Mots clés : Homo, lignée humaine/ hominisation, argile, concrétion calcaire, karst
Localiser sur la carte interactive (Latitude : 44.5028, Longitude : 2.0067)

La grotte de Foissac (Aveyron) : vestiges d'une occupation néolithique et belles concrétions

Pierre Thomas

Laboratoire de Géologie de Lyon / ENS Lyon

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

05/10/2020

Résumé

Occupation humaine (squelettes, traces, charbon, poteries) d'une grotte montrant de rares concrétions creuses au plafond de certaines salles.


Figure 1. Squelette (datant de −5000 BP, Âge du Cuivre) déposé bras et jambes repliés sur un dépôt d'argile à l'intérieur de la grotte de Foissac (Aveyron)

Squelette (datant de −5000 BP, Âge du Cuivre) déposé bras et jambes repliés sur un dépôt d'argile à l'intérieur de la grotte de Foissac (Aveyron)

Des côtes provenant d'un animal (chèvre, cochon ?) sont visibles au pied du squelette. Étaient-ce des offrandes ?

Localisation par fichier kmz de la grotte de Foissac (Aveyron).


Figure 2. Vue plus large d'un squelette (datant de −5000 BP, Âge du Cuivre) déposé bras et jambes repliés sur un dépôt d'argile à l'intérieur de la grotte de Foissac (Aveyron)

Vue plus large d'un squelette (datant de −5000 BP, Âge du Cuivre) déposé bras et jambes repliés sur un dépôt d'argile à l'intérieur de la grotte de Foissac (Aveyron)

Des côtes provenant d'un animal (chèvre, cochon ?) sont visibles au pied du squelette. Étaient-ce des offrandes ?

Localisation par fichier kmz de la grotte de Foissac (Aveyron).


Sur les Causses calcaires du Sud-Ouest du Massif Central, de la Dordogne à l'Aveyron, en plus des hauts lieux touristiques que sont par exemple les grottes de Lascaux ou le gouffre de Padirac, on trouve d'autres sites tout aussi intéressants montrant des traces d'occupations préhistoriques et/ou des concrétions karstiques. La grotte de Foissac, une grotte aveyronnaise ouverte aux touristes depuis 1973, est l'une de ces cavernes mixtes (préhistoire + concrétions) qui mérite largement une visite. La grotte se situe dans des calcaires du Bajocien et du Bathonien (Jurassique moyen, 170 Ma). Une entrée naturelle très étroite fut trouvée en 1959 par des spéléologues, et les découvertes et explorations des galeries eurent lieu en 1965. On s'est vite rendu compte que ces galeries avaient été occupées par les Hommes au Néolithique. On s'est alors aperçu que la grotte possédait en ces temps une “vaste” entrée naturelle, mais que celle-ci s'était éboulée il y a environ 5000 ans, interdisant presque complètement l'accès et “figeant” l'état de cette grotte. Il y a 5000 ans (3000 ans avant notre ère), ce sont les débuts de l'époque de Sumer et de la première dynastie égyptienne. Au Moyen-Orient, on inventait l'écriture ; en Europe de l'Ouest, c'était l'époque des mégalithes comme ceux de Stonehenge.

L'accès actuel se fait par une entrée artificielle, située à 250 m au Sud-Ouest de l'ancienne entrée naturelle. Le début de la visite vaut pour ses concrétions, parfois remarquables. Plus on s'approche de l'ancienne entrée naturelle, plus les traces de l'occupation préhistorique deviennent nombreuses et visibles. Ce qui est montré le long des 400 m du parcours aménagé, outre les concrétions naturelles, ce sont des ossements animaux et humains, et des traces d'activité du Néolithique, et plus précisément du Chalcolithique (Âge du Cuivre, environ −5000 BP). Les ossements animaux comprennent aussi bien des ossements d'animaux sauvages chassés que d'animaux domestiques, preuve que ce site date bien du Néolithique. Tout cela est daté aussi bien par le 14C que par le style des poteries et que par la présence de perles de cuivre. Cette époque est plus connue pour ses mégalithes que pour son occupation des cavernes, ce qui fait beaucoup de l'intérêt de Foissac. En 2006, des gravures et des peintures beaucoup plus vieilles (du Paléolithique supérieur, gravettiennes ou magdaléniennes) furent découvertes dans une partie du réseau non ouverte au public. En 2016, une petite statuette paléolithique (≈ −20 000 ans), sculptée dans un os de bison (et les bisons avaient disparu d'Europe de l'Ouest au Chalcolithique), fut découverte par Sébastien du Fayet de la Tour, le gestionnaire du site. Elle est maintenant exposée dans une vitrine à l'intérieur de la grotte.

