La barytine de la Côte d'Abot (Puy de Dôme) et autres barytines jaune miel d'Auvergne

Pierre Thomas

Laboratoire de Géologie de Lyon / ENS Lyon

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

18/09/2017

Résumé

Barytine très pure, de couleur jaune miel, sous différentes morphologies du système orthorhombique.


Figure 1. Monocristal de barytine (BaSO4, également appelé baryte) provenant du gisement de la Côte d'Abot, commune de Saint Saturnin, Puy de Dôme

Ce gisement est situé au niveau de la faille de Limagne. Les cristaux se trouvent dans des filons qui parcourent le granite arénisé (et peut-être aussi les arkoses oligocènes voisines). La barytine de ce gisement, très pure, est transparente et d'une très belle couleur jaune miel. Ce cristal, hélas rayé, pèse 2,2 kg ; il mesure 12 x 10 x 7 cm.


Figure 2. Vue sous un angle différent du monocristal de barytine (BaSO4, également appelé baryte) de la figure ci-dessus, gisement de la Côte d'Abot, commune de Saint Saturnin, Puy de Dôme

Ce gisement est situé au niveau de la faille de Limagne. Les cristaux se trouvent dans des filons qui parcourent le granite arénisé (et peut-être aussi les arkoses oligocènes voisines). La barytine de ce gisement, très pure, est transparente et d'une très belle couleur jaune miel. Ce cristal, hélas rayé, pèse 2,2 kg ; il mesure 12 x 10 x 7 cm.


Figure 3. Vue sous un angle différent du monocristal de barytine (BaSO4, également appelé baryte) de la figure ci-dessus, gisement de la Côte d'Abot, commune de Saint Saturnin, Puy de Dôme

Ce gisement est situé au niveau de la faille de Limagne. Les cristaux se trouvent dans des filons qui parcourent le granite arénisé (et peut-être aussi les arkoses oligocènes voisines). La barytine de ce gisement, très pure, est transparente et d'une très belle couleur jaune miel. Ce cristal, hélas rayé, pèse 2,2 kg ; il mesure 12 x 10 x 7 cm.


Figure 4. Deuxième cristal de barytine provenant de la Côte d'Abot, commune de Saint Saturnin, Puy de Dôme

Ce cristal, plus petit, est dans un très bon état. Il permet de bien voir la forme du cristal, dite « en cercueil ».


Figure 5. Troisième cristal de barytine provenant de la Côte d'Abot, commune de Saint Saturnin, Puy de Dôme

Ce cristal, plus petit, est dans un très bon état. Il permet de bien voir la forme du cristal, dite « en cercueil ».


Parfois, les cristaux plus ou moins en cercueil forment des macles, des "macles de cercueils" en quelque sorte.

Figure 6. Exemple d'une macle de deux cristaux "en cercueil" s’interpénétrant



Ces cristaux présentent souvent des clivages internes, plans de clivage maintenant remplis d'air. Chaque plan de clivage correspond donc à une "fracture" extrêmement fine (épaisseur de l"ordre de grandeur du micromètre) remplie d’air, dont l’indice de réfraction est très différent de celui de la barytine. Cette couche très mince occasionne des interférences (comme les minces couches d’huile à la surface de l’eau), donnant des irisations parfois du plus bel effet.


Tous les grands musées de minéralogie du monde exposent de riches collections de cristaux de barytine. Parmi les plus beaux et les plus gros, on trouve toujours des cristaux dont la provenance est indiquée (selon les musées) "Côte d'Abot", "Saint Saturnin", "Saint Amant-Tallende", "Olloix". Il s'agit du même gisement auvergnat, dont le nom "officiel" est gisement de la Côte d'Abot. Ses cristaux, souvent parfaits, peuvent mesurer jusqu'à 20 cm de côté et peser plus de 10 kg. À côté des cristaux venant de la Côte d'Abot, sont souvent exposés des cristaux aussi beaux provenant du Puy Chateix, à Royat. Ces cristaux furent étudiés par le grand naturaliste auvergnat Henry Lecoq (1802-1871) dont la majorité des collections se trouvent aujourd'hui au Muséum d'histoire naturelle Henri Lecoq de Clermont-Ferrand. Ce sont des cristaux venant de la Côte d'Abot que nous vous montrons dans les sept premières figures, ci-dessus. Ces cristaux de barytine jaune miel d'Auvergne ne se retrouve pas que dans les grands musées. Toutes les collections de minéralogie des universités de la première moitié du 20ème siècle possédaient de ces cristaux, parfaits pour les travaux pratiques de minéralogie. L’ENS de Lyon a ainsi hérité d’une boite de 10 échantillons avec de vieilles étiquettes manuscrites maintenant presque illisibles. Quand on peut en lire des bribes, on voit que ces cristaux proviennent surtout du gisement de Royat.

Figure 9. Boite "travaux pratiques de minéralogie" de cristaux de barytine auvergnate provenant d’une ancienne collection universitaire

Ces cristaux proviennent (pour ceux dont l'étiquette est encore visible) du gisement de Royat ou d'un gisement du horst de Saint Yvoine.


La barytine (BaSO4, également appelée baryte) est une espèce minérale très recherchée des minéralogistes amateurs comme professionnels. Elle cristallise dans le système orthorhombique et existe sous de nombreux faciès. Le faciès le plus fréquent est composé de cristaux lamellaires blancs nacrés comme on en trouve dans des filons tardi-hercyniens de l'Est du Massif central, des Monts-du Lyonnais au Morvan (cf. Les filons de barytine (BaSO4) du Beaujolais (Rhône) ), dans des filons ou des gisements stratoïdes dans le Sud du Massif Central ( Filon de barytine, minéralisation et extension tardi-hercyniennes, carrière de Loiras, Le Bosc, Hérault et Barytine stratoïde dans le Jurassique basal des Causses, région de Millau, Aveyron ). Quand la barytine est très pure et indemne d'inclusions variées qui la rendent blanche et opaque, elle devient presque transparente, avec souvent une couleur jaune miel. La forme cristalline primaire de la barytine, quand les cristaux ont crus sans être "gênés" par des voisins, forme des volumes géométriques aux morphologies variées qui sont toutes des formes cristallines du système orthorhombique.

