Le glissement de terrain du 8 janvier 1994 à la Salle en Beaumont, Isère, photographié une semaine plus tard

Pierre Thomas

Laboratoire de Géologie de Lyon / ENS Lyon

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

29/06/2015

Résumé

Glissement de terrain, suite à un événement pluviométrique exceptionnel, de sédiments d'origine glaciaire déposés sur un substratum calcaire.


Figure 1. Vue globale, une semaine après, du glissement de terrain du 8 janvier 1994 ayant eu lieu à la Salle en Beaumont, Isère

Vue globale, une semaine après, du glissement de terrain du 8 janvier 1994 ayant eu lieu à la Salle en Beaumont, Isère

Cette photo a été prise le 15 janvier 1994, une semaine seulement après le glissement. Cette photo montre les arrachements à l'amont, la surface disloquée et chaotique du glissement, des maisons détruites sur la gauche, et, à droite, le petit lac temporaire, avec maisons inondées, que ce glissement a occasionné en barrant la vallée du ruisseau de la Salle.


Parmi les mouvements gravitaires géologiques, on peut distinguer (1) les éboulements sensu stricto où des masses de roches tombent très rapidement à la verticale ou sur des pentes raides et (2) les glissements de terrain où des masses relativement meubles (terre, argiles plus ou moins sableuses...) glissent ou "coulent" en masse sur une pente, avec une vitesse bien moindre que celle des éboulements. Tous les intermédiaires existent entre ces extrêmes. La saison automne-hiver 1993-1994 vit deux mouvements gravitaires important en région Rhône-Alpes : l'éboulement de Couzon au Mont d'Or du 21 octobre 1993 qui ne fit aucune victime, bien que situé en banlieue lyonnaise, et le glissement de terrain de la Salle en Beaumont du 8 janvier 1994 dans le Sud de l'Isère et qui fit quatre morts.

« Le samedi 8 janvier 1994, à la Salle en Beaumont (Isère), vers 1h15 du matin, survenait un glissement de terrain emportant, une surface de 7 hectares de la Combe des Parajons sur une épaisseur moyenne de l'ordre de 10 m. Dans sa progression très rapide, le glissement a détruit six habitations, en faisant quatre victimes, coupé la route nationale RN85, barré le ruisseau de la Salle, avec formation d'un lac qui a inondé quatre maisons. Il a terminé sa course contre l'église du village qu'il a partiellement détruite. La dénivelée du glissement est de 110 m et la niche d'arrachement laisse apparaître des dalles de calcaire fissuré avec des nombreux écoulements d'eau » (extrait d'une communication de Catherine Moulin, RTM de l'Isère, de Christian Chapeau, CETE / L.R.P.C. de Lyon, donnée à INTEREG III / Atelier 2 / Grenoble 13-15 octobre 2004, contenant aussi des détails géologiques, météorologiques et concernant les aménagements post-glissement).

D'autres renseignements et témoignages sont disponibles dans la presse et les médias locaux, comme par exemple sur France 3 le jour du vingtième anniversaire de la catastrophe : « Dans la nuit du 7 au 8 janvier 1994, un glissement de terrain de plus d'un million de mètres cubes détruisait plusieurs habitations du village isérois de la Salle-en-Beaumont en quelques minutes et faisait quatre victimes. Les habitants n'ont rien oublié du drame […] Le glissement de terrain de 1,3 millions de mètres cubes s'est produit dans la nuit du samedi 8 au dimanche 9 janvier 1994 vers 1h15, quelques jours après d'importantes pluies dans le secteur. Dans la soirée qui avait précédé le drame, des mouvements avaient affecté une maison et des fissures étaient apparues. Vers 0h45, un craquement poussait les habitants hors de la bâtisse qui s'effondrait un quart d'heure plus tard. Le glissement de terrain s'est alors écoulé vers un ruisseau puis a recouvert la route nationale 85, et a détruit l'église vers 2 heures du matin. Le front du glissement avançait à la vitesse d'un piéton. L'épaisseur de la coulée atteignait une quinzaines de mètres […]. Bilan, neuf maisons endommagées et quatre victimes surprises dans leur sommeil […]. Ce dimanche 5 janvier 2014, la Salle-en-Beaumont a rendu hommage à ses victimes. ».

