Image de la semaine | 10/01/2022

Les tourbes de l'ile de La Dame Jouanne, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine) : des restes d'une “annexe” de la mythique forêt de Scissy ?

10/01/2022

Pierre Thomas

Laboratoire de Géologie de Lyon / ENS Lyon

Pierre Jégouzo

Société Géologique et Minéralogique de Bretagne, Université de Rennes

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

Résumé

Variation locale du niveau marin relatif depuis 10 000 ans, végétation fossilisée et ensablement variable des plages de la Manche.


Vue d'ensemble d'un tronc d'arbre entièrement “de consistance tourbeuse” dépassant du sable de la plage de l'ile de La Dame Jouanne, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine), le 7 octobre 2021

Vue de détail d'un tronc d'arbre entièrement “de consistance tourbeuse” dépassant du sable de la plage de l'ile de La Dame Jouanne, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine), le 7 octobre 2021

Figure 2. Vue de détail d'un tronc d'arbre entièrement “de consistance tourbeuse” dépassant du sable de la plage de l'ile de La Dame Jouanne, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine), le 7 octobre 2021

Ces troncs d'arbres pris dans les sables et vases marines sont localement appelés « coërons » ou « bourbans ».


Le 7 octobre 2021, en allant voir les migmatites de l'ile de La Dame Jouanne (cf. Les migmatites et le métamorphisme panafricains (cadomiens) de la région de Saint-Malo (Ille et Vilaine), figures 10 à 14) et alors que la marée était relativement basse, on pouvait observer trois troncs d'arbres dépassant du sable. Et bien qu'on ne puisse pas exclure sur le moment qu'il ne s'agisse que de trois troncs flottés échoués là depuis peu, la présence de ces troncs dans la zone de balancement des marées montre que la mer a “envahi” la bordure du continent (montée de la mer et/ou enfoncement du continent) depuis l'époque de croissance de ces arbres qui devaient appartenir à une forêt. Cette situation est classique sur toutes les côtes de la Manche et de la Mer du Nord (cf. L'allée couverte immergée de Guinirvit, Baie de Kernic, Plouescat (Finistère) et le cromlech semi-immergé de l'île d'Er Lanic (Morbihan), témoins des mouvements relatifs mer/continent en partie liés au rebond post-glaciaire, ainsi que Les forêts, tourbes et sols submergés du littoral du Pas de Calais et aussi les "Diapirs" d'argiles tourbeuses quaternaires, plage de Trez-Rouz, presqu'île de Crozon, Finistère). Nous vous montrons d'abord quelques photographies prises sur ce site en octobre 2021 (figures 1 à 7). Puis nous vous montrerons d'autres photographies prises sur ce même site cinq ans auparavant (figures 8 à 15). Nous réfléchirons alors à cette variation de la morphologie de la plage en moins de cinq ans. Puis, nous discuterons de l'âge et de l'origine de ces dépôts végétaux immergés sur les côtes Nord de la France. Nous évoquerons enfin certaines légendes bretonnes (la forêt de Scissy, la ville d'Ys…) dont l'origine peut être reliée à ces arbres que la mer découvre parfois.

Trois troncs d'arbre dépassant de la plage ce 7 octobre 2021, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine)

Figure 3. Trois troncs d'arbre dépassant de la plage ce 7 octobre 2021, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine)

Les figures 1 et 2 correspondent au tronc le plus lointain au pied du personnage. Les figures 4 et 5 correspondent au tronc le plus proche (le plus à l'Est) vu sous un autre angle. Au fond à droite, le petit fortin installé sur l'ile de La Dame Jouanne, qui comme le Mont Saint-Michel, n'est une ile qu'à marée haute.




Vue rapprochée de la plage de l'ile de La Dame Jouanne, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine)

Figure 6. Vue rapprochée de la plage de l'ile de La Dame Jouanne, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine)

Seuls les trois troncs des images précédentes dépassent du sable (au centre gauche de la photo). Les autres roches dépassant du sable sont des migmatites. L'ile de La Dame Jouanne et son arbre bien vivant se voient bien.


Vue générale de la plage de l'ile de La Dame Jouanne, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine)

Figure 7. Vue générale de la plage de l'ile de La Dame Jouanne, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine)

Seuls les trois troncs des images précédentes dépassent du sable (au centre gauche de la photo). Les autres roches dépassant du sable sont des migmatites. L'ile de La Dame Jouanne et son arbre bien vivant se voient bien.