Figure 10. Six morphologies "classiques" des cristaux de barytine

Les cristaux de la Côte d'Abot, dit « en cercueil », ressemblent à la forme (2).


D'autres gisements auvergnats ont livré des cristaux aussi bien formés (à défaut d'être aussi gros) que ceux de la Côte d'Abot. Citons le Puy Chateix à Royat, la vallée de Sans-Soucis près de Chatel-Guyon, les environs de Saint Babel sur le horst de Saint Yvoine… Ces quatre gisements ont la particularité d'être situés près des failles de Limagne, la faille principale à l'Ouest du bassin, ou failles limitant le horst dit de Saint Yvoine entre Clermont-Ferrand et Issoire. On trouve ces cristaux dans des petits filons (de barytine seule ou associée à du quartz) recoupant le granite ou les sédiments oligocènes situés au voisinage immédiat de ces failles, sédiments souvent gréseux et arkosiques. Dans le cas très probable où ces quatre gisements (et d'autres) sont cogénétiques, cela signifie que cette barytine, associée aux failles de Limagne et recoupant aussi bien granite et sédiments s'est donc mise en place pendant (ou juste après) le jeu des failles de Limagne. Cette barytine a pour origine des circulations hydrothermales associées aux jeux de ces failles oligocènes.

Figure 11. Contexte géologique des quatre gisements de barytine dont proviennent les échantillons présentés ici, au voisinage immédiat des failles de la Limagne

"CA" indique le gisement de la Côte d'Abot, "R" celui de Royat, "C" celui de Chatel Guyon, "SB" celui de Saint Babel.


Très souvent, granite et sédiments gréseux sont très altérés, et les cristaux de barytine se récoltent dans une sorte d'arène assez meuble, soit sous forme de cristaux isolés, sois fixés en groupe sur des "plaques" de silice pour les plus petits. Entre 1967 et 1977, lycéen puis étudiant auvergnat, j'ai fait la "chasse" à ces cristaux de barytine. À la Côte d'Abot, on les trouvait au sein d'un granite (et peut-être aussi d'un grès, je ne me souviens plus exactement) "pourri" dans de vagues tranchées dues aux recherches des minéralogistes amateurs de l'époque. À Royat, la carrière d'arkose (grès feldspathique), dite carrière du Puy Chateix, qui avait livré les plus beaux échantillons à la fin du 19ème et au début du 20ème siècle était devenue stérile, mais on pouvait récolter de beaux échantillons au hasard des travaux dans le quartier (creusement de tranchées pour l'adduction d'eau, creusement de fondations pour des habitations…). À Chatel Guyon, on trouvait des cristaux dans une ancienne carrière, ou dans des ravinements creusés dans l'arène granitique par les orages d'été. À Saint Babel, on trouvait des cristaux isolés dans l'arène constituant les chemins ou les bords des champs. Cela fait maintenant 40 ans que je n'ai pas visité ces gisements. Je ne sais pas ce que sont devenus les affleurements de Chatel Guyon et de Saint Babel. À Royat, des trouvailles sont toujours possibles quand de nouveaux chantiers sont ouverts dans le secteur. Quant au plus célèbre des gisements, celui de la Côte d'Abot, le terrain où il se trouve a été racheté par un particulier qui l'a entièrement clôturé avec force barbelés et panneaux « défense d'entrer ». Le propriétaire exploite périodiquement le gisement pour mettre en vente des cristaux dans les bourses aux minéraux.

Les figures suivantes montrent des cristaux provenant de Royat, Chatel Guyon ou Saint Babel et des extraits des cartes géologiques au 1/50 000 montrant le contexte de ces gisements (la carte géologique où est située la Côte d'Abot, Veyre-Monton, n'est pas encore publiée par le BRGM).

Figure 12. Contexte géologique du gisement du Puy Chateix (ellipse bleue), à Royat, Puy de Dôme

Les échantillons présentés ici ont été prélevés dans les fondations d'une maison en construction excavant les arkoses oligocènes, juste à l'Est de la faille de Limagne. Carte de Clermont-Ferrand.





Figure 16. Contexte géologique du gisement de la vallée de Sans-Souci (ellipse bleue), près de Chatel Guyon

Les échantillons présentés ici ont été prélevés dans une ancienne carrière et dans des ravinements occasionnés par des orages dans l'arène granitique. Alors que les filons de barytine de Royat se trouvent principalement dans les sédiments oligocènes, ceux de Chatel Guyon se trouvent principalement dans le granite hercynien. Carte d'Aigueperse.






Figure 21. Contexte géologique du gisement de Saint Babel (ellipse bleue)

Si mes souvenirs sont exacts, l'échantillon présenté ici a été prélevé dans le secteur constitué de formations arénacées de piedmont (Cy) d'après la carte géologique d'Issoire. La partie blanche à gauche de l'image correspond à la carte de Veyre-Monton, non encore publiée par le BRGM. Carte d'Issoire.


Figure 22. Échantillon de barytine provenant de la région de Saint Babel (Puy de Dôme)

Les arêtes de la "pyramide" terminant le "cercueil" sont compliquées par des troncatures formant des espèces de sillons.