"Jamais seul", les microbes sont là... et heureusement

(Re)Découvrir les microbes, leurs diversités, leurs fonctions pour repenser une biologie des interactions

Marc-André Selosse nous propose de redécouvrir les microbes sous un jour "nouveau" pour beaucoup d'entre nous, c'est-à-dire pas seulement comme des agents dangereux, mais comme des êtres divers aux fonctions parfois insoupçonnées, aux milieux de vie variés et surtout "jamais seuls", ou si rarement, et surtout ne nous laissant pas nous-mêmes "seuls".

Ce livre n'est ni un livre de cours pour étudiants spécialisés (pas d'illustrations, de microphotographies, de formules... mais des conclusions partielles qui sont autant de résumés de cours), ni un catalogue des articles de l'équipe de l'auteur (pas de liste bibiographique fournie, mais tout de même quelques références), c'est un ouvrage destiné à tous pour arriver à un certain "état de l'art" en la matière. Un langage accessible, imagé et non dénué d'humour permet au lecteur intéressé de suivre le raisonnement de bout en bout. Pour les plus "curieux", il sera possible de retrouver plus de détails sur tel ou tel processus ou organisme grâce aux précisions apportées dans le texte (lieux, nom des organismes, des phénomènes...). La construction des chapitres peut sembler un peu "lourde" de prime abord : titre, accroches "Où l'on verra...", premier exemple, description du cheminement du chapitre, exposé, conclusion partielle. Cette "lourdeur" s'efface en fait d'elle-même dès le second chapitre tant on se rend compte de son intérêt pour aider le lecteur à suivre le raisonnement grâce à ces descriptions et conclusions partielles faisant constamment le lien avec ce qui a été vu précédemment et ce qui sera vu par la suite... surtout si on ne lit pas tout d'une traite !

Si le point de départ est la compréhension du phénomène et de l'importance des symbioses, c'est pour nous en faire comprendre les particularités mais aussi les points communs. On y découvre les apports mutuels, on y cherche les "intérêts" de chacun, on y détecte quelques tentatives de tricherie... Point important, on y découvre que certaines fonctions ne dérivent ni de l'un ni de l'autre symbionte... mais qu'elles émergent de l'interaction (1 + 1 > 2). Ceci nous mène à aborder le rôle des interactions dans l'évolution des êtres vivants avec des interdépendances plus ou moins poussées selon les cas.

Les microbes ne cachent pas les macro-organismes : les plantes, les arbres, les insectes, les vaches et les humains sont bien sûr présents car fortement concernés ! La présentation des plastes et mitochondries comme des symbiontes au même titre que les exemples vus auparavant peu sembler "limite" mais l'endosymbiose ne fait aucun doute : ADN propre, mais incomplet, et comportement "égoïste" des mitochondries mâles stérilisantes qui "mime" un "détournement" attribuable à un organisme "vrai".

En ce qui concerne l'être humain, on y verra le rôle des microbes dans sa digestion, sa protection contre les pathogènes, sa coévolution avec les microbes domestiqués (sans le savoir puisque les microbes étaient "inconnus")... et, par petites touches répétées, le concept de "saleté propre", c'est-à-dire le fait qu'un environnement microbien sain est préférable en tout point à un environnement axénique (sans microbe). Cet équilibre microbien bon pour notre santé n'est finalement qu'un reflet de l'équilibre général entre tous les êtres vivants, équilibre instable, parfois perturbé, dynamique, fait d'actions des petits sur les grands et des grands sur les petits.

Pour les enseignants de biologie et d'écologie, cet essai pose la question de la présentation du monde vivant : les êtres vivants étant fondamentalement en interactions parfois très poussées les uns avec les autres, il est certainement nécessaire de revoir la manière d'aborder la vie en passant d'une simple approche "individualiste" (étude physiologique des organismes supposés "seuls") à une approche intégrant rapidement les interactions qui expliquent bien des faits, même macroscopiques, inexplicables pour des êtres isolés (effet "microbien" Janzen-Connel et germination de Prunus serotina, par exemple). Enfin, pour ces mêmes enseignants, ce livre fourmille d'exemples faciles à aborder à tout niveau mettant en scène microbes, plantes et animaux pour illustrer les programmes du secondaire (et même du primaire) : écosystème, notion d'espèce, génétique, évolution, digestion, nutrition azotée, régimes alimentaires, industrie agro-alimentaire... sans bien sûr oublier les cours de biologie de l'enseignement post-bac. Un glossaire bien fourni permet d'avoir accès à des définitions simples et complètes des termes importants employés dans l'ouvrage.

À lire donc, pour revoir et réassocier des concepts connus, pour y puiser des exemples et des idées... mais aussi pour (re)découvrir la biologie de manière agréable et regarder le monde qui nous entoure, et les microbes, de manière un peu différente. Cet ouvrage est aussi accompagné d'une série de 8 vidéos de présentation par l'auteur, dispoibles sur les pages web classique et YouTube de l'éditeur.

Marc-André Selosse, juin 2017. Jamais seul - Ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations, Actes Sud Éditions, 368p. - ISBN 978-2-330-07749-5 - 24,50€

 

O.D.- 18/08/2017