Image de la semaine | 23/05/2022

Survol du Sud de la Chaine des Puys (Puy-de-Dôme), du Puy de Dôme à la Narse d'Espinasse

23/05/2022

Pierre Thomas

Laboratoire de Géologie de Lyon / ENS de Lyon

Olivier Dequincey

ENS de Lyon / DGESCO

Résumé

Dômes, cratères égueulés, coulées et barrages, maars… un peu de morphologie volcanique auvergnate.


Le “seigneur” de la Chaine des Puys, le Puy de Dôme, qui domine de ses 1465 m une cinquantaine de volcans plus modestes alignés Nord-Sud et formant la Chaine des Puys

Figure 1. Le “seigneur” de la Chaine des Puys, le Puy de Dôme, qui domine de ses 1465 m une cinquantaine de volcans plus modestes alignés Nord-Sud et formant la Chaine des Puys

Le Puy de Dôme est un dôme trachytique complexe, âgé d'environ 11 000 ans et qui, d'après l'étude de dômes actuels de ce type, a dû s'édifier en quelques dizaines d'années seulement. Le Puy de Dôme est flanqué au Nord d'un ensemble complexe d'appareils stromboliens et/ou phréato-magmatiques regroupés sous le nom de « Petit Puy de Dôme ». C'est ce Petit Puy de Dôme qu'on voit au premier plan.


Au printemps 1978, j'ai survolé la Chaine des Puys dans un petit avion de l'Aéroclub d'Auvergne basé à l'aéroport de Clermont-Ferrand / Aulnat, et bien sûr j'ai pris de nombreuses diapositives (argentiques à l'époque). À l'automne 2019, j'ai effectué un deuxième survol, et j'ai pris d'autres photographies, numériques cette fois. En ce printemps 2022, j'ai numérisé les mieux conservées des diapositives de 1978 (vieilles de 44 ans), et avec les photos de 2019, malgré les différences d'éclairage entre les deux survols ou au sein d'un même survol (avec parfois le soleil dans le dos, parfois de face), malgré les différences de météorologie plus ou moins brumeuse, malgré les reflets sur les vitres de l'avion et malgré le fait que certaines photographies aient été prises à travers l'hélice en rotation… j'ai pu reconstituer un unique survol virtuel de l'ensemble de la Chaine des Puys.

La Chaine des Puys (au sens large) est l'une des deux provinces magmatiques du Massif Central (avec la province du Bas Vivarais) datant du « Quaternaire récent », les autres provinces étant beaucoup plus vieilles (du Miocène inférieur au « Quaternaire ancien »). Cette activité de la Chaine des Puys débute “timidement” vers −200 000 à −100 000 ans, et ne devient “importante” que vers −45 000 ans avec l'apparition des premières laves différenciées. Le maximum d'activité se situe entre −20 000 et −10 000 ans. L'activité diminue depuis ; les dernières éruptions certaines et indiscutées datent de −7000 à −6000 ans. Des niveaux de cendres impossibles à rattacher à tel ou tel volcan dateraient de −5500 ans. Grâce à cette jeunesse et à une importante différenciation magmatique qui a produit des laves très variées allant des basaltes aux trachytes (différence avec le Bas Vivarais où il n'y a que des basaltes), la Chaine des Puys est un véritable musée de la morphologie élémentaire des volcans simples (cône de scories, dôme, maar…). C'est pour cela qu'un survol est non seulement un plaisir pour les yeux, mais aussi riche d'enseignements. Cette semaine, et après vous avoir montré la moitié Nord (cf. Survol du Nord de la Chaine des Puys (Puy de Dôme), du Pariou au Gour de Tazenat), nous vous montrons la deuxième moitié de ce voyage virtuel, la moitié Sud de la Chaine des Puys, en allant du Puy de Dôme jusqu'à la Narse d'Espinasse au pied du Puy de l'Enfer.

Pour profiter pleinement de ces voyages photographiques au-dessus de la Chaine des Puys, nous vous conseillons d'avoir à côté de vous la carte et la notice de Volcanologie de la Chaine des Puys (nouvelle édition). La carte vous permettra de localiser chacune des photographies. La notice contient de nombreux schémas explicatifs décrivant les mécanismes et le déroulement chronologique de l'édification des principaux volcans de la chaine. En superposant des extraits de la carte sur des images Google Earth en relief, on peut faire la liaison photographie aérienne réelle - image Google Earth - topographie - géologie… Nous montrerons ici un exemple de cette possibilité,la coulée des Puys de Lassolas et de la Vache et les lacs d'Aydat et de la Cassière. Mais cela pourrait être fait par tout un chacun pour tous les édifices représentés sur la carte.