Le samedi 15 janvier, une semaine après le glissement, j'ai pu me rendre à la Salle en Beaumont pour y faire des photographies. Je n'ai fait que des prises "de loin", pour au moins deux raisons. Tout d'abord, des secouristes étaient encore au travail pour rechercher le corps d'une des quatre victimes non encore retrouvée ; des habitants recueillaient des affaires dans leur maisons quand celle-ci avait été endommagée mais non complètement détruite. La présence d'un photographe parcourant les zones dévastées à la recherche de clichés pouvait être mal prise par les survivants et les secouristes. Ensuite, même si les zones sans habitations détruites ne posaient pas ce problème, la stabilité superficielle de cette zone argileuse gorgée d'eau était loin d'être garantie.

Les figures 1 à 10 correspondent à des scans de diapositives faites à l'époque. Les figures 11 à 18 correspondent à des documents ou photographies disponibles sur le web.

Figure 2. Zoom sur les 2/3 supérieurs du glissement de terrain de la Combe des Parajons à la Salle en Beaumont (Isère), janvier 1994

Zoom sur les 2/3 supérieurs du glissement de terrain de la Combe des Parajons à la Salle en Beaumont (Isère), janvier 1994

Cette photo a été prise le 15 janvier 1994, une semaine seulement après le glissement de terrain. On devine bien la "source" du glissement, zone d'arrachement d'où sont partis les 1,3.106 m3 d'argiles et de cailloutis glaciaires. Juste en aval de la zone d'arrachement, le mouvement de la masse argilo-sableuse vers l'aval n'a pas complètement déstructuré le sol ; il reste des arbres (pas forcément en position verticale) et de la surface recouverte d'herbe, mais fracturée, disloquée et basculée. Encore plus en aval, au premier plan de l'image, le sol est complètement déstructuré et retourné. On n'y voit plus la surface herbue, et les rares arbres encore identifiables sont dans tous les sens.




Figure 5. Zoom sur la "rive droite" (bord Ouest) du glissement de terrain de la Salle en Beaumont (Isère), janvier 1994

Zoom sur la "rive droite" (bord Ouest) du glissement de terrain de la Salle en Beaumont (Isère), janvier 1994

Le glissement de terrain a détruit deux maisons qui se trouvaient juste sur sa bordure. L'une des maisons est encore identifiable. On devine des secouristes et/ou des "spécialistes des bâtiments en ruine" s'affairer sur ce qui reste de ces habitations. Ces maisons sont figurées par des carrées rouge et vert dans la figure 11.


Figure 6. Zoom sur la "rive droite" (bord Ouest) du glissement de terrain de la Salle en Beaumont (Isère), janvier 1994

Zoom sur la "rive droite" (bord Ouest) du glissement de terrain de la Salle en Beaumont (Isère), janvier 1994

Le glissement de terrain a détruit deux maisons qui se trouvaient juste sur sa bordure. L'une des maisons est encore identifiable. On devine des secouristes et/ou des "spécialistes des bâtiments en ruine" s'affairer sur ce qui reste de ces habitations. Ces maisons sont figurées par des carrées rouge et vert dans la figure 11.


Figure 7. Zoom sur la "rive gauche" (bord Est) du glissement de terrain de la Salle en Beaumont (Isère), janvier 1994

Zoom sur la "rive gauche" (bord Est) du glissement de terrain de la Salle en Beaumont (Isère), janvier 1994

Le glissement de terrain a barré la vallée d'un petit ruisseau (ruisseau de la Salle) et a occasionné l'apparition d'un petit lac de barrage qui a partiellement ou totalement inondé cinq bâtiments.



Figure 9. Une maison très fortement endommagée situé juste en aval du glissement de terrain de la Salle en Beaumont (Isère)

Une maison très fortement endommagée situé juste en aval du glissement de terrain de la Salle en Beaumont (Isère)

Repérée par un carré rouge et jaune sur la figure 11.


Figure 10. Une maison moins fortement endommagée situé juste en aval du glissement de terrain de la Salle en Beaumont (Isère)

Une maison moins fortement endommagée situé juste en aval du glissement de terrain de la Salle en Beaumont (Isère)

Le toit que l'on devine sur le bord droit de la photo correspond à la maison de la figure précédente.

