Image de la semaine | 06/09/2021

Chenaux en tresses dans le lit d'une rivière des Alpes néo-zélandaises

06/09/2021

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

Marc-André Selosse

Muséum national d'histoire naturelle, Paris

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

Résumé

En remontant la Godley River dans une vallée glaciaire “alpine”, des rives du lac Tekapo aux moraines frontales : chenaux en tresses, anastomoses et confluence.


L'un des bras de la Godley River arrivant, en formant des deltas aux chenaux anastomosés, à l'extrémité Nord du lac Tekapo, Alpes du Sud, Nouvelle-Zélande

Figure 1. L'un des bras de la Godley River arrivant, en formant des deltas aux chenaux anastomosés, à l'extrémité Nord du lac Tekapo, Alpes du Sud, Nouvelle-Zélande.

Le niveau “bas” (du moins “non maximum”) du lac peut s'expliquer par la saison (photo prise en décembre 2010, donc en été… mais en montagne la fonte des neiges et des glaciers alimentent les cours d'eau en cette saison) et/ou par le fait que le lac, naturel, est aussi utilisé comme source d'eau pour produire de l'hydroélectricité via un exutoire artificiel (tunnel).

Localisation par fichier kmz du parcours depuis le lac Tekapo, en remontant la Godley River (Nouvelle-Zélande).


Le lit des cours d'eau adopte différentes morphologies en fonction de critères divers tels que la pente, le débit, la charge en sédiments, la qualité des sédiments (blocs, graviers,argiles…)… Les chenaux en tresses correspondent le plus souvent à un lit “pentu” et à une charge sédimentaire importante et/ou de gros diamètre (blocs, galets… plutôt qu'argiles).

Nous allons voir ici le lit d'une rivière alpine, des Alpes du Sud de Nouvelle-Zélande, à chenaux en tresses, en remontant son cours, depuis son déversement dans le lac Tekapo jusqu'à son amont où deux lacs glaciaires l'alimentent (figure 18).

Si la granulométrie des sédiments n'est pas très aisée à estimer sur ces clichés, on peut, par exemple avec Google Earth, estimer la pente moyenne de la Godley River sur son parcours (environ 350 m de dénivelé sur 35 km, soit 10 m par km) et la comparer à celle du Rhin entre Saint-Louis (frontière franco-suisse) et Strasbourg (environ 105 m de dénivelé sur 115 km, soit un peu moins de 1 m par km) : la pente de la Godley River, même si on est loin d'un torrent de montagne, est donc environ 10 fois plus importante que celle du Rhin sur son tronçon en plaine d'Alsace.

En France, on retrouve une telle morphologie en tresses par exemple pour la Durance et le Var.


L'un des bras de la Godley River, à chenaux en tresses, avant son arrivée à l'extrémité Nord du lac Tekapo

La Godley River et ses chenaux en tresses, vallée glaciaire des Alpes du Sud de Nouvelle-Zélande

Confluence entre la Godley River, à gauche, et la Macaulay River, à droite

Figure 5. Confluence entre la Godley River, à gauche, et la Macaulay River, à droite.

On voit bien les multiples chenaux en tresses des deux rivières. À cet endroit la Godley River est large d'environ 2500 m et la Macaulay River d'environ 1300 m un peu avant la confluence. Au fond, des sommets des Alpes du Sud de Nouvelle-Zélande.

Localisation par fichier kmz du parcours depuis le lac Tekapo, en remontant la Godley River (Nouvelle-Zélande).


Confluence entre la Godley River, à gauche, et la Macaulay River, à droite

Figure 6. Confluence entre la Godley River, à gauche, et la Macaulay River, à droite.

On voit bien les multiples chenaux en tresses des deux rivières. À cet endroit la Godley River est large d'environ 2500 m et la Macaulay River d'environ 1300 m un peu avant la confluence.


Zoom sur la confluence entre la Godley River et un bras de la Macaulay River

Figure 7. Zoom sur la confluence entre la Godley River et un bras de la Macaulay River.

Zoom sur le milieu du bas de la photo précédente.


Zoom sur la confluence entre la Godley River et un bras de la Macaulay River

Figure 8. Zoom sur la confluence entre la Godley River et un bras de la Macaulay River.

Zoom sur le haut à droite de la photo précédente.


En remontant la Godley River et ses chenaux en tresses, Alpes du Sud, Nouvelle-Zélande

Figure 9. En remontant la Godley River et ses chenaux en tresses, Alpes du Sud, Nouvelle-Zélande.

L'eau s'écoule de la gauche vers la droite de la photo.


En remontant la Godley River et ses chenaux en tresses, Alpes du Sud, Nouvelle-Zélande

Figure 10. En remontant la Godley River et ses chenaux en tresses, Alpes du Sud, Nouvelle-Zélande.

L'eau s'écoule de la gauche vers la droite de la photo.


En remontant la Godley River, Alpes du Sud, Nouvelle-Zélande

En remontant la Godley River, Alpes du Sud, Nouvelle-Zélande

Chenaux en tresses, Godley River, Alpes du Sud, Nouvelle-Zélande

Chenaux en tresses, Godley River, Alpes du Sud, Nouvelle-Zélande

Chenaux en tresses, Godley River, Alpes du Sud, Nouvelle-Zélande

Chenaux en tresses, Godley River, Alpes du Sud, Nouvelle-Zélande

Chenaux en tresses, Godley River, Alpes du Sud, Nouvelle-Zélande

L'amont de la Godley River, alimentée par deux lacs de glaciers aux moraines, frontales et latérales, bien visibles, Alpes du Sud, Nouvelle-Zélande

Figure 18. L'amont de la Godley River, alimentée par deux lacs de glaciers aux moraines, frontales et latérales, bien visibles, Alpes du Sud, Nouvelle-Zélande.

La blancheur des lacs peut s'expliquer par la “farine glaciaire” en suspension, cf. Farine glaciaire et recul des glaciers, massif des Grandes Rousses (Isère).

La vallée est ici d'une largeur d'environ 1400 m.

Localisation par fichier kmz du parcours depuis le lac Tekapo, en remontant la Godley River (Nouvelle-Zélande).


Pour bien se rendre compte du déplacement dans le temps des chenaux, il est possible de comparer les vues d'un même lieu à plusieurs années d'écart, comme sur le montage ci-dessous réalisé à la confluence Godley RiverMacaulay River.


L'amont de la Godley River dans les Alpes du Sud de Nouvelle-Zélande