En 2016, il y avait beaucoup moins de sable sur la plage de l'ile de La Dame Jouanne, et à la place se trouvait un banc de tourbe. On pouvait alors voir que ces troncs d'arbre étaient parties prenantes du banc de tourbe, banc de tourbe qui s'était fait recouvrir de sable au gré des courants, des marées et des tempêtes entre 2016 et 2021, sauf ces trois troncs en relief qui dépassaient encore (pour combien de temps ?) en octobre 2021. Cette observation de l'état de la plage en 2016 montre que les trois troncs visibles en octobre 2021 n'était pas trois troncs flottés arrivés très récemment sur la plage, mais la partie sommitale d'un banc de tourbe plus profond.

La plage de l'ile de La Dame Jouanne le 3 mai 2016, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine)

Figure 8. La plage de l'ile de La Dame Jouanne le 3 mai 2016, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine)

Le sable présent en octobre 2021 était quasiment absent, et à sa place on voyait un banc de tourbe recouvrir plusieurs centaines de mètres carrés, banc de tourbe contenant des troncs d'arbre. On peut comparer ce banc “breton” avec celui du Pas de Calais montré dans les figure 9 à 13 de Les forêts, tourbes et sols submergés du littoral du Pas de Calais. Ce banc de tourbe se trouve juste au Sud (à gauche sur cette photo) d'un grand “trou d'eau” presque complètement vidé en envahi d'algues vertes sur cette vue du 3 mai 2016, encore bien rempli d'eau sur les images du 7 octobre 2021. À cause de ces algues, ce trou d'eau parait verdâtre sur les images Google Earth prises à marée basse (fig. 16 à 21).



Gros plan sur le banc de tourbe de la plage de l'ile de La Dame Jouanne, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine)

Figure 10. Gros plan sur le banc de tourbe de la plage de l'ile de La Dame Jouanne, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine)

On voit des troncs encore parfaitement reconnaissables dépassant d'une matrice noire où on peut encore parfois reconnaitre des fibres végétales. Photographie prise en mai 2016.


Gros plan sur le banc de tourbe de la plage de l'ile de La Dame Jouanne, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine)

Figure 11. Gros plan sur le banc de tourbe de la plage de l'ile de La Dame Jouanne, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine)

On voit des troncs encore parfaitement reconnaissables dépassant d'une matrice noire où on peut encore parfois reconnaitre des fibres végétales. Photographie prise en mai 2016.


Gros plan sur le banc de tourbe de la plage de l'ile de La Dame Jouanne, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine)

Figure 12. Gros plan sur le banc de tourbe de la plage de l'ile de La Dame Jouanne, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine)

On voit des troncs encore parfaitement reconnaissables dépassant d'une matrice noire où on peut encore parfois reconnaitre des fibres végétales. Photographie prise en mai 2016.


Gros plan sur le banc de tourbe de la plage de l'ile de La Dame Jouanne, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine)

Figure 13. Gros plan sur le banc de tourbe de la plage de l'ile de La Dame Jouanne, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine)

On voit des troncs encore parfaitement reconnaissables dépassant d'une matrice noire où on peut encore parfois reconnaitre des fibres végétales. Photographie prise en mai 2016.


Gros plan sur le banc de tourbe de la plage de l'ile de La Dame Jouanne, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine)

Figure 14. Gros plan sur le banc de tourbe de la plage de l'ile de La Dame Jouanne, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine)

On voit des troncs encore parfaitement reconnaissables dépassant d'une matrice noire où on peut encore parfois reconnaitre des fibres végétales. Photographie prise en mai 2016.


Gros plan sur le banc de tourbe de la plage de l'ile de La Dame Jouanne, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine)

Figure 15. Gros plan sur le banc de tourbe de la plage de l'ile de La Dame Jouanne, Saint-Briac-sur-Mer (Ille et Vilaine)

On voit des troncs encore parfaitement reconnaissables dépassant d'une matrice noire où on peut encore parfois reconnaitre des fibres végétales. Photographie prise en mai 2016.


