Image de la semaine | 30/11/2020

Les concrétions gréseuses, gogottes et autres poupées de la molasse sableuse miocène du Bas Dauphiné et leur utilisation par le facteur Ferdinand Cheval

30/11/2020

Pierre Thomas

Laboratoire de Géologie de Lyon / ENS Lyon

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

Résumé

Circulations de fluides, grésification partielle et formation de concrétions aux usages inattendus.


Concrétion gréseuse, aux formes lobées capricieuses et tarabiscotées, ramassée dans le lit d'un canyon dans la molasse miocène du Bas Dauphiné

Figure 1. Concrétion gréseuse, aux formes lobées capricieuses et tarabiscotées, ramassée dans le lit d'un canyon dans la molasse miocène du Bas Dauphiné.

Pour le contexte, voir Les canyons dans la molasse miocène du Bas Dauphiné.

Il s'agit d'un grès très consolidé dégagé des parois du canyon par l'érosion, parois constituées de grès plus tendre ou de sable à peine consolidé. La circulation des fluides internes dans le sable à l'origine de la grésification avait sans doute une géométrie relativement (mais pas complètement) aléatoire, guidée par la gravité et les irrégularités de porosité du sable. Les premières zones où les fluides ont déposé du ciment (calcite et/ou silice) remplissant les interstices entre les grains de sable ont dû servir de germe de dépôt et/ou de cristallisation et favorisé ainsi la croissance localisée et centrifuge de masses concrétionnées pouvant s'interpénétrer. Ainsi naissent ces masses bizarres, parfois appelées « poupées de grès » et maintenant appelées « gogottes » depuis les années 1970, au moins pour celles qu'on trouve dans les Sables de Fontainebleau.


L'autre face de la poupée de grès de la figure ci-dessus

La même gogotte vue de profil

Figure 3. La même gogotte vue de profil.

La grésification n'a pas complètement estompé la stratification qui reste visible (et en position horizontale sur cette image). On voit que la grésification est indépendante de cette stratification et la recoupe nettement.


Une autre concrétion ramassée dans le même canyon qui fait nettement penser à une statuette

Figure 4. Une autre concrétion ramassée dans le même canyon qui fait nettement penser à une statuette.

On pourrait y voir une Vierge à l'Enfant, ou du moins une forme humaine d'où le nom de « poupée de grès » souvent donné à ces concrétions gréseuses. Ce grès est siliceux (il raye le verre) mais comprend une part de calcaire (il fait effervescence à l'acide). Les petites paillettes brillantes qu'on devine dans le grès (en particulier à droite de la “tête”) correspondent à de la muscovite.


Gogotte et Vénus paléolithique

Figure 5. Gogotte et Vénus paléolithique.

À gauche, l'autre face de la concrétion / gogotte / poupée de grès de la figure précédente.

Quand j'ai trouvé cette gogotte pendant l'été 2020, cela m'a immédiatement fait penser à la Vénus de Willendorf (à droite), statuette sculptée dans du calcaire du Paléolithique supérieur et trouvée en 1908 à Willendorf (Autriche). Cette statuette, qui a exactement la même taille que la gogotte de gauche (11 cm), est exposée au Musée d'histoire naturelle de Vienne.