Repérée par un carré rouge et jaune sur la figure 11.


Le document Le glissement de la Salle en Beaumont (Isère) (site riknat.org) fournit de nombreux renseignements sur le contexte du glissement de terrain de janvier 1994. Il propose un résumé géologique de la situation du glissement, et des données météorologiques l'ayant précédé. Ce qui a glissé, c'est une masse de sédiments argilo-sableux d'origine glaciaire. Le glissement serait parti d'une zone de contact sédiment glaciaire / substratum marno-calcaire jurassique, et se serait propagé par une surface de glissement relativement plate au sein de la masse des sédiments glaciaires. La station météo la plus proche (Pellafol-Sautet, distante de moins de 10 km) a enregistré un cumul de pluie de 274 mm entre le 5 et 7 janvier (événement exceptionnel n'arrivant statistiquement qu'une fois tous les 1000 ans) cumul de pluie auquel il faut éventuellement ajouter la fonte de la neige des sommets, fonte occasionnée par ces très fortes pluies de janvier. Les fractures et joints de strates du substratum jurassique devaient être pleins d'eau, et les pressions hydrauliques devaient être maximales sous le plaquage glaciaire, qui aurait ainsi été décollé ; la gravité aurait fait le reste.

Figure 11. Photographie aérienne annotée du secteur du glissement de terrain de la Salle en Beaumont (isère)

Photographie aérienne annotée du secteur du glissement de terrain de la Salle en Beaumont (isère)

Les carrés vert et rouge, vert et bleu, et vert et jaune correspondent, respectivement, aux figures 6, 9 et 10.

La ligne pointillée A-B correspond à la coupe de la figure suivante.


Figure 12. Coupe géologique le long du glissement de terrain de la Salle en Beaumont (Isère)

Coupe géologique le long du glissement de terrain de la Salle en Beaumont (Isère)

Coupe correspondant au tracé A-B de la figure précédente.


Le site de l'IRMa de Grenoble (Institut des Risques Majeurs de Grenoble) et son dossier sur le glissement de terrain de la Salle en Beaumont proposent un texte décrivant le phénomène et une riche photothèque sur ce glissement de terrain de la salle en Beaumont, photographies prises par le Service de Restauration des Terrains en Montagne (RTM) de l'Isère. Voici six photos qui en sont extraites.



 



Figure 18. Bord Est du glissement de terrain de la Salle en Beaumont recoupant la RN85 au niveau de l'église partiellement détruite, 8 janvier 1994

Bord Est du glissement de terrain de la Salle en Beaumont recoupant la RN85 au niveau de l'église partiellement détruite, 8 janvier 1994

Le ruisseau qui passait derrière l'église a été détourné de son lit habituel par le glissement de terrain et traverse maintenant la nationale devant l'église. Le débit important de ce petit ruisseau indique l'ampleur des précipitations des jours précédents.


Figure 19. Vue aérienne de ce qu'il reste du glissement de la Salle en Beaumont en 2004 (10 ans après)

Vue aérienne de ce qu'il reste du glissement de la Salle en Beaumont en 2004 (10 ans après)

Le réaménagement-sécurisation du secteur est terminé, mais la végétation n'a pas encore recouvert l'ancienne zone de glissement, ce qui permet de bien le localiser au centre de l'image. On voit bien la RN85 rétablie dans son tracé initial. La petite rue avec son lacet au-dessus de la RN 85 conduit à la nouvelle église reconstruite sur un nouvel emplacement. Sur les images Google Earth plus récentes, la croissance de la végétation rend cet emplacement peu visible.


Figure 20. Vue aérienne du secteur de la Salle en Beaumont (Isère)

Vue aérienne du secteur de la Salle en Beaumont (Isère)

Figure 21. Carte géologique, en vue 3D, du secteur de la Salle en Beaumont (Isère)

Carte géologique, en vue 3D, du secteur de la Salle en Beaumont (Isère)

Le substratum mésozoïque et paléozoïque est représenté par des couleurs vives, les formations glaciaires par des teintes grises ou vert pâle.


Figure 22. Localisation de la Salle en Beaumont (Isère)

Localisation de la Salle en Beaumont (Isère)