Mots clés : corail, madréporaire, cœlentéré, fossile, colonie

Les coraux forment aussi des hexagones

Pierre Thomas

ENS Lyon - Laboratoire des Sciences de la Terre

Florence Kalfoun

ENS Lyon / DGESCO

31/01/2005

Résumé

Colonies de madréporaires fossiles du Dévonien et du Miocène (tétracoralliaires ou hexacoralliaires) avec leurs loges hexagonales.


Figure 1. Vue rapprochée d'une colonie de madréporaires du Dévonien supérieur du Boulonnais (Pas de Calais)

Vue rapprochée d'une colonie de madréporaires du Dévonien supérieur du Boulonnais (Pas de Calais)

Ce madréporaire est vraisemblablement Hexagonaria davidsoni, du groupe des tétracoralliaires. Pour l'échelle voir la photographie 3.


L'hexagone est la forme géométrique qui permet de faire un "pavage" parfaitement jointif (sans vide) et où chaque "pavé" individuel a le plus faible rapport périmètre/surface.

C'est pour cette raison que les prismes volcaniques sont statistiquement hexagonaux (voir les orgues basaltiques de Panska Skala, ou les orgues en gerbe), que les fentes de rétraction des argiles (rétraction des argiles par dessiccation, ou par cuisson) le sont aussi.

La vie "utilise" abondamment cette propriété de l'hexagone. Tout le monde pense aux alvéoles des abeilles ou des guêpes.

Les coraux coloniaux "utilisent " aussi cette propriété. Chaque polypier individuel "cherche" à occuper le maximum d'espace, à ne pas laisser de trou entre lui et ses voisins, mais est "gêné" dans sa croissance par les autres polypiers. Là encore, ce sont des loges hexagonales qui vont occuper tout l'espace en minimisant l'importance des contacts entre individus.

Les photographies 1, 2 et 3 montrent, sous trois grossissements différents, une colonie de madréporaires du Dévonien supérieur du Boulonnais (62), sans doute d'Hexagonaria davidsoni, du groupe des tétracoralliaires. Statistiquement, ce sont les loges hexagonales les plus fréquentes. Mais l'existence de pentagones, d'heptagones … montre que cette forme hexagonale n'est pas due à une symétrie intrinsèque à l'animal (comme la symétrie d'ordre 5 chez les échinodermes), mais à une réponse la plus géométriquement adaptée à un problème d'occupation de l'espace.

Figure 2. Vue de détail d'une colonie de madréporaire du Dévonien supérieur du Boulonnais (62)

Vue de détail d'une colonie de madréporaire du Dévonien supérieur du Boulonnais (62)

Noter la forme hexagonale des loges.



Vue d'ensemble et vue de détail d'une colonie de madréporaires du dévonien supérieur

Cette "solution" hexagonale a été "adoptée" aussi bien par les coraux anciens que par les coraux récents et actuels. En témoignent ces coraux d'âge miocène de la photographie 4 (sans doute du genre Heliastraea , hexacoralliaires), trouvés dans le bassin de Gignac (34). Comme quoi les lois de la géométrie sont invariantes au cours du temps .

Figure 4. Vue d'ensemble d'un échantillon de coraux du Miocène

Vue d'ensemble d'un échantillon de coraux du Miocène

Ces coraux sans doute du genre Heliastraea , hexacoralliaires, ont été trouvés dans le bassin de Gignac (Hérault).


Mots clés : corail, madréporaire, cœlentéré, fossile, colonie