Exemples de volcans boucliers : Galapagos, La Réunion, Islande, Sicile, Tahiti

Pierre Thomas

ENS Lyon - Laboratoire des Sciences de la Terre

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

26/11/2007

Résumé

Morphologie volcanique : volcans boucliers.


Figure 1. Le volcan « la Cumbre » (1463 m), île de Fernandina, Galapagos

Le volcan « la Cumbre » (1463 m), île de Fernandina, Galapagos

Nous avons vu la semaine dernière le plus célèbre et le plus grand des volcans boucliers, le Mauna Loal, et en avons expliqué le mode de formation. Voici cette semaine quelques autres exemples de volcans boucliers, volcans constitués essentiellement d'empilements de laves fluides (basaltes tholéitiques, alcalins ou transitionnels), avec une très faible proportion de produits pyroclastiques.

Les trois prochaines images proviennent des îles Galapagos. D'autres images viennent de la Réunion, de l'Islande, de Sicile… Sur la plupart des images, les coulées de lave les plus récentes se voient très bien. Associées à des images réelles, on peut étudier des images Google Earth pour les Galapagos et la Sicile, et des images IGN (Geoportail 3D) pour la Réunion. Avec les (anciennes) possibilités 3D de Google, et les nouvelles possibilité 3D du Geoportail de l'IGN, on peut même reconstituer un paysage identique à celui « vu en vrai ». C'est ce que nous avons tenté de faire avec l'IGN pour la Réunion (images 5 et 6) et avec Google pour l'Etna (images 10 et 11).

Figure 5. Le Piton de la Fournaise (2631m) vue du Pas de Bellecombe, le seul exemple français de volcan bouclier actif, La Réunion

Le Piton de la Fournaise (2631m) vue du Pas de Bellecombe, le seul exemple français de volcan bouclier actif, La Réunion

L'image 7 a été prise depuis l'emplacement de la croix rouge en direction du sommet.


Figure 6. Le Piton de la Fournaise vu à travers du Géoportail de l'IGN (version 3D) avec un angle de prise de vue voisin de celui de l'image précédente

Le Piton de la Fournaise vu à travers du Géoportail de l'IGN (version 3D) avec un angle de prise de vue voisin de celui de l'image précédente

Avec les nouvelles possibilité 3D du Géoportail, on peut presque arriver à simuler un paysage réel, ici tel que peuvent l'observer tout les promeneurs se promenant au Pas de Bellecombe.


Figure 7. Vue vers le sommet du Piton de la Fournaise prise du pied du volcan, La Réunion

Vue vers le sommet du Piton de la Fournaise prise du pied du volcan, La Réunion

Vue prise depuis la croix rouge de l'image 5.


Figure 8. Petite éruption (décembre 1983) sur le flanc Sud du Piton de la Fournaise, La Réunion

Petite éruption (décembre 1983) sur le flanc Sud du Piton de la Fournaise, La Réunion

Cette éruption est destinée à rappeler qu'une forte proportion des coulées ne sont pas issues du sommet, mais des flancs des volcans boucliers. Lors de cette éruption de décembre 1983, il y avait 3 fissures émissives sur le flanc Sud du Piton de la Fournaise, centres émissifs indiqués par 3 flèches sur la photographie.


Figure 9. Exemple d'un volcan bouclier islandais

Exemple d'un volcan bouclier islandais

Figure 10. Vue aérienne hivernale (vue prise en direction du SO) de l'Etna (3423 m), volcan bouclier sicilien

Vue aérienne hivernale (vue prise en direction du SO) de l'Etna (3423 m), volcan bouclier sicilien

Ce volcan est affecté sur ses flancs Est et Nord-Est par de grands effondrements formant des « cirques » en forme de fer à cheval.


Figure 11. Image Google Earth de l'Etna, volcan bouclier sicilien

Image Google Earth de l'Etna, volcan bouclier sicilien

Photographie prise avec la même orientation (mais pas à la même saison) que l'image précédente.


Et pour mettre un peu de soleil en ce mois de novembre pluvieux, voici l'île de Tahiti, vue de Moorea. L'île de Tahiti est double. Sa partie principale au NO est un volcan bouclier éteint, dont la partie sommitale a été affectée par des effondrements, et qui commence à être sérieusement la proie de l'érosion. En témoignent les deux images suivantes.

Figure 12. Tahiti vue de Moorea

Tahiti vue de Moorea

La forme du volcan bouclier se voit encore très bien à droite et à gauche de l'île, avec ses pentes douces et régulières. Toute la partie sommitale du volcan est affectée par des effondrements et par l'érosion. Au premier plan, l'eau profonde du lagon de Moorea. Au second plan, l'eau couleur turquoise correspond à la barrière de corail entourant Moorea.


Figure 13. Carte IGN de la partie NO de Tahiti et de la presque totalité de l'île de Moorea

Carte IGN de la partie NO de Tahiti et de la presque totalité de l'île de Moorea

La forme circulaire, les pentes régulières, et l'action de l'érosion et/ou des effondrements se voient très bien sur cette carte topographique.