Mots clés : drainage, tunnel, irrigation, aménagement, molasse

Géologie et aménagement du territoire, un exemple de réussite : l'aménagement de l'étang de Montady (Hérault)

Pierre Thomas

Laboratoire de Sciences de la Terre / ENS Lyon

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

06/04/2009

Résumé

Un ancien étang drainé par un réseau de canaux radiaux.


Figure 1. Vue générale de l'étang de Montady (Hérault), prise depuis l'oppidum d'Ensérune

Vue générale de l'étang de Montady (Hérault), prise depuis l'oppidum d'Ensérune

Un ancien étang drainé par un réseau de canaux radiaux.


Nous avons dernièrement l'exemple d'un aménagement du territoire raté à l'estuaire de la Slack, datant du 20ème siècle. Voici cette semaine l'exemple d'un aménagement réussi, datant du… 13ème siècle : l'étang de Montady. L'étang de Montady (Hérault) est l'un des paysages « anthropisés » les plus étonnants de France. Il s'agit d'un ancien étang drainé par un réseau de canaux radiaux dessinant un « soleil » unique en France.

Figure 2. L'étang de Montady (Hérault) au soleil couchant, vu depuis l'oppidum d'Ensérune

L'étang de Montady (Hérault) au soleil couchant, vu depuis l'oppidum d'Ensérune

Un ancien étang drainé par un réseau de canaux radiaux. Partie "Ouest".


Figure 3. L'étang de Montady (Hérault) au soleil couchant, vu depuis l'oppidum d'Ensérune

L'étang de Montady (Hérault) au soleil couchant, vu depuis l'oppidum d'Ensérune

Un ancien étang drainé par un réseau de canaux radiaux. Partie centrale.


Figure 4. L'étang de Montady (Hérault) au soleil couchant, vu depuis l'oppidum d'Ensérune

L'étang de Montady (Hérault) au soleil couchant, vu depuis l'oppidum d'Ensérune

Un ancien étang drainé par un réseau de canaux radiaux. Partie "Est".


 

Figure 5. Vue aérienne oblique de l'étang de Montady (Hérault)

Vue aérienne oblique de l'étang de Montady (Hérault)

Les images 1 à 4 ont été prises du sommet de l'oppidum d'Ensérune, colline boisée située au Sud (à gauchede la photo).


Figure 6. Vue aérienne verticale de l'étang de Montady (Hérault)

Vue aérienne verticale de l'étang de Montady (Hérault)

Les images 1 à 4 ont été prises du sommet de l'oppidum d'Ensérune, colline boisée située au Sud (en bas de la photo).


Figure 7. Extrait de la carte IGN montrant la disposition radiale des canaux drainant l'ancien étang de Montady (Hérault)

Extrait de la carte IGN montrant la disposition radiale des canaux drainant l'ancien étang de Montady (Hérault)

Les images 1 à 4 ont été prises du sommet de l'oppidum d'Ensérune.


Figure 8. L'étang de Montady (Hérault) : cadre régional

L'étang de Montady (Hérault) : cadre régional

Image situant l'ancien étang de Montady dans son cadre languedocien.


L'ancien étang de Montady était un marais d'eaux stagnantes rendant la région particulièrement insalubre. Son assainissement date du 13ème siècle, et les aménagements de cette époque fonctionnent encore très bien car leur entretien n'a jamais cessé.

Dès 1270, était mis en place un réseau de fossés radiaux, permettant le drainage des eaux de la périphérie vers le centre : le point le plus bas de l'ancien étang. De là, un fossé creusé à contre pente, prolongé par une galerie (1300 m de long) creusée sous la terminaison de la colline de l'oppidum d'Ensérune, conduit les eaux jusqu'à un ruisseau maintenant appelé « ruisseau de Montady » qui se dirige vers l'Ouest. Cet aménagement est une prouesse des ouvriers et maîtres d'œuvre du Moyen-Âge. Cette galerie a été creusée dans la formation m2a , dite « molasse marine miocène ». Il s'agit d'alternances calcaro-marno-sablo-gréseuses (cf géologie figure 12), certes pas trop difficile à excaver, mais dont la résistance aux éboulements est loin d'être parfaite. Malgré cela, cette galerie existe et fonctionne encore.