Cette grotte a donc été le siège de plusieurs phases d'occupation préhistorique. Lors de sa dernière occupation, au Chalcolithique, cette caverne eu plusieurs usages tout au long de ses galeries : cimetière, garde-manger et surtout “carrière” d'argile. Nous allons vous montrer successivement (1) des squelettes et des ossements, (2) des restes de foyers, de poteries et de meules, (3) des traces d'activités marquées dans l'argile, (4) la statuette paléolithique et, enfin, (5) la partie “karstique” de cette grotte.

Figure 5. Ossements animaux associés à du charbon de bois dans la grotte de Foissac (Aveyron)

Ossements animaux associés à du charbon de bois dans la grotte de Foissac (Aveyron)

Ancienne scène “culinaire” ?


Figure 6. Site avec du charbon de bois, des ossements animaux ainsi qu'un fémur humain dans la grotte de Foissac (Aveyron)

Site avec du charbon de bois, des ossements animaux ainsi qu'un fémur humain dans la grotte de Foissac (Aveyron)

Repas mortuaire, scène de cannibalisme… ?


Figure 7. Fragment de poterie dans la grotte de Foissac, montrant que l'on maitrisait la fabrication de céramiques il y a 5000 ans

Fragment de poterie dans la grotte de Foissac, montrant que l'on maitrisait la fabrication de céramiques il y a 5000 ans

Le corps de la jarre montre un léger sillon, interprété comme une encoche destinée à y attacher une corde permettant de suspendre la jarre à l'abri des rongeurs. L'ancêtre des garde-mangers ?


Figure 8. Fragment de poterie de la grotte de Foissac, montrant que l'on maitrisait la fabrication de céramiques il y a 5000 ans

Fragment de poterie de la grotte de Foissac, montrant que l'on maitrisait la fabrication de céramiques il y a 5000 ans

Le corps de la jarre montre un léger sillon, interprété comme une encoche destinée à y attacher une corde permettant de suspendre la jarre à l'abri des rongeurs. L'ancêtre des garde-mangers ?


Figure 9. Autre poterie de belle facture dans la grotte de Foissac (Aveyron)

Autre poterie de belle facture dans la grotte de Foissac (Aveyron)


Les galeries de la grotte de Foissac ont été localement remplies d'argile avant l'occupation humaine, argile déposée par la rivière souterraine dans les endroits où le courant était plus lent (zone d'élargissement, amont d'étranglement…). Il semble que l'exploitation de cette argile était l'usage principal de la grotte de Foissac pour les hommes du Néolithique. On peut estimer à 500 m3 (1250 tonnes) la quantité d'argile extraite entre le début du Néolithique et l'effondrement de l'entrée. Outre la fabrication de poteries, cette argile aurait surtout servi à faire du torchis destiné à étanchéifier les murs et cloisons de bois des cabanes et des huttes.

En circulant dans les parties profondes de la grotte, notamment pour aller y chercher de l'argile, des adultes et surtout des enfants ont laissé des traces de pas dans l'argile du sol, ou des traces de doigts sur les parois argileuses.



Figure 15. Traces de pied d'enfant au pied d'une paroi argileuse, grotte de Foissac (Aveyron)

Traces de pied d'enfant au pied d'une paroi argileuse, grotte de Foissac (Aveyron)

La plus belle empreinte est recouverte d'une plaque de plexiglas.


Figure 16. Trace de pied d'enfant au pied d'une paroi argileuse, grotte de Foissac (Aveyron)

Trace de pied d'enfant au pied d'une paroi argileuse, grotte de Foissac (Aveyron)

Cette belle empreinte est protégée par une plaque de plexiglas.


Figure 17. Petite statuette paléolithique (probablement magdalénienne) trouvée en 2016 dans la grotte de Foissac (Aveyron)

Petite statuette paléolithique (probablement magdalénienne) trouvée en 2016 dans la grotte de Foissac (Aveyron)

Cette statuette a été sculptée dans une phalange de bison, et il n'existe plus de bisons en Europe de l'Ouest au Néolithique. Au moins 15 000 ans séparent cette statuette des traces de pas des figures précédentes. Cette statuette est maintenant exposée dans une vitrine à l'extrémité du parcours ouvert à la visite.


