Oursin et coraux fossiles à la Pointe du Chay, Angoulins, près de La Rochelle (Charente Maritime)

Pierre Thomas

Laboratoire de Sciences de la Terre / ENS Lyon

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

13/04/2009

Résumé

Oursin à radioles ovoïdes et récif corallien fossiles.


Figure 1. Fossile d'oursin à très grosses radioles : Cidaropis pulchella du Kimmeridgien (Jurassique Supérieur) de la Pointe du Chay, Angoulins, près de La Rochelle

Fossile d'oursin à très grosses radioles : Cidaropis pulchella du Kimmeridgien (Jurassique Supérieur) de la Pointe du Chay, Angoulins, près de La Rochelle

Le terme "radiole" est le nom scientifique des "piquants" d'oursin (ici très émoussés).


C'est l'année Darwin, et tous les prétextes sont bons pour parler de fossiles. Nous sommes en période de Pâques, et les enfants ont l'habitude de chercher des œufs déposés, selon les cas, par des cloches, des lapins ou leurs parents. Les enfants de la région de La Rochelle doivent faire attention ; ils peuvent trouver ce qui ressemble à des petits « œufs », en général isolés, exceptionnellement regroupés sous forme de « pseudo-nid d'oiseau ». Mais ce ne sont pas des œufs ni des nids, mais des fossiles de radioles (piquants) d'oursin. Tout le monde connaît les piquants d'oursin bien pointus, qui « piquent » quand on marche dessus. Il en existe aussi qui ne « piquent pas » car ils ont une forme de massue (voir par exemple les radioles de Cidaris). Au Jurassique supérieur, il existait des oursins dont les « piquants » avaient une forme de ballon de rugby, voire étaient quasi-sphériques, comme le montre les figures 1 à 4. Cet échantillon provient de la collection d'Eldonia, merci à François Escuillé pour l'autorisation de prendre et publier ces clichés.

Figure 2. Vue d'ensemble du fossile d'oursin à très grosses radioles : Cidaropis pulchella du Kimmeridgien de la Pointe du Chay, Angoulins, près de La Rochelle

Vue d'ensemble du fossile d'oursin à très grosses radioles : Cidaropis pulchella du Kimmeridgien de la Pointe du Chay, Angoulins, près de La Rochelle

Le terme "radiole" est le nom scientifique des "piquants" d'oursin.


 

Figure 3. Vue rapprochée du fossile d'oursin ( Cidaropis pulchella ) du Kimmeridgien de la Pointe du Chay, Angoulins, près de La Rochelle

Vue rapprochée du fossile d'oursin (Cidaropis pulchella) du Kimmeridgien de la Pointe du Chay, Angoulins, près de La Rochelle

Dix radioles sont plus ou moins entièrement visibles, ainsi que le « corps » de l'oursin au centre.


Figure 4. Gros plan sur les radioles de Cidaropis pulchella du Kimmeridgien de la Pointe du Chay, Angoulins, près de La Rochelle

Gros plan sur les radioles de Cidaropis pulchella du Kimmeridgien de la Pointe du Chay, Angoulins, près de La Rochelle

On voit très bien « l'attache » reliant les radioles au « corps » de l'oursin.


Cet oursin fossile provient des calcaires récifaux et péri-récifaux de la Point du Chay (Charente Maritime). Une promenade, à marée basse, autour de cette pointe permet de récolter de nombreux fossiles dans les galets et blocs éboulés sans dégrader l'affleurement en place par des prélèvements intempestifs. L'examen des échantillons et surtout de la falaise permet de reconstituer l'écosystème du Jurassique Supérieur local. Sur un fond constitué de vases calcaires (maintenant devenues marnes, marno-calcaires et calcaires) se sont installés des récifs coralliens formant tout d'abord des « boules » isolées, puis une véritable couche continue recouvrant toute la région, couche continue ou alternent récifs en position de vie et calcaires bioclastiques. Les oursins à grosses radioles vivaient entre les coraux. On retrouve très fréquemment des radioles isolées dans les passées bioclastiques. Les oursins entiers avec leur radioles en connexion avec le corps sont plus exceptionnels. À la même époque, un milieu très voisin avec des fossiles identiques existait dans de nombreuses régions françaises, par exemple dans le Languedoc (cf. calcaire bioclastique à échinodermes).

Figure 5. Les falaises de la Pointe du Chay, Angoulins, près de La Rochelle

Les falaises de la Pointe du Chay, Angoulins, près de La Rochelle

La partie inférieure de l'affleurement est constituée des marnes, marno-calcaires et calcaires, et la partie supérieure des calcaires récifaux (en place et bioclastiques).


Figure 6. Les falaises de la Pointe du Chay, Angoulins, près de La Rochelle

Les falaises de la Pointe du Chay, Angoulins, près de La Rochelle

Au centre gauche de l'image, une boule récifale (sans stratification interne et légèrement plus sombre que les calcaires situés à droite et à gauche) semble s'être enfoncée dans les marno-calcaires. Une autre construction récifale se voit aussi plus à droite. Entre ces deux constructions récifales, il y a des calcaires bioclastiques, avec une stratification irrégulière visible, et se trouvant en saillie par rapport aux marno-calcaires sous-jacents moins résistants. C'est dans ces niveaux bioclastiques inter-récifaux que l'on trouve très fréquemment des radioles isolées, et exceptionnellement des oursins entiers avec leur radioles en connexion.


Figure 7. Falaise de la Pointe du Chay, Angoulins, près de La Rochelle

Falaise de la Pointe du Chay, Angoulins, près de La Rochelle

Deux boules récifales semblent s'être enfoncées dans les marno-calcaires. On voit très bien la déformation des marno-calcaires due à cet enfoncement. Simple enfoncement « de vivo » sous le poids du récif, et/ou tassement-compaction différentiel des marno-calcaires par rapport aux calcaires construits du récif lors de la diagénèse ? Un tel « enfoncement » est classique à chaque fois que des calcaires précocement indurés formant une couche discontinue reposent sur et/ou sont interstratifiés dans des niveaux nettement moins indurés (cf par exemple stromatolithes de Dallet).Ces 2 boules sont en calcaires construits (voir détail figure 8). Au-dessus de la boule de droite, le calcaire est bioclastique ; c'est dans de tels faciès que l'on retrouve les radioles isolées, exceptionnellement les oursins entiers.


Figure 8. Une « boule » récifale en place, falaise de la Pointe du Chay

Une « boule » récifale en place, falaise de la Pointe du Chay

Ce gros plan sur l'intérieur d'une « boule » récifale en place montre la structure du calcaire récifal construit. La photo couvre une surface d'environ 70 cm de large.


Figure 9. Hawaï, milieu de vie actuel analogue de celui du Jurassique Supérieur de la Pointe du Chay

Hawaï, milieu de vie actuel analogue de celui du Jurassique Supérieur de la Pointe du Chay

Entre des gros fragments de coraux morts et/ou de basalte (au 2ème plan) et des petites colonies de coraux vivants (au moins 5 « colonies » représentant 2 espèces visibles au 1er plan) vivent 4 oursins à radioles (rouges) en forme de massues allongées.


Figure 10. Vue aérienne de la Pointe du Chay, Angoulins, près de La Rochelle

Vue aérienne de la Pointe du Chay, Angoulins, près de La Rochelle

Parcourir à pied la côte entre les points A et B permet de très belles observations géologiques.


Figure 11. Localisation de la Pointe du Chay, au Sud de La Rochelle, Charente Maritime

Localisation de la Pointe du Chay, au Sud de La Rochelle, Charente Maritime