Ainsi drainé, l'ancien étang fut divisé en parcelles triangulaires appelées « pointes », et mis en culture. Depuis le 17ème siècle, les cultures peuvent être irriguées grâce à l'eau du Canal du Midi qui se trouve quelques mètres en surplomb au-dessus du fond de l'ancien étang. Les cultures sont maintenant reliées à tout le système d'irrigation du Languedoc. Les vignes qui y poussent peuvent même être complètement inondées l'hiver, ce qui est un excellent moyen de lutte contre le phylloxera. L'excès d'eau est toujours évacué par la tranchée et la galerie du Moyen-Âge.

Figure 9. Localisation de la galerie souterraine partant du Sud de l'étang de Montady et se dirigeant vers le ruisseau dit « de Montady »

Localisation de la galerie souterraine partant du Sud de l'étang de Montady et se dirigeant vers le ruisseau dit « de Montady »

Localisation (approximative) de la galerie souterraine de 1300 m de long = trait rouge pointillé. La tranchée creusée à contre pente part du centre de l'ancien étang jusqu'à l'extrémité Nord de la galerie.


Il est à noter que, à l'Est, la colline où est situé l'oppidum d'Ensérune est percée de 3 tunnels : le tunnel de la voie ferrée datant du 19ème siècle, le tunnel du Canal du Midi (tunnel de Malpas) creusé par Pierre-Paul Riquet au 17ème siècle, et le tunnel de drainage de l'étang de Montady datant du 13ème siècle. Le tunnel de Malpas permet de bien voir la « molasse miocène » dans laquelle a été creusée la galerie de drainage de l'étang.

Cette colline de « molasse miocène » est donc percée de 3 tunnels superposés avec de bas en haut : (1) la galerie de drainage de l'étang, (2) le tunnel ferroviaire et (3) le tunnel du canal du Midi.

Les collines d'Enserune et de Montady sont toutes deux surmontées d'une formation conglomératique de remplissage de chenaux ou torrents sur substratum miocène (un âge messinien est parfois proposé mais difficile à confirmer du fait de l'absence de fossiles dans cette formation). La plus grande résistance à l'érosion (éolienne ?) de ces conglomérats par rapport aux dépôts du substratum miocène environnant explique l'inversion de relief aujourd'hui en place.

Figure 10. L'entrée Ouest du tunnel de Malpas par où passe le canal du Midi

L'entrée Ouest du tunnel de Malpas par où passe le canal du Midi

Ce tunnel a été creusé en 1679-1680 sous les ordres de Pierre-paul Riquet. Comme tout le canal du Midi, il a été classé Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'Unesco.


Figure 11. La « molasse miocène » à l'intérieur du tunnel de Malpas

La « molasse miocène » à l'intérieur du tunnel de Malpas

On voit bien (en bas) les strates horizontales, et le creusement en « alvéoles » des niveaux supérieurs, creusement dû à l'érosion éolienne dans ce calcaire marno-sableux à la résistance irrégulière. La roche est encore à nu dans la moitié Ouest du tunnel. Des éboulements dans sa partie Est ont nécessité la consolidation de la galerie par de la maçonnerie. C'est dans cette formation que les ouvriers du Moyen-Âge ont creusé la galerie de drainage de l'étang de Montady.

Le reflet sur la surface lisse du canal et les rayons du soleil couchant qui éclairent l'intérieur du tunnel donnent l'impression d'un tunnel avec 2 voûtes (supérieure et inférieure), ce qui est bien sûr une illusion.


Figure 12. Contexte géologique des aménagements au Sud de l'étang de Montady (Hérault)

Contexte géologique des aménagements au Sud de l'étang de Montady (Hérault)

Le trait rouge plein représente la tranchée à contre-pente, et le trait rouge pointillé représente la galerie d'évacuation des eaux. Le ruisseau par où s'évacuent ces eaux est figuré en vert. Le canal du Midi est figuré en bleu, en pointillés au niveau du tunnel de Malpas. La voie ferrée est figurée en noir, en pointillés pour le tracé du tunnel. Cette colline de « molasse miocène » est donc percée de 3 tunnels superposés : de bas en haut, on trouve (1) la galerie de drainage de l'étang, (2) le tunnel ferroviaire et (3) le tunnel du canal du Midi.


 
Mots clés : drainage, tunnel, irrigation, aménagement, molasse