Image de la semaine | 28/03/2011

Friture de Lebias cephalotes du bassin d'Aix en Provence

28/03/2011

Pierre Thomas

Laboratoire de Géologie de Lyon / ENS Lyon

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

Résumé

Friture de poissons fossiles oligocènes.


Plaque de calcaire marneux exceptionnellement riche en fossiles de Lebias cephalotes, poisson lacustre de la famille des Cyprinodontidae, Oligocène terminal du bassin d'Aix en Provence

Nous arrivons bientôt au mois d'avril, et les poissons vont être à l'honneur d'ici quelques jours. En avant-goût, voici une plaque de calcaire marneux venant de l'Oligocène supérieur du bassin d'Aix en Provence particulièrement riche en poissons lacustres fossiles, des Lebias cephalotes, poissons de la famille des Cyprinodontidae.

Ces concentrations de poissons dans le bassin d'Aix avaient frappé les anciens géologues. En témoigne la figure 272 du livre La terre avant le déluge, de Louis Figuier (1866), consultable sur la bibliothèque Gallica de la BNF.

La terre avant le déluge, livre de Louis Figuier (1866), pages 1 et 307

Figure 6. La terre avant le déluge, livre de Louis Figuier (1866), pages 1 et 307.

Le fait que ces fossiles du bassin d'Aix se trouvent dans le chapitre « période éocène » montre que les attributions stratigraphiques ont changé depuis 145 ans.


La terre avant le déluge, livre de Louis Figuier (1866), figure 272 p.307

Figure 7. La terre avant le déluge, livre de Louis Figuier (1866), figure 272 p.307.

La ressemblance entre ce dessin et l'échantillon du Musée des Confluences (Lyon) est saisissante.


Extrait de la carte géologique 1/250 000 de Marseille montrant le bassin Oligocène d'Aix en Provence

Figure 8. Extrait de la carte géologique 1/250 000 de Marseille montrant le bassin Oligocène d'Aix en Provence.

Bassin oligocène : couleurs rose ou orange, g1 à g3).


On peut se demander comment il est possible qu'un tel nombre de poissons soit aussi concentré sur une si faible surface. Il suffit d'imaginer que le lac éo-oligocène d'Aix était très peu profond. En période de sécheresse, il se réduisait à quelques mares où se concentraient les poissons. Assèchement complet, ou anoxie dans des eaux surchauffées et surpeuplées ont entraîné cette hécatombe. Les lacs oligocènes de France était « coutumiers » du fait : en témoigne certaines plaques à larves d'insectes trouvées en Limagne.

La sécheresse de l'hiver 2009-2010 en Amazonie peut donner une idée de ce à quoi devait ressembler les sécheresses oligocènes de France.

Figure 9. Paysage amazonien lors de la grande sécheresse de l'hiver 2009-2010.

Ce lac (ou ce bras de rivière) en voie d'assèchement donne une idée de ce à quoi pouvait ressembler le lac d'Aix pendant les sécheresses oligocènes.