Mots clés : excursion géologique

Comment monter une excursion ?

Pierre Thomas

ENS Lyon - Laboratoire de Sciences de la Terre

Benoît Urgelli

ENS Lyon / DGESCO

15/12/2001

Résumé

Conseils pour élaborer une école de terrain.


Pourquoi aller sur le terrain ?

Je laisse la parole aux auteurs du programme : Pourquoi une classe de terrain en première S ?

Le choix géographique

(Souvent imposé par les "crédits")

On reste "dans le coin"

Coin géologiquement "nul"

Par exemple la région de Romorantin. Je conseille d'aller ailleurs, à moins d'être très, très fort. Personnellement, je ne me sens pas capable d'intéresser des élèves avec des sables hétérogènes et des argiles de décalcification de la craie qui n'affleurent pas !

Coin géologiquement "acceptable"

Ça colle mal au programme, c'est dur, mais on peut faire quelque chose. Par exemple dans la région de Saint-Nazaire. Exemple de ce que je ferais avec la seule carte géologique comme document.

Est-ce possible pour un prof, non géologue, qui vient d'arriver dans la région, tout seul dans son coin ? Je ne le pense pas, et il faut de l'aide. Et par aide, j'entends certes l'aide de collègues "vieux de la vieille" dans la région, de "formateurs", d'inspecteurs… mais à mon avis ça ne suffit absolument pas, car l'endogamie et la consanguinité ne sont jamais une bonne chose.

On va loin de son lycée, souvent la seule solution pour faire quelque chose de "sérieux "

Je donne un avis personnel, que j'ai mis en pratique depuis 25 ans avec des "grands" élèves, avec des profs de lycée, et même avec des élèves de 1ère S de copains...

  1. Faire raisonner et découvrir "tout seul" l'élève en le parachutant devant un affleurement. À mon avis, (et même si ça a été - ou c'est encore - une consigne "officielle"), c'est illusoire d'espérer faire du "bon bouleau" en peu de temps ; un élève ne peut pas "trouver" s'il ne sait pas ce qu'il cherche (ça ne marche déjà pas avec mes élèves - bac+3 ou bac+5 - ou avec vos collègues, qui parachutés sur un coin ne sont pas capables de sortir autre chose que des banalités).
  2. Montrer de belles choses, de beaux objets géologiques, mais sans questions et problématiques sous-jacentes. Trop d'excursions de ce type ont été proposées, et ont conduit de nombreux élèves à ne pas aimer la géologie....
  3. Tenter une reconstitution de l'histoire et de la paléogéographie d'une région, tenter l'explication d'un phénomène… C'est mieux, mais comme en général l'élève ne se pose pas cette question, on lui fait résoudre un problème qu'il ne se pose pas.
  4. Étudier en classe un phénomène, une région… , voir que cette étude pose un problème, proposer en classe des solutions possibles à ce problème, et aller répondre à ce problème sur le terrain en testant les solutions imaginées. On ne va pas sur le terrain pour aller sur le terrain, mais pour chercher des réponses à des questions préalables. Cela fait 100 ans que les géologues fonctionnent comme ça !

Je vous donne un exemple, non pas pour étudier une région, mais pour exposer la démarche "pédagogique" : Excursion d'une journée en Limagne.

Mots clés : excursion géologique