Bon voyage au-dessus de la Chaine des Puys !



Le Puy de Dôme vu du Sud-Sud-Est

Figure 4. Le Puy de Dôme vu du Sud-Sud-Est

La gauche du dôme (le Sud-Ouest) est irrégulière et rocheuse, et ressemble à la face Nord. La droite du dôme (la face Est) présente une pente beaucoup plus régulière et est constituée d'un tablier de pyroclastites produit par des nuées ardentes ou par des éboulements explosifs des flancs du dôme.


Le Puy de Dôme vu depuis le Sud

Figure 5. Le Puy de Dôme vu depuis le Sud

La gauche du dôme (l'Ouest) est irrégulière et rocheuse, et ressemble à la face Nord. La droite du dôme (la face Est) présente une pente beaucoup plus régulière et est constituée d'un tablier de pyroclastites produit par des nuées ardentes ou par des éboulements explosifs des flancs du dôme.


Le Puy de Dôme vu de loin depuis le Sud-Sud-Ouest

Figure 6. Le Puy de Dôme vu de loin depuis le Sud-Sud-Ouest

Les trois quarts gauches du dôme (l'Ouest) sont irréguliers et rocheux, et ressemblent à la face Nord. La droite du Dôme (la face Est) présente une pente beaucoup plus régulière et est constituée d'un tablier de pyroclastites produit par des nuées ardentes ou par des éboulements explosifs des flancs du dôme.


La moitié Sud de la Chaine des Puys vue depuis le secteur du Puy de Dôme

Figure 7. La moitié Sud de la Chaine des Puys vue depuis le secteur du Puy de Dôme

On voit distinctement un alignement de plus d'une dizaine de volcans, tous très boisés depuis quelques dizaines d'années, ce qui en oblitère la morphologie. À l'arrière-plan, le Massif des Monts-Dore.


L'extrémité Sud de la Chaine des Puys vue depuis le Nord, depuis le secteur du Puy de Lassolas

Figure 8. L'extrémité Sud de la Chaine des Puys vue depuis le Nord, depuis le secteur du Puy de Lassolas

L'alignement au centre de la photo correspond (du premier au troisième plan) aux puys de Montjuger, de Montchal et de la Toupe (entaillé par une carrière).


Vue du Sud vers le Nord sur l'alignement des puys de la Toupe (avec une carrière), de Montchal et de Montjuger

Figure 9. Vue du Sud vers le Nord sur l'alignement des puys de la Toupe (avec une carrière), de Montchal et de Montjuger

À gauche du Puy de Montjuger, le Puy de Pourcharet. À droite, le Puy de Lassolas dont on devine l'égueulement malgré la brume et le contrejour.


Vue plus globale du Sud de la Chaine des Puys avec au fond (au Nord) le Puy de Dôme

Figure 10. Vue plus globale du Sud de la Chaine des Puys avec au fond (au Nord) le Puy de Dôme

Le plus à gauche des volcans de l'avant plan, le Puy de Pourcharet. Sur le même plan à l'extrême droite de la photo, les deux volcans égueulés jumeaux, les célèbres Puys de Lassolas et de la Vache.


Vue quasi-verticale du cratère du Puy de Pourcharet

Vue, prise en direction du Nord, sur les deux volcans égueulés jumeaux, les célèbres Puys de Lassolas (à gauche) et de la Vache (à droite)

Figure 12. Vue, prise en direction du Nord, sur les deux volcans égueulés jumeaux, les célèbres Puys de Lassolas (à gauche) et de la Vache (à droite)

À l'arrière-plan gauche, le Puy de Mercœur. En comparant cette photo aux deux suivantes prises 41 ans plus tôt, on voit les effets du recul du pastoralisme et du pâturage par les troupeaux (surtout de moutons) : arbres et forêts envahissent progressivement les parois des cratères qui, il y a 41 ans, étaient largement constituées de scories “nues”.


Vue, prise en direction du Nord-Nord-Ouest, sur les deux volcans égueulés jumeaux, les célèbres Puys de Lassolas (à gauche) et de la Vache (à droite), dont les cratères sont “ouverts” vers le Sud

Figure 13. Vue, prise en direction du Nord-Nord-Ouest, sur les deux volcans égueulés jumeaux, les célèbres Puys de Lassolas (à gauche) et de la Vache (à droite), dont les cratères sont “ouverts” vers le Sud

Ces deux volcans (trachy-basaltiques et âgés d'environ 8000 ans) sont les deux exemples les plus caractéristiques de cônes de scories égueulés. C'est par ces deux égueulements que s'est écoulée la lave à l'origine d'une des plus importantes coulées de la Chaine des Puys : la cheire (ou coulée) d'Aydat. Il y a 44 ans, les zones nues et non végétalisées représentaient une proportion notable de la surface de ces volcans. La progression du couvert forestier (conséquence inéluctable du recul du pastoralisme) oblitère considérablement la visibilité de la morphologie des édifices volcaniques.


