Image de la semaine | 16/05/2022

Survol du Nord de la Chaine des Puys (Puy de Dôme), du Pariou au Gour de Tazenat

16/05/2022

Pierre Thomas

Laboratoire de Géologie de Lyon / ENS de Lyon

Olivier Dequincey

ENS de Lyon / DGESCO

Résumé

Dômes, cônes, cratères, maars… un peu de morphologie volcanique auvergnate.


Vue générale du Puy Pariou, prise en direction du Sud

Figure 1. Vue générale du Puy Pariou, prise en direction du Sud

À l'arrière, le Puy de Dôme, à droite, le Cliersou, et le Petit et Grand Suchet. Le Pariou est en fait un volcan “double”. Un cône de scories simple (cône strombolien) pourvu d'un très beau cratère (le plus beau de la Chaine des Puys) repose à cheval sur le rempart d'un cône surbaissé plus ancien. Le cône supérieur est appelé le nouveau Pariou. Les laves ayant édifié les deux édifices constituant le Pariou sont de nature trachy-andésitique (mugéarite dans la classification internationale).


Vue de détail, prise en direction du Sud-Ouest, du cratère du Nouveau Pariou

Figure 2. Vue de détail, prise en direction du Sud-Ouest, du cratère du Nouveau Pariou

À l'arrière, le Petit Suchet. Un joli petit système torrentiel avec bassin de réception et cône de déjection est visible entre les Petit et Grand Suchet.


Le Puy Pariou (le Nouveau Pariou) vu depuis le Sud

Figure 3. Le Puy Pariou (le Nouveau Pariou) vu depuis le Sud

Le rempart du vieux cône surbaissé sur lequel s'est établi le Nouveau Pariou est visible sur la gauche. D'autres puys sont visibles au Nord dans la brume.


Au printemps 1978, j'ai survolé la Chaine des Puys dans un petit avion de l'Aéroclub d'Auvergne basé à l'aéroport de Clermont-Ferrand / Aulnat, et bien sûr j'ai pris de nombreuses diapositives (argentiques à l'époque). À l'automne 2019, j'ai effectué un deuxième survol, et j'ai pris d'autres photographies, numériques cette fois. En ce printemps 2022, j'ai numérisé les mieux conservées des diapositives de 1978 (vieilles de 44 ans), et avec les photos de 2019, malgré les différences d'éclairage entre les deux survols ou au sein d'un même survol (avec parfois le soleil dans le dos, parfois de face), malgré les différences de météorologie plus ou moins brumeuse, malgré les reflets sur les vitres de l'avion et malgré le fait que certaines photographies aient été prises à travers l'hélice en rotation… j'ai pu reconstituer un unique survol virtuel de l'ensemble de la Chaine des Puys.

La Chaine des Puys (au sens large) est l'une des deux provinces magmatiques du Massif Central (avec la province du Bas Vivarais) datant du « Quaternaire récent », les autres provinces étant beaucoup plus vieilles (du Miocène inférieur au « Quaternaire ancien »). Cette activité de la Chaine des Puys débute “timidement” vers −200 000 à −100 000 ans, et ne devient “importante” que vers −45 000 ans avec l'apparition des premières laves différenciées. Le maximum d'activité se situe entre −20 000 et −10 000 ans. L'activité diminue depuis ; les dernières éruptions certaines et indiscutées datent de −7000 à −6000 ans. Des niveaux de cendres impossibles à rattacher à tel ou tel volcan dateraient de −5500 ans. Grâce à cette jeunesse et à une importante différenciation magmatique qui a produit des laves très variées allant des basaltes aux trachytes (différence avec le Bas Vivarais où il n'y a que des basaltes), la Chaine des Puys est un véritable musée de la morphologie élémentaire des volcans simples (cône de scories, dôme, maar…). C'est pour cela qu'un survol est non seulement un plaisir pour les yeux, mais aussi riche d'enseignements. Cette semaine, et avant de vous montrer la moitié Sud, nous vous montrons la première moitié de ce voyage virtuel, la moitié Nord de la Chaine des Puys, en allant du Puy Pariou jusqu'au Gour de Tazenat.

Pour profiter pleinement de ces voyages photographiques au-dessus de la Chaine des Puys, nous vous conseillons d'avoir à côté de vous la carte et la notice de Volcanologie de la Chaine des Puys (nouvelle édition). La carte vous permettra de localiser chacune des photographies. La notice contient de nombreux schémas explicatifs décrivant les mécanismes et le déroulement chronologique de l'édification des principaux volcans de la chaine. En superposant des extraits de la carte sur des images Google Earth en relief, on peut faire la liaison photographie aérienne réelle - image Google Earth - topographie - géologie… Nous montrerons ici un exemple de cette possibilité, le complexe du Puy des Gouttes et du Puy Chopine. Mais cela pourrait être fait par tout un chacun pour tous les édifices représentés sur la carte.

Bon voyage au-dessus de la Chaine des Puys !

