Article | 17/06/2022

Le Tour de France : un patrimoine impliquant la géologie

17/06/2022

Patrick De Wever

Muséum national d'histoire naturelle
 

Olivier Dequincey

ENS de Lyon / DGESCO

Résumé

Guide géologique des étapes du Tour de France 2022. Histoire de la naissance et de l'évolution d'une aide aux commentaires naturalistes pour un évènement à très large public.


Depuis sa naissance, il y a plus d'un siècle, le Tour de France est devenu un élément de notre patrimoine national. Il faisait initialement vraiment le Tour de la France, même si le nombre d'étapes était réduit (Figure 1).

Carte des étapes des premiers Tour de France de 1903 et 1904

Figure 1. Carte des étapes des premiers Tour de France de 1903 et 1904

Le tour ne comportait que 6 étapes qui atteignaient chacune entre 350 et 500 km !


Le Tour de France déborde largement de la seule compétition sportive. À tel point que des parlementaires ont demandé son inscription au Patrimoine culturel immatériel de l'Unesco en 2019. Les défenseurs de cette proposition ont souligné que « chacun d'entre nous a à l'esprit une image, une histoire, un souvenir propre qui caractérise le lien charnel entre le Tour et la France […] Le Tour, ce n'est pas que du sport et, sans son public, il ne serait pas un tel monument, le seul spectacle de cette nature au monde à la fois populaire et gratuit. » Ils évoquent aussi son rôle dans le « renforcement du lien social […]. Cette compétition nous rassemble tous au-delà de nos origines, de nos convictions ou de nos parcours. » Chaque année (en temps normal), dix à douze millions de spectateurs se pressent sur le bord de la route. Ils sont intéressés par la course et par tout ce qui l'entoure : caravane de véhicules, motards, ballets d'hélicoptères, journalistes… Le public est français à 80 %, la moitié vient avec des enfants (Figures 2 et 3).

Plusieurs générations de spectateurs et, ici, des Belges, Polonais,Tchèques… sur le Tour de France 2015, attendant les cyclistes (Le Châtel, Vallée de la Maurienne)

Figure 2. Plusieurs générations de spectateurs et, ici, des Belges, Polonais,Tchèques… sur le Tour de France 2015, attendant les cyclistes (Le Châtel, Vallée de la Maurienne)

Le mélange de générations et de nationalités illustre la mixité sociale et culturelle que permet le Tour de France.

La photo suivante est prise depuis un point situé derrière la pancarte “LE-CHATEL”.


Public du Tour de France 2015 saluant les hélicoptères, la Chapelle de La Balme, surmontant les 18 lacets de Montvernier (Vallée de la Maurienne)

Figure 3. Public du Tour de France 2015 saluant les hélicoptères, la Chapelle de La Balme, surmontant les 18 lacets de Montvernier (Vallée de la Maurienne)

On devine un hélicoptère un peu à droite de la casquette de l'homme en rouge. Le public a ici une vue vers le Sud sur la vallée de la Maurienne. En bout de fond de vallée visible, on a La-Tour-en-Maurienne, village juste à l'aval de Saint-Jean-de-Maurienne.


Loin d'être seulement une saga sportive, le Tour de France a insisté dans sa période récente sur l'aspect sociétal. Il a mis en place depuis 2017 une dictée à destination des enfants de dix à douze ans dans les départements traversés, il a installé des ateliers du vélo aux arrivées à destination du grand public. Intimement liée au pays, à son histoire, à sa géologie depuis quelques années, l'épreuve a collé constamment à son époque. Seules les deux guerres mondiales en sont venues à bout.

Le Tour offre aussi une vie partagée. Il est un grand rite tous les ans renouvelé. Il est évoqué comme une Madeleine de Proust pour certains. Il suscite toutes sortes de sentiments, de l'indulgence amusée pour les uns à la nostalgie littéraire pour d'autres (Antoine, Blondin, Éric Fottorino, Aragon…). L'académicien Érik Orsenna a écrit : « Je lui dois des moments de grâce, des éblouissements, des petits bonheurs dont je n'ai jamais oublié la douceur […] Tous ceux qui ont aimé le Tour de France me comprendront. » Le peintre Salvador Dali faisait part d'un sentiment largement partagé : « Quand finit le Tour de France, je sens qu'il manque quelque chose, une grande partie de l'enchantement paradisiaque de mon été vient de se terminer. »

Regardé à la télévision par des millions de personnes, une proportion non négligeable le suit principalement pour les paysages dans lesquels la géologie joue un rôle prépondérant. Il était alors logique d'essayer d'y faire entrer la géologie dans les commentaires.

L'idée me vint un jour, alors que j'écoutais le commentaire de Jean-Paul Ollivier, « Paulo-la-science »comme le surnommaient ses compères du Tour, il était vers Collonges-la-Rouge, rien de bien spécial en course, alors Paulo signale que « nous sommes ici à Collonges-la-Rouge ainsi appelée parce que ici toutes les maisons, tous les bâtiments sont rouges, parce que… (hésitation), parce que toutes les pierres sont rouges, alors… comme ils ont pris ces pierres pour construire leurs maisons… elles sont rouges et… et… et voila pourquoi Collonges-la-Rouge. » J'étais malheureux pour lui. Il aurait voulu dire plus mais ne savait que dire. Je me suis surpris à lui parler, devant mon poste : « Oui, les pierres sont rouges parce que sont des roches du Trias, des grès, rouges à cause de leur contenu en fer. Ces grès sont les mêmes que ceux que l'on voit dans les Vosges, ceux de la cathédrale de Strasbourg. Ils se sont formés lors de la fin de l'érosion des montagnes… etc. etc. » Et là, je me suis dit que c'était à nous, géologues, d'apporter ces éléments aux commentateurs. Mais comment faire ?

