-uns sont situés nettement à l'Est de l'alignement principal. Le rectangle blanc localise les volcans illustrés cette semaine (punaises jaunes).

Localisation par fichier kmz des volcans actifs du Quaternaire (Smithsonian Institution).


Si vous avez aimé ces paysages volcaniques et tectoniques vus par le hublot d'un avion de ligne, Planet-Terre en a déjà montré quelques-uns.