Le Puy de Côme vu depuis le Nord

Figure 4. Le Puy de Côme vu depuis le Nord

Le Puy de Côme est le plus haut et le plus volumineux des cônes de scories de la Chaine des Puys. Un petit cône secondaire s'est établi dans le cratère principal. Les scories du Puy de Côme sont de nature trachy-andésitique. Les alignements d'arbres sur les flancs du volcan peuvent être dus à des pratiques des forestiers propriétaires du puy (comme sur la photo 15) ou à la présence de ravines le long de la ligne de plus grande pente (ravines nommés “barranco”, comme on en voit sur la photo 11), ravines qui pourraient guider le travail des forestiers. Au fond à gauche, le Puy de Dôme.

Voir aussi Les trous à glace de la cheire du Puy de Côme (Puy de Dôme).


Vue, prise en direction du Sud, sur le Cliersou

Figure 5. Vue, prise en direction du Sud, sur le Cliersou

Il s'agit de l'exemple “parfait” d'un dôme de lave visqueuse, dôme fait de trachyte massif. Ce trachyte constitue de petites falaises. Il a été exploité en carrières (pour bâtir notamment le temple de Mercure au sommet du Puy de Dôme), carrières se présentant maintenant sous forme de petites grottes. Au fond, le Puy de Dôme. Entre le Pariou et le Puy de Dôme, le Grand Suchet et le Petit Suchet, également appelé Puy de l'Aumône.


Vue de détail sur le Cliersou

Figure 6. Vue de détail sur le Cliersou

On voit bien le joli petit système torrentiel avec bassin de réception et cône de déjection entre les Petit et Grand Suchet. Un zoom sur ce système torrentiel a été placé à gauche de la photo principale.


Vue prise en direction du Nord sur le versant Sud du Cliersou, visible entre les Grand (à gauche) et Petit (à droite) Suchet

Figure 7. Vue prise en direction du Nord sur le versant Sud du Cliersou, visible entre les Grand (à gauche) et Petit (à droite) Suchet

Le Grand Suchet est un cône de scories. Le Petit Suchet (ou Puy de l'Aumône) est un dôme de trachyte qu'on voit bien. Derrière le Cliersou, le Puy de Chaumont. À l'arrière-plan, de gauche à droite, les puys de la Coquille, de Jume et de la Nugère.


Vue prise en direction du Nord sur le versant Sud du Pariou et son superbe cratère

Figure 8. Vue prise en direction du Nord sur le versant Sud du Pariou et son superbe cratère

Derrière le Pariou, légèrement sur la gauche, le Puy des Goules, cône de scories qui ressemble beaucoup au Nouveau Pariou. Derrière le Puy des Goules, le dôme trachytique hémisphérique du Sarcoui.



Vue prise en direction du Sud sur le Sarcoui (au premier plan), le Puy des Goules (au deuxième plan), le Pariou (au troisième plan) et le Puy de Dôme (à l'arrière-plan)

Figure 10. Vue prise en direction du Sud sur le Sarcoui (au premier plan), le Puy des Goules (au deuxième plan), le Pariou (au troisième plan) et le Puy de Dôme (à l'arrière-plan)

La forme en dôme hémisphérique du Sarcoui se voit bien. Une ancienne carrière exploitait le trachyte massif (et les éboulis) constituant le dôme. On voit très bien la couleur claire du trachyte.


Vue, prise en direction du Nord, sur l'ensemble du Puy des Gouttes et du Puy Chopine

Figure 11. Vue, prise en direction du Nord, sur l'ensemble du Puy des Gouttes et du Puy Chopine

Le Puy des Gouttes a une forme de fer à cheval, qui correspond aux trois quarts d'un cône de scories. Le quart Nord-Est de ce cône a disparu, détruit par la formation d'un maar. Le Puy Chopine correspond à une pyramide boisée (recoupée en biais par un chemin forestier). Ce Puy Chopine a rempli le maar qui a détruit le Nord-Est du Puy des Gouttes. Des ravines parallèles à la ligne de plus grande pente (des barrancos) entaillent le versant externe du Puy des Gouttes. Au premier plan, la carrière du Puy de Lemptégy. Au fond, de gauche à droite, les puys de Louchadière et de la Coquille.



Résultat de la superposition d'un secteur de la carte volcanologique de la Chaine des Puys (centré sur les puys des Gouttes et Chopine) sur l'image Google Earth en relief du même secteur

Figure 13. Résultat de la superposition d'un secteur de la carte volcanologique de la Chaine des Puys (centré sur les puys des Gouttes et Chopine) sur l'image Google Earth en relief du même secteur

Sur ce montage, qui a approximativement la même orientation que la figure 11, on voit bien que le Puy Chopine, constitué de trachyte (en rouge) et de ses éboulis, remplit un maar (cercle rouge cranté). Ce maar recoupe et a détruit le quart Nord-Est du cône “strombolien” classique du Puy des Gouttes.