Figure 18. Vue générale de l'éboulement ayant eu lieu il y a 5000 ans et ayant complètement bouché l'accès naturel aux galeries de la grotte de Foissac (Aveyron)

Vue générale de l'éboulement ayant eu lieu il y a 5000 ans et ayant complètement bouché l'accès naturel aux galeries de la grotte de Foissac (Aveyron)

Sans cet éboulement, on accèderait facilement à l'entrée de la grotte empruntée par les hommes du Néolithique, à une centaine de mètres de là. L'éboulis est principalement constitué de terre et de blocs de pierre, mais on y trouve aussi des fragments de poteries, des ossements humains (la flèche rouge indique un crâne).



L'entrée naturelle de la grotte avant l'éboulement d'il y a 5000 ans était située près d'une petite falaise marquant la limite entre les marnes du Lias (Toarcien) et les calcaires du Jurassique moyen (Bajocien). C'est au niveau de cette petite falaise, à la limite calcaire/marne qu'un petit ruisseau “se perd” : les pertes de la Jonquière. Les éboulements font qu'il est impossible de pénétrer le réseau souterrain plus d'une vingtaine de mètres en suivant l'eau du ruisseau. L'extrémité de l'éboulement (photographies précédentes) se trouve à 100-150 m de là au sein des calcaires. Outre ses richesses “humaines”, les galeries de Foissac montrent de très belles concrétions : stalactites, fistuleuses, stalagmites, colonnes… ainsi qu'une rareté : des sphères creuses très rarement visibles dans les grottes ouvertes à la visite.

Figure 20. Les pertes de la Jonquière, situé à 250 m au Nord-Est de l'entrée actuelle de la grotte de Foissac (Aveyron)

Les pertes de la Jonquière, situé à 250 m au Nord-Est de l'entrée actuelle de la grotte de Foissac (Aveyron)

En ce très sec mois d'août 2020, la Jonquière est à sec et ces pertes n'ont aucun caractère spectaculaire.




Figure 23. Plafond stalactitique d'une salle de la grotte de Foissac montrant, en plus des stalactites et fistuleuses, des sphères de calcite, souvent associées à des fistuleuses

Plafond stalactitique d'une salle de la grotte de Foissac montrant, en plus des stalactites et fistuleuses, des sphères de calcite, souvent associées à des fistuleuses

Quand ces sphères ont été brisées, on voit qu'elles sont creuses ; ce sont de véritables “bulles”. Je ne connais pas le(s) mécanisme(s) à l'origine de ces sphères creuses. Si un connaisseur pouvait nous renseigner…


Figure 24. Boules (creuses) de calcite présente au plafond de certaines salles de la grotte de Foissac (Aveyron)

Boules (creuses) de calcite présente au plafond de certaines salles de la grotte de Foissac (Aveyron)

La main donne l'échelle.



Figure 26. Boules (creuses) de calcite présente au plafond de certaines salles de la grotte de Foissac (Aveyron)

Boules (creuses) de calcite présente au plafond de certaines salles de la grotte de Foissac (Aveyron)

On voit bien, ici, une boule “cassée” montrant le caractère creux de ces concrétions.


Figure 27. Cartes topographique et géologique des environs de la grotte de Foissac (Aveyron)

Cartes topographique et géologique des environs de la grotte de Foissac (Aveyron)

Ces grottes sont creusées dans les calcaires du Jurassique moyen (Bajocien et Bathonien, J1 et J2), qui reposent sur les marnes du Lias (violet). On voit que le ruisseau “la Jonquière” se perd au contact entre les marnes et les calcaires.


Figure 28. Le dolmen de Varaire (Lot,) non loin de la grotte de Foissac (Aveyron)

Le dolmen de Varaire (Lot,) non loin de la grotte de Foissac (Aveyron)

Pendant que des hommes du Néolithique exploitaient l'argile des grottes de Foissac, d'autres bâtissaient des dolmens, nombreux dans la région. Les dalles de ce dolmen sont en calcaire local. Un dolmen situé non loin de la grotte de Foissac a d'ailleurs été déplacé et réinstallé devant les bâtiments d'accueil de la grotte.

Localisation par fichier kmz du dolmen de Varaire (Lot).



La grotte de Foissac est un des huit sites archéologiques et paléontologiques du Quercy regroupés en un réseau : le réseau des paléonautes. Ce réseau regroupe aussi le Musée de l'Homme de Néandertal (cf. L'Homme de la Chapelle-aux-Saints (Corrèze) : la première preuve d'inhumation chez les Néandertaliens) et la phosphatière du Cloup d'Aural (cf. image de la semaine prochaine).

Merci à Alain Du Fayet de La Tour de m'avoir organisé une visite “augmentée” de la grotte de Foissac.

Localiser sur la carte interactive (Latitude : 44.5028, Longitude : 2.0067)
Mots clés : Homo, lignée humaine/ hominisation, argile, concrétion calcaire, karst