Vue, prise en direction du Nord-Ouest, sur les deux volcans égueulés jumeaux, les célèbres Puys de Lassolas (à gauche) et de la Vache (à droite), dont les cratères sont “ouverts” vers le Sud

Figure 14. Vue, prise en direction du Nord-Ouest, sur les deux volcans égueulés jumeaux, les célèbres Puys de Lassolas (à gauche) et de la Vache (à droite), dont les cratères sont “ouverts” vers le Sud

Ces deux volcans (trachy-basaltiques et âgés d'environ 8000 ans) sont les deux exemples les plus caractéristiques de cônes de scories égueulés. C'est par ces deux égueulements que s'est écoulée la lave à l'origine d'une des plus importantes coulées de la Chaine des Puys : la cheire (ou coulée) d'Aydat. Il y a 44 ans, les zones nues et non végétalisées représentaient une proportion notable de la surface de ces volcans. La progression du couvert forestier (conséquence inéluctable du recul du pastoralisme) oblitère considérablement la visibilité de la morphologie des édifices volcaniques.



Résultat de la superposition d'un secteur de la carte volcanologique de la Chaine des Puys (secteur centré sur les lacs d'Aydat et de la Cassière) sur l'image Google Earth en relief du même secteur

Figure 16. Résultat de la superposition d'un secteur de la carte volcanologique de la Chaine des Puys (secteur centré sur les lacs d'Aydat et de la Cassière) sur l'image Google Earth en relief du même secteur

Des puys de Lassolas et de la Vache (flèche rouge) s'est échappée une importante coulée de trachy-basalte (en vert sur la carte). En s'écoulant vers le Sud-Est, cette coulée a barré la vallée d'une rivière (la Veyre) et d'un petit ruisseau. Derrière ce double barrage, deux lacs se sont installés, les lacs d'Aydat sur la Veyre (au premier plan) et le petit lac de la Cassière (au deuxième plan).


Vue sur la coulée d'Aydat (dite cheire d'Aydat)

Figure 17. Vue sur la coulée d'Aydat (dite cheire d'Aydat)

Il s'agit de la zone très boisée s'étendant des Puys de Lassolas et de la Vache (indiqués par la petite flèche noire), jusqu'au petit village du quart inférieur droit de la photo. La coulée continue ensuite vers la droite en sortant du cadre de la photo. En passant, elle a barré la vallée de La Veyre ce qui a créé le lac d'Aydat dont on voit le bord Ouest sur la gauche de la photo.



Le lac d'Aydat vu en direction du Sud-Ouest

Figure 19. Le lac d'Aydat vu en direction du Sud-Ouest

La coulée d'Aydat, très boisée, arrive de la droite et barre la vallée de la Veyre. Elle continue ensuite vers le coin inférieur gauche de l'image mais est beaucoup moins visible car la végétation qui la colonise ne la distingue plus des autres terrains. Au fond, avec encore des plaques de neige, le Massif des Monts-Dore.

Photo 1978


Le lac de la Cassière

Figure 20. Le lac de la Cassière

Il s'agit aussi d'un petit lac de barrage. Une petite vallée a vu sa partie aval (à gauche) envahie par un diverticule de la coulée d'Aydat derrière lequel s'est installé le lac.


En tournant autour de la Narse d'Espinasse – 1/5

Figure 21. En tournant autour de la Narse d'Espinasse – 1/5

Le mot “narse” signifie “marécage tourbeux” en occitan du Nord.

La Narse d'Espinasse correspond à un marécage circulaire (diamètre de 500 m) occupant le fond d'un maar. Sa genèse est la même que celle du Gour de Tazenat (cf. Survol du Nord de la Chaine des Puys (Puy de Dôme), du Pariou au Gour de Tazenat), mais ici le lac a été comblé de dépôts divers, dont beaucoup de tourbe. Un croissant pyroclastique nommé le Puy de l'Enfer (entaillé par une carrière) entoure la moitié Nord de la narse, croissant qu'on voit aussi (mais au Nord-Est) autour du Gour de Tazenat.