Résultat de la superposition d'un secteur de la carte volcanologique de la Chaine des Puys (centré sur les Puys des Gouttes et Chopine) sur l'image Google Earth en relief du même secteur

Figure 14. Résultat de la superposition d'un secteur de la carte volcanologique de la Chaine des Puys (centré sur les Puys des Gouttes et Chopine) sur l'image Google Earth en relief du même secteur

Sur ce montage qui a approximativement la même orientation que la figure 12, on voit bien que le Puy Chopine, constitué de trachyte (en rouge) et de ses éboulis, remplit un maar (cercle rouge cranté). Ce maar recoupe et a détruit le quart Nord-Est du cône “strombolien” classique du Puy des Gouttes.



Vue, prise en direction du Sud, sur les côtés Nord des Puys de Jume et de la Coquille

Figure 16. Vue, prise en direction du Sud, sur les côtés Nord des Puys de Jume et de la Coquille

Au premier plan, la carrière du Puy de Ténuzet. À l'arrière-plan à droite, on reconnait les puys Chopine (boisé), et de Côme. Tout au fond, le Puy de Dôme.


Vue, prise en direction du Nord-Nord-Ouest, sur le Puy de Louchadière, cône de scories trachy-basaltiques

Figure 17. Vue, prise en direction du Nord-Nord-Ouest, sur le Puy de Louchadière, cône de scories trachy-basaltiques

Ce cône, qui a la forme d'un fer à cheval, est égueulé en direction de l'Ouest-Sud-Ouest. Cet égueulement (terme qui provient du mot “gueule”) vient du fait qu'une coulée de lave coulait en même temps que l'émission de projections et que celles-ci, entrainées par la lave, ne pouvaient pas s'accumuler autour de leur point de sortie.



Vue, prise en direction du Sud, sur le Nord-Ouest de la Chaine des Puys

Figure 19. Vue, prise en direction du Sud, sur le Nord-Ouest de la Chaine des Puys

Au premier plan, le versant Nord du Puy de Louchadière. Au centre de la photo, le Puy Chopine. À gauche du Puy Chopine, les puys Sarcoui, des Goules et du Pariou. À l'extrême droite, le Puy de Côme. Au fond, le Puy de Dôme.


Vue, prise en direction du Sud, sur le Nord de la Chaine des Puys

Figure 20. Vue, prise en direction du Sud, sur le Nord de la Chaine des Puys

Au centre de l'image, la carrière du Puy de Ténuzet, entre (et en avant) les puys de Jume et de Louchadière. À l'arrière, on reconnait les puys Chopine, de Côme, et enfin le Puy de Dôme.


Arrivée sur le Gour de Tazenat en venant du Sud-Est et en regardant vers le Nord

Figure 21. Arrivée sur le Gour de Tazenat en venant du Sud-Est et en regardant vers le Nord

Si on excepte les volcans les plus méridionaux très excentrés au Sud de la Chaine des Puys, le Gour de Tazenat est le seul maar de la Chaine des Puys encore occupé par un lac. Ce lac circulaire mesure 650 m de diamètre, et a une profondeur de 66 m. L'éruption à l'origine de ce maar daterait de −40 000 ans. Les côtés Nord, Est et Sud du lac sont bordés d'un croissant pyroclastique.






Vue prise depuis le Gour de Tazenat (partiellement visible bas à gauche) en direction du Sud, où l'on voit toute la Chaine des Puys située au Nord du Puy de Dôme

Figure 26. Vue prise depuis le Gour de Tazenat (partiellement visible bas à gauche) en direction du Sud, où l'on voit toute la Chaine des Puys située au Nord du Puy de Dôme

Le Gour de Tazenat est le plus au Nord des volcans de la Chaine des Puys. Le deuxième volcan le plus au Nord, le Puy de Chalard (boisé) est visible juste au-dessus à droite de l'aileron.



Vue globale, prise en direction du Sud, sur la Chaine des Puys, principalement sur la partie située au Nord du Puy de Dôme, mais aussi sur quelques volcans situés au Sud

Figure 28. Vue globale, prise en direction du Sud, sur la Chaine des Puys, principalement sur la partie située au Nord du Puy de Dôme, mais aussi sur quelques volcans situés au Sud

La Chaine des Puys est “posée” sur un plateau situé en moyenne entre 750 et 1 000 m d'altitude, plateau qui occupe la droite de la photo. La plaine de Limagne (altitude comprise entre 350 et 450 m d'altitude) occupe la gauche de la photo. L'escarpement séparant la Limagne du plateau correspond à la faille dite « faille de la Limagne ».


Carte topographique “oblique” IGN de la Chaine des Puys, de la faille de Limagne et de la plaine de Limagne au premier plan

Figure 29. Carte topographique “oblique” IGN de la Chaine des Puys, de la faille de Limagne et de la plaine de Limagne au premier plan

Le trajet virtuel allant de la photo 1 (au centre Sud de la carte) à la photo 28 (au Nord) est approximativement localisé par le tracé pointillé bleu. Les traits rouges représentent le champ de prise de vue de la figure 28. CF représente le site de la ville de Clermont-Ferrand, PdD localise le Puy de Dôme et MD le massif des Monts-Dore. Les “plateaux” inclus dans la Limagne mais la dominant sont constitués de coulées de basalte d'âge mio-pliocène inversées par l'érosion.