Les images d'archive que l'on trouve sur Google Earth montrent que ce banc de tourbe est parfois complètement caché sous le sable, comme en 2006, 2010 et 2015, affleurant sur quasiment 100 m de long pour 30 m de large en 2016, n'affleurant plus que sur 70 m de long et 15 m de large en 2020. En octobre 2021, il n'affleurait plus que sous forme de 3 troncs isolés dépassant du sable. Cette plus ou moins grande quantité de sable sur cette plage est très variable, car elle dépend des marées, des courants, des tempêtes, des apports de sédiments par les fleuves côtiers locaux…

Vue aérienne centrée sur la position du banc de tourbe, situé (quand il affleure) à 110 m au Sud-Est du fortin de l'ile de La Dame Jouanne, 1/6

Figure 16. Vue aérienne centrée sur la position du banc de tourbe, situé (quand il affleure) à 110 m au Sud-Est du fortin de l'ile de La Dame Jouanne, 1/6

Le banc de tourbe se situe juste au Sud de la “tache verdâtre” correspondant à un trou d'eau quasiment vide mais plein d'algues vertes. Les affleurements de tourbe (noire) ne sont pas visibles en 2006, 2010 et 2015, mais visibles (avec changement de forme) en 2016 et 2020.


Vue aérienne centrée sur la position du banc de tourbe, situé (quand il affleure) à 110 m au Sud-Est du fortin de l'ile de La Dame Jouanne, 2/6

Figure 17. Vue aérienne centrée sur la position du banc de tourbe, situé (quand il affleure) à 110 m au Sud-Est du fortin de l'ile de La Dame Jouanne, 2/6

Le banc de tourbe se situe juste au Sud de la “tache verdâtre” correspondant à un trou d'eau quasiment vide mais plein d'algues vertes. Les affleurements de tourbe (noire) ne sont pas visibles en 2006, 2010 et 2015, mais visibles (avec changement de forme) en 2016 et 2020.


Vue aérienne centrée sur la position du banc de tourbe, situé (quand il affleure) à 110 m au Sud-Est du fortin de l'ile de La Dame Jouanne, 3/6

Figure 18. Vue aérienne centrée sur la position du banc de tourbe, situé (quand il affleure) à 110 m au Sud-Est du fortin de l'ile de La Dame Jouanne, 3/6

Le banc de tourbe se situe juste au Sud de la “tache verdâtre” correspondant à un trou d'eau quasiment vide mais plein d'algues vertes. Les affleurements de tourbe (noire) ne sont pas visibles en 2006, 2010 et 2015, mais visibles (avec changement de forme) en 2016 et 2020.


Vue aérienne centrée sur la position du banc de tourbe, situé (quand il affleure) à 110 m au Sud-Est du fortin de l'ile de La Dame Jouanne, 4/6

Figure 19. Vue aérienne centrée sur la position du banc de tourbe, situé (quand il affleure) à 110 m au Sud-Est du fortin de l'ile de La Dame Jouanne, 4/6

Le banc de tourbe se situe juste au Sud de la “tache verdâtre” correspondant à un trou d'eau quasiment vide mais plein d'algues vertes. Les affleurements de tourbe (noire) ne sont pas visibles en 2006, 2010 et 2015, mais visibles (avec changement de forme) en 2016 et 2020.


Vue aérienne centrée sur la position du banc de tourbe, situé (quand il affleure) à 110 m au Sud-Est du fortin de l'ile de La Dame Jouanne, 5/6

Figure 20. Vue aérienne centrée sur la position du banc de tourbe, situé (quand il affleure) à 110 m au Sud-Est du fortin de l'ile de La Dame Jouanne, 5/6

Le banc de tourbe se situe juste au Sud de la “tache verdâtre” correspondant à un trou d'eau quasiment vide mais plein d'algues vertes. Les affleurements de tourbe (noire) ne sont pas visibles en 2006, 2010 et 2015, mais visibles (avec changement de forme) en 2016 et 2020.


Vue aérienne centrée sur la position du banc de tourbe, situé (quand il affleure) à 110 m au Sud-Est du fortin de l'ile de La Dame Jouanne, 6/6

Figure 21. Vue aérienne centrée sur la position du banc de tourbe, situé (quand il affleure) à 110 m au Sud-Est du fortin de l'ile de La Dame Jouanne, 6/6

Le banc de tourbe se situe juste au Sud de la “tache verdâtre” correspondant à un trou d'eau quasiment vide mais plein d'algues vertes. Les affleurements de tourbe (noire) ne sont pas visibles en 2006, 2010 et 2015, mais visibles (avec changement de forme) en 2016 et 2020.