Les parois des canyons, les “falaises” du secteur de Saint-Fons (Rhône), et de très nombreux autres affleurements dans le triangle Lyon-Voiron-Valence laissent voir ces concrétions gréseuses in situ dans leur sable. On les voit partiellement dégagées, et avec des bords moins lisses (moins nettoyés) que celles montrées ci-dessus et trouvées dans le lit du ruisseau (à sec en été) au fond d'un canyon (cf. Les canyons dans la molasse miocène du Bas Dauphiné). On voit les relations de ces masses concrétionnées avec la stratification. La géométrie globale de ces concrétions oscille entre deux extrêmes : (1) le concrétionnement a affecté, plus ou moins irrégulièrement, toute une strate, ou (2) le concrétionnement n'a affecté que des masses isolées au sein du sable. Il existe tous les intermédiaires possibles, comme des masses isolées mais disposées au sein d'une même couche de sable. La circulation des eaux phréatiques internes au sable à l'origine de la grésification est bien sûr due aux écoulements gravitaires (l'eau à tendance à descendre “vers les points bas”) et aussi aux gradients de température (l'eau chaude à tendance à monter, l'eau froide à descendre). Elle est souvent mais pas toujours guidée par les irrégularités de porosité du sable, elles-mêmes issus des irrégularités de la sédimentation. Les premières zones où les fluides ont déposé du ciment (calcite et/ou silice) remplissant les interstices entre les grains de sable ont dû servir de germes localisés de dépôt et/ou de cristallisation et favoriser ainsi la croissance localisée centrifuge de masses concrétionnées pouvant s'interpénétrer. Ainsi naissent ces masses bizarres, parfois appelées « poupées de grès » et maintenant appelées « gogottes » depuis les années 1970, au moins pour celles qu'on trouve dans les Sables de Fontainebleau.

Le ciment de ces concrétions peut être de nature siliceuse et/ou calcaire, les deux constituants existant dans le sable de la molasse  il faudrait un examen attentif de chaque gogotte (genre lame mince, par exemple) pour trancher. Les eaux phréatiques circulant dans la masse du sable doivent être saturées en ces deux composés. Si ces eaux circulantes se rapprochent de la surface topographique, soit parce qu'elles sont ascendantes, soit parce qu'elles se rapprochent d'un versant, leur température diminue. La solubilité de la silice diminuant avec une baisse de température, la silice a alors tendance à précipiter, et on aura une concrétion à ciment siliceux. Si, au contraire, ces eaux s'éloignent de la surface, leur température augmente en s'enfonçant. Or la solubilité de la calcite diminue avec une hausse de la température, et on aura une concrétion à ciment calcitique. Un fort contraste de température entre une nappe phréatique « tiède » et une surface topographique froide augmentera les gradients de température, favorisera les mouvements (convectifs) des eaux phréatiques, et donc favorisera le concrétionnement des sables. Or, pendant toutes les périodes glaciaires du Quaternaire, le triangle Lyon-Voiron-Valence était en zone péri-glaciaire, voire sous la calotte glaciaire comme durant la glaciation du Riss. La température extérieure était très basse. Plusieurs études suggèrent fortement ces relations climat-grésification dans la région des Sables de Fontainebleau (cf., par exemple, Sables et Grès de Fontainebleau : que reste-t-il des faciès sédimentaires initiaux ?, M. Thiry, 2013). Nous y reviendrons dans les deux prochaines images de la semaine, consacrées aux gogottes et aux concrétions calcitiques au sein des Sables de Fontainebleau.

Gogottes semi-dégagées in situ dans du sable non (ou très peu) consolidé

Figure 6. Gogottes semi-dégagées in situ dans du sable non (ou très peu) consolidé.

La forme des gogottes en sphéroïdes s'interpénétrant se devine bien dans la moitié gauche de la photo. Un alignement horizontal frustre des gogottes semble exister. Des hyménoptères solitaires, peut-être Andrena cineraria (cf. figures 18 à 20 de Stries de progression, thermométamorphisme, minéraux hydrothermaux…, les merveilles maintenant presque disparues des coulées du Puy de Gravenoire») ont creusé des terriers dans le sable, preuve qu'il n'est pas (ou très peu) consolidé. On peut d'ailleurs y enfoncer la lame d'un couteau, ne serait-ce que pour donner l'échelle de la photo.


Zoom arrière sur l'affleurement de la photo précédente


Vue élargie sur un ensemble de gogottes semi-dégagées au sein de sable non consolidé (avec des trous d'hyménoptères)

Figure 9. Vue élargie sur un ensemble de gogottes semi-dégagées au sein de sable non consolidé (avec des trous d'hyménoptères).

En haut, des couches de grès subhorizontales sont grésifiées mais montrent une base “gogottoïdale”.


Affleurement à gogottes semi-dégagées au sein de sable non consolidé (avec des trous d'hyménoptères)

Figure 10. Affleurement à gogottes semi-dégagées au sein de sable non consolidé (avec des trous d'hyménoptères).