Lors de l'Année internationale de la planète Terre, nous avions mis l'accent sur le "faire connaitre" de la géologie de notre planète. Il fut alors évoqué la vitrine que pouvait représenter le Tour de France cycliste. Deux propositions avaient alors été faites à la Société du Tour de France, une de la partie française de l'Année internationale de la planète Terre (BRGM, MNHN, SGF, Total…) et une autre du BRGM. Pendant deux ans, ce dernier avait proposé de petits "clips", d'une minute, concernant la géologie de la région où l'étape se déroulait, juste avant la retransmission télévisée. Il y eut ensuite vacuité avant que le MNHN ne refasse une proposition "nature". Mais, comme souvent dans notre pays, la nature fut restreinte à la partie vivante. Sous la même forme, des petits clips d'une minute, on présenta alors la biodiversité. Le géologue que je suis s'est senti « le cocu de l'affaire », et je le signalai comme tel au directeur général du Muséum de l'époque. La réaction attendue se produisit. Je fus convoqué par le patron du Muséum presque dans la foulée et sommé de m'expliquer.

Après un rappel de l'historique, dont il ne pouvait connaitre les débuts n'étant pas encore arrivé au Muséum à l'époque, je lui fis savoir mon opinion. Ces clips, diffusés avant la course, ne touchaient qu'une partie des téléspectateurs car ils ne sont alors pas encore parfaitement installés ou en profitent pour parfaire leur installation, en allant quérir une boisson ou satisfaire un besoin… Je lui ai alors représenté ma proposition initiale : un commentaire, certes bref, mais pendant l'étape. Pour cela, il fallait fournir au commentateur "culturel" (Franck Ferrand actuellement) des documents qui soient une aide au commentaire pour chacune des étapes. En 2015, j'avais alors contacté des collègues, des amis, des associations un peu partout pour obtenir des informations de détail sur les étapes, avec un succès très variable. Je fournit alors au commentateur un document d'une centaine de pages qui fut "très peu" exploité… pas du tout la première année ! Plus de 120 heures passées… pour rien ! Il est apparu ensuite que nous étions trop prolixes avec beaucoup de détails incompréhensibles pour les non-géologues et qu'il était donc inutile de solliciter la communauté. Il a fallu raccourcir et simplifier les documents fournis.

Après plusieurs rencontres avec Franck Ferrand un modus operandi fut trouvé. Le document fourni est court (relativement), aéré, illustré de schémas et doit bannir toute explication qui nécessite plus de quelques secondes. Joli défi !

En 2017, cinq étapes du Tour de France ont été présentée sur Planet-Terre, en version “augmentée” par rapport au guide synthétique déjà mis à disposition par P. De Wever.

Nous nous attachons désormais à montrer combien la nature du sol et du sous-sol influe sur les paysages, sur la biodiversité, et, bien sûr, sur les activités humaines (architecture, productions agricoles…). Historien, Franck Ferrand n'hésite pas à souligner quelques points d'histoire des sciences (géologiques) ou un élément particulier. Ses commentaires se font au gré du déroulement des étapes et… quand la course le permet. C'est en effet, la limite de l'exercice. Quand la course est débridée, lors du passage des grands cols par exemple, il n'est pas question de parler des paysages ou de nos cailloux ! En revanche, quand un message passe, il est entendu par une moyenne de 4 millions de personnes (avec des pointes à 7 millions) pour les seules deux chaines de France Télévision. Mais le Tour est aussi retransmis par 76 autres chaines de télévision, dans 170 pays, et certaines se contentent de traduire ce qui se dit en français.

Il a été choisi de montrer que la géologie n'est pas réservée à quelques initiés (j'allais dire privilégiés…), mais au contraire qu'elle concerne chaque citoyen dans son quotidien.

Un clip de 2020 du blob de la Cité des Sciences, disponible sur YouTube, explicite un peu la démarche : L’homme qui donne du relief au Tour de France | Portrait.

Cette année encore, entre Copenhague et Paris, la géologie devrait être présente dans les propos de Franck Ferrand, même si, à ma demande, il n'utilise pas trop le mot "géologie" qui semble faire peur. Le thème de chaque étape devrait être évoqué, dans un très court texte sur (1) le site du Tour de France, (2) celui du MNHN, (3) celui de la SGF, (4) sur Planet-Terre (guides complets en français et en anglais à télécharger), et aussi à l'Université d'Utrecht (en anglais – voire allemand et néerlandais si mon commentaire en initial en français ou ma traduction en anglais sont repris dans ces langues).

Bonnes découvertes géologiques avec le Tour 2022 ! Un Tour de France qui fera une part belle aux bassins sédimentaires, aux Ardennes, Vosges, Jura, Alpes, Massif Central et aux Pyrénées entrecoupées de longues étapes de plaines : Bassin de Paris, plaine du Rhône, Languedoc, Bassin Aquitain. Les principales structures géologiques de la France seront concernées.

Carte des étapes du Tour de France 2022

Figure 4. Carte des étapes du Tour de France 2022

En 2022, le tour comportera 21 étapes, de Copenhague (Danemark) à Paris.