Énergie solaire, biosphère et bilan radiatif

Pierre Thomas

ENS Lyon, Laboratoire des Sciences de la Terre

Benoît Urgelli

ENS Lyon / DGESCO

10/09/2001

Résumé

Estimation du rôle de la biosphère sur le bilan radiatif et sur l'albédo de la Terre.


Table des matières

Question

Objet : Bilan radiatif et effet de serre Date  : Ven, 25 Mai 2001 15:39:25 De  : Ugo.

« Sur le thème de l'effet de serre, il reste un point obscur dans la valeur numérique de l'énergie de l'équation bilan : quelle est la proportion de l'énergie solaire absorbée qui se trouve consommée par la biosphère ? »

Réponse

Sachant que 0,1% de l'énergie solaire incidente est utilisée pour la photosynthèse (rendement photosynthétique voisin de 0,1%) et si on admet que 10% des 500 millions de km2 de la Terre sont recouvert de feuilles ou d'organismes phytoplanctoniques, cela fait 0,01 % de l'énergie solaire incidente utilisée par la photosynthèse . C'est bien peu.

Figure 1. Bilan radiatif


Cette énergie convertie en "énergie chimique" est de toute façon reconvertie en chaleur (donc émise sous forme d'infrarouge) lors de la décomposition/respiration des molécules produites par la photosynthèse (si on néglige la faible part de matière organique qui se fossilise).

La photosynthèse de la biosphère a donc un impact négligeable sur le bilan énergétique de la Terre (en dehors de la modification de la teneur en CO2 atmosphérique).

L'impact le plus important de la biosphère, c'est sa couleur ! Globalement, un sol couvert de végétaux a un albédo plus faible qu'un désert. La vie augmente sans doute l'albédo de la Terre, donc la part d'énergie absorbée (et réémise sous forme d'IR).