En haut, des couches de grès subhorizontales sont grésifiées sur plusieurs mètres carrés, mais montrent une base “gogottoïdale”. En bas, des gogottes isolées mais coalescentes dessinent une strate qui a la géométrie d'un chenal.


Grosse masse grésifiée au sein de sable non consolidé

Figure 11. Grosse masse grésifiée au sein de sable non consolidé.

Un coup de “karcher” sur cette masse de grès révèlerait sans doute une surface “gogottoïdale”.


Zoom sur un affleurement montrant des sections de gogottes allongées

Figure 12. Zoom sur un affleurement montrant des sections de gogottes allongées.

La grésification a sans doute été guidée par des figures de courant de type flute cast (cf. Les flute casts des “molasses” miocènes de la région lyonnaise (Rhône)). La géométrie contournée et tarabiscotée des zones indurées saute aux yeux.


Affleurement montrant des sections de gogottes allongées dans la molasse miocène du Bas Dauphiné

Figure 13. Affleurement montrant des sections de gogottes allongées dans la molasse miocène du Bas Dauphiné.

La grésification a sans doute été guidée par des figures de courant de type flute cast (cf. Les flute casts des “molasses” miocènes de la région lyonnaise (Rhône)). La géométrie contournée et tarabiscotée des zones indurées saute aux yeux.


Concrétions gréseuses au sein de sable non consolidé en bord de route

Figure 14. Concrétions gréseuses au sein de sable non consolidé en bord de route.

Il suffit de se promener le long des ruisseaux, des escarpements naturels, des chemins creux et même des routes pour découvrir des concrétions gréseuses au sein de sable non consolidé. En témoigne cette image Google Earth Street View des environs de Voreppe. Combien de ces concrétions gréseuses aux formes étranges dorment au sein de ces niveaux sableux du Miocène dans le triangle Lyon-Voiron/Voreppe-Valence ?


En avril 1879, le facteur Ferdinand Cheval (1836-1924) arpentait le secteur d'Hauterives dans la Drôme pour ses tournées de distribution du courrier dans les fermes et hameaux isolés, tournées qu'il faisait à pied et dont les plus longues faisait près de 40 km. Or Hauterives est au cœur de la zone molassique du Bas Dauphiné. En 1879, il avait déjà certainement remarqué ces roches aux formes étranges que sont les concrétions gréseuses. Enfant, il avait sans doute joué avec certaines de ces pierres ressemblant à des personnages. Mais en avril 1879, au retour d'une de ses tournées, il butta sur une de ces pierres à la forme bizarre, une grosse concrétion gréseuse. Ce fut pour lui un “déclic”. Pendant les 33 ans qui suivirent, au retour de chacune de ses tournées, puis pendant ses années de retraite, il va ramasser des cailloux qu'il choisira pour leur forme, leur couleur… et va bâtir son “palais”. Les cailloux les plus fréquemment ramassés par Ferdinand Cheval sont des concrétions gréseuses, des galets fluvio-glaciaires (toute la région d'Hauterives est couverte de terrains quaternaires périglaciaires) et des morceaux de travertins (fréquents dans ce pays de grès calcaires). Et en rajoutant des granites ramassés sans doute de l'autre côté du Rhône, en Ardèche, des coquilles d'huitres et pièces de maçonnerie “moulées” selon sa fantaisie, Ferdinand Cheval a bâti tout seul un palais de rêve entre 1879 et 1909 (il a alors 76 ans) : le « Palais idéal ». D'abord moqué par les habitants, ce palais unique au monde attire les visiteurs et les artistes dès le début du XXe siècle. Il a été classé Monument historique par André Malraux en 1969. Quand vous irez visiter ce Palais idéal, admirez la construction, méditez le message philosophique (subliminal ou clairement exprimé par des inscriptions écrites sur certains murs par Ferdinand Cheval)… mais n'oubliez pas la géologie, visible partout pour qui sait regarder. Si l'administration postale de l'époque avaient nommé Ferdinand Cheval de l'autre côté du Rhône, en Ardèche, en dehors du pays de la molasse, sans doute n'y aurait-il pas de Palais idéal, car on ne fait pas un palais aussi délirant avec du granite ou du gneiss. Sans doute n'en aurait-il même pas eu l'idée.