Cette photo et les quatre suivantes correspondent à trois quarts de tour autour de la narse, en arrivant par le Nord-est, en passant par le Sud et en repartant par le Nord-Ouest.


En tournant autour de la Narse d'Espinasse – 2/5

Figure 22. En tournant autour de la Narse d'Espinasse – 2/5

La Narse d'Espinasse correspond à un marécage circulaire (diamètre de 500 m) occupant le fond d'un maar. Sa genèse est la même que celle du Gour de Tazenat (cf. Survol du Nord de la Chaine des Puys (Puy de Dôme), du Pariou au Gour de Tazenat), mais ici le lac a été comblé de dépôts divers, dont beaucoup de tourbe. Un croissant pyroclastique nommé le Puy de l'Enfer (entaillé par une carrière) entoure la moitié Nord de la narse, croissant qu'on voit aussi (mais au Nord-Est) autour du Gour de Tazenat.


En tournant autour de la Narse d'Espinasse – 3/5

Figure 23. En tournant autour de la Narse d'Espinasse – 3/5

La Narse d'Espinasse correspond à un marécage circulaire (diamètre de 500 m) occupant le fond d'un maar. Sa genèse est la même que celle du Gour de Tazenat (cf. Survol du Nord de la Chaine des Puys (Puy de Dôme), du Pariou au Gour de Tazenat), mais ici le lac a été comblé de dépôts divers, dont beaucoup de tourbe. Un croissant pyroclastique nommé le Puy de l'Enfer (entaillé par une carrière) entoure la moitié Nord de la narse, croissant qu'on voit aussi (mais au Nord-Est) autour du Gour de Tazenat.


En tournant autour de la Narse d'Espinasse – 4/5

Figure 24. En tournant autour de la Narse d'Espinasse – 4/5

La Narse d'Espinasse correspond à un marécage circulaire (diamètre de 500 m) occupant le fond d'un maar. Sa genèse est la même que celle du Gour de Tazenat (cf. Survol du Nord de la Chaine des Puys (Puy de Dôme), du Pariou au Gour de Tazenat), mais ici le lac a été comblé de dépôts divers, dont beaucoup de tourbe. Un croissant pyroclastique nommé le Puy de l'Enfer (entaillé par une carrière) entoure la moitié Nord de la narse, croissant qu'on voit aussi (mais au Nord-Est) autour du Gour de Tazenat.


En tournant autour de la Narse d'Espinasse – 5/5

Figure 25. En tournant autour de la Narse d'Espinasse – 5/5

La Narse d'Espinasse correspond à un marécage circulaire (diamètre de 500 m) occupant le fond d'un maar. Sa genèse est la même que celle du Gour de Tazenat (cf. Survol du Nord de la Chaine des Puys (Puy de Dôme), du Pariou au Gour de Tazenat), mais ici le lac a été comblé de dépôts divers, dont beaucoup de tourbe. Un croissant pyroclastique nommé le Puy de l'Enfer (entaillé par une carrière) entoure la moitié Nord de la narse, croissant qu'on voit aussi (mais au Nord-Est) autour du Gour de Tazenat.


À 1,5 km au Nord de la Narse d'Espinasse, on peut voir un autre maar beaucoup plus discret, la Narse d'Ampoix

Figure 26. À 1,5 km au Nord de la Narse d'Espinasse, on peut voir un autre maar beaucoup plus discret, la Narse d'Ampoix

Le mot “narse” signifie “marécage tourbeux” en occitan du Nord.

On reconnait encore la morphologie caractéristique d'un maar : dépression circulaire marécageuse (environ 100 m de diamètre), entouré au Nord (en bas à gauche sur la photo) par un croissant pyroclastique.


Carte topographique “oblique” IGN de la Chaine des Puys, de la faille de Limagne et de la Limagne au premier plan

Figure 27. Carte topographique “oblique” IGN de la Chaine des Puys, de la faille de Limagne et de la Limagne au premier plan

Le trajet virtuel allant de la photo 1 (au centre Sud de la carte près du Puy de Dôme) à la photo 26 (au Sud) est approximativement localisé par le tracé pointillé bleu. CF représente le site de la ville de Clermont-Ferrand, PdD localise le Puy de Dôme et MD le massif des Monts-Dore. Les “plateaux” inclus dans la Limagne mais la dominant sont constitués de coulées de basalte d'âge mio-pliocène inversées par l'érosion. Le trajet virtuel Nord effectué la semaine dernière (cf. Survol du Nord de la Chaine des Puys (Puy de Dôme), du Pariou au Gour de Tazenat) est représenté par le tracé pointillé vert.