Mots clés : cheminée de fée, demoiselle coiffée, Cappadoce, ignimbrite, érosion, Turquie

Cheminées de fée en Cappadoce (Anatolie Centrale, Turquie)

Pierre Thomas

ENS Lyon - Laboratoire des Sciences de la Terre

Florence Kalfoun

ENS Lyon / DGESCO

Benoît Urgelli

ENS Lyon / DGESCO

08 - 07 - 2002

Résumé

Origine des cheminées de fée.


Figure 1. Des cheminées de fée en Cappadoce (Anatolie Centrale, Turquie)

Des cheminées de fée en Cappadoce (Anatolie Centrale, Turquie)
Des cheminées de fée en Cappadoce (Anatolie Centrale, Turquie)

Les "cheminées de fée", qui sont également appelées "demoiselles coiffées" sont liées, en général, à la présence de blocs de roches dures et massives, pris dans un conglomérat à matrice plus tendre. Ce bloc de roche dure protège les terrains sous-jacents moins résistants de l'érosion ruisselante, ce qui entraine son réhaussement relatif par rapport à la surface . Dans les Alpes, ce sont souvent des conglomérats d'origine morainique qui sont à l'origine de ce phénomène.

Dans ce cas de Cappadoce, le mécanisme est légèrement différent. Toute la région de Cappadoce est constituée de multiples couches d'ignimbrites, couches plus ou moins soudées et donc plus ou moins résistantes à l'érosion. On peut distinguer pour l'ensemble des cheminées trois couches : une couche supérieure foncée et résistante, une couche intermédiaire claire et très peu résistante, et une couche basale (la plus épaisse) de teinte et résistance intermédiaires. L'érosion a partiellement érodé la couche supérieure résistante. Les parties épargnées de cette couche supérieure ont alors joué le rôle que joue normalement les blocs dans le cas des cheminées de fée classiques. Et il s'est développé toute une famille de cheminées, dont tous les chapeaux sont à la même hauteur, et toutes possèdent un "tronc" particulièrement resserré au niveau de la couche intermédiaire tendre.

Mots clés : cheminée de fée, demoiselle coiffée, Cappadoce, ignimbrite, érosion, Turquie