Le milieu de la façade Est du Palais idéal du facteur Cheval

Figure 16. Le milieu de la façade Est du Palais idéal du facteur Cheval.

Cette façade est un mélange onirique et délirant de sphéroïdes et de dalles de grès, de gogottes brutes ou aménagées, de morceaux de travertin, de coquillages, de moulages en ciment… Tous ces éléments sont “collés” entre eux par un liant en béton riche en sable et reproduisant l'aspect extérieur d'un grès.


Zoom sur une gogotte visible au centre de la moitié supérieure de l'image précédente

Autre secteur de la façade Est du Palais idéal montrant gogottes, grès aux formes diverses, morceaux de travertins, coquillages…

Figure 18. Autre secteur de la façade Est du Palais idéal montrant gogottes, grès aux formes diverses, morceaux de travertins, coquillages….

Les trois photos suivantes correspondent à des zooms sur le centre de la moitié inférieure de cette photo.


Zoom sur deux gogottes superposées et reliées par du ciment agrémenté de coquillages

Figure 19. Zoom sur deux gogottes superposées et reliées par du ciment agrémenté de coquillages.

À gauche, un “plateau” bordé de coquillages et encadré à sa base par deux morceaux de travertin. D'autres fragments de gogottes et de grès sculpté ornementent l'ensemble.


Zoom sur la gogotte du centre de l'image précédente

Zoom rapprochée sur une des “boules” de la gogotte de la photo précédente

Figure 21. Zoom rapprochée sur une des “boules” de la gogotte de la photo précédente.

La nature gréseuse de cette gogotte est parfaitement visible, bien qu'il est parfois difficile de distinguer ces grès de béton.


Ferdinand Cheval a remarqué une gogotte lui faisant penser au dos d'un lapin assis sur son train arrière…

Figure 22. Ferdinand Cheval a remarqué une gogotte lui faisant penser au dos d'un lapin assis sur son train arrière….

… mais il lui manquait la tête. Le facteur lui a alors collé une autre gogotte aménagée et sculptée pour ressembler à une tête de lapin.


Sorte d'oratoire avec à sa base des santons, Palais idéal du facteur Cheval

Figure 23. Sorte d'oratoire avec à sa base des santons, Palais idéal du facteur Cheval.

On pourrait aussi y voir des châteaux et des soldats…


Zoom sur une poupée / gogotte faisant office de figurine dans la figure précédente

Figure 24. Zoom sur une poupée / gogotte faisant office de figurine dans la figure précédente.

La ressemblance avec un personnage est saisissante.


Coin Nord-Ouest du Palais idéal du facteur Cheval montrant des galets cimentés entre eux

Figure 25. Coin Nord-Ouest du Palais idéal du facteur Cheval montrant des galets cimentés entre eux.

Ces galets proviennent soit de niveaux conglomératiques de la molasse miocène, soit des niveaux fluvio-glaciaires quaternaires locaux. Ferdinand Cheval a sélectionné ses galets : à une exception près, tous ces galets sont en quartz.

À droite en bas, “vase” en coquillages cimentés entre eux. Au-dessus, “sculptures” ou moulages en béton. Sans pouvoir regarder à la loupe des “sections fraiches” de ces objets, il est parfois difficile de distinguer le grès véritable du béton riche en sable.





Localisation du Palais idéal du Facteur Cheval (Hauterives, Drome) au sein des molasses miocènes du Bas Dauphiné

Figure 29. Localisation du Palais idéal du Facteur Cheval (Hauterives, Drome) au sein des molasses miocènes du Bas Dauphiné.

Si Ferdinand Cheval avait été nommé de l'autre côté du Rhône en Ardèche, en dehors du pays de la molasse (“cerclé” de rouge), sans doute n'y aurait-il pas de Palais idéal.

Localisation par fichier kmz du Palais idéal du facteur Cheval.kmz.