La notice de la carte géologique de Saint-Malo décrit ces niveaux régionaux de tourbe. À propos du gisement de l'ile de La Dame Jouanne, cette notice écrit : « À Saint-Briac entre l'ilot de Dame Jouanne et la falaise dunaire, une vaste tourbière occupe le haut estran. Elle se caractérise par la présence de grands troncs couchés, peut-être abattus lors d'une tempête avant la fossilisation de la tourbe par le cordon dunaire qui est lui-même partiellement érodé-recouvert par la mer . » Cette même notice donne des âges concernant des tourbes datées situées sur la carte de Saint-Malo (celle de cet affleurement n'a pas été datée) : entre 6 000 et 8 000 ans BP (des âges plus récents ont été trouvés sur des tourbes en Baie du Mont Saint-Michel). Il y a donc eu une montée relative du niveau de la mer en Armorique Nord depuis cette date.

Des études entreprises à l'échelle du globe (cf. par exemple Transgression flandrienne) montrent que (1) la majorité de la hausse générale post-glaciaire du niveau des mers était achevée il y a 8 000 ans mais que (2) il y avait eu quand même une légère hausse globale de ce niveau depuis cette date (environ 2 m), hausse variable en fonction des variations climatiques récentes (dont les deux dernières, l'Optimum climatique du Moyen-Âge et le Petit Âge Glaciaire sont les exemples les plus connus). Des études locales, cf. par exemple Pierre Stéphan et Jérôme Goslin (2014, voir figure 24) chiffrent de 5 à 10 m la hausse relative du niveau de la mer depuis 6 000 à 8 000 ans dans le Nord de la Bretagne (arrondissons à 7 m depuis 7 000 ans). Ce n'est donc pas une remontée de la mer qui est la seule responsable de la submersion de cette ancienne forêt bretonne, mais bien aussi un enfoncement, une subsidence, de ce secteur de la côte bretonne. On peut chiffrer cette subsidence postérieure à 7 000 ans avec une simple soustraction. Si la hausse relative mer/Bretagne Nord est d'environ 7 m et la hausse globale de la mer de 2 m, alors le secteur de la Baie du Mont Saint-Michel a subsidé d'environ 5 m. L'origine de cette subsidence est à rechercher dans les conséquences du rebond post-glaciaire périphérique aux calottes du Nord de l'Europe (cf. L'allée couverte immergée de Guinirvit, Baie de Kernic, Plouescat (Finistère) et le cromlech semi-immergé de l'île d'Er Lanic (Morbihan), témoins des mouvements relatifs mer/continent en partie liés au rebond post-glaciaire).

Localisation du banc de tourbe (légendé Tz) de l'ile de La Dame Jouanne (flèche bleue) sur les cartes géologiques à 1/50 000

Figure 23. Localisation du banc de tourbe (légendé Tz) de l'ile de La Dame Jouanne (flèche bleue) sur les cartes géologiques à 1/50 000

L'ile est sur la carte de Saint-Malo. “Mzsm” correspond aux sables moyens du domaine intertidal, “Tz” aux tourbes holocènes et “Dz” aux dunes flandriennes.



La présence sur de nombreuses côtes bretonnes de troncs d'arbres partiellement ensevelis dans des sables ou des vases de plage est sans doute à l'origine de nombreuses légendes d'engloutissement de forêts et même de villes (dont la fameuse ville d'Ys, avec son roi Gradlon et sa fée Dahut). Il est possible que ces troncs d'arbres aillent dans le même sens que des transmissions orales transmises depuis les “Cromagnons bretons” qui, s'il y en avait, ont assisté entre –20 000 et −10 000 ans à l'envahissement de la Manche par la mer. Une des plus célèbres légendes de forêt engloutie concerne la forêt de Scissy qui aurait occupé la Baie du Mont Saint-Michel (et l'ile de La Dame Jouanne n'est qu'à 20 km de la Baie du Mont Saint-Michel). Cette forêt aurait été engloutie en l'an 709, un an après la fondation de l'abbaye du Mont. Peut-être l'ancienne forêt de l'ile de La Dame Jouanne était-elle une “annexe” de cette légendaire forêt de Scissy.


Localisation de l'ile de La Dame Jouanne sur une image satellite de la France