Effet de serre : le fiasco de La Haye

Benoît Urgelli

ENS Lyon / DGESCO

16/12/2000

Résumé

Compte-rendu de la conférence de La Haye sur l'application du protocole de Kyoto.


D'après Nicolas Chevassus-au-Louis, Journaliste Scientifique.

La Conférence de La Haye (Pays-Bas), qui était censée définir les modalités pratiques d'application du Protocole de Kyoto sur les émissions de gaz à effet de serre, s'est soldée par un échec.

Selon ce protocole, les pays industrialisés s'étaient engagés à réduire d'ici à 2010 leurs émissions de gaz à effet de serre à 95 % de leur niveau de 1990, chaque pays se voyant attribuer un quota d'émission qu'il peut ensuite échanger. Durant la négociation, le désaccord entre l'Union Européenne et les USA sur la conception des mécanismes dits de flexibilité, visant à faciliter la tenue de ces engagements, est apparu au grand jour. Pour les américains et leurs alliés, un pays doit pouvoir acheter à d'autres autant de droits d'émission de gaz à effet de serre qu'il le souhaite. Il doit pouvoir inclure ses plantations de forêts (les végétaux fixent le gaz carbonique durant leur croissance) dans la comptabilité de ses efforts de réduction. Enfin, il ne doit faire l'objet d'aucunes mesures contraignantes en cas de dépassement de ses droits d'émission. Les européens défendaient des positions inverses : contre la comptabilisation des puits de carbone, pour une limitation à 50 % des achats de droits d'émission et pour une Organisation Mondiale de l'Environnement veillant au suivi des engagements.

Ces positions étaient trop éloignées pour pouvoir être conciliées. L'instabilité politique américaine - George W. Bush déclare « ne pas croire à l'effet de serre »- et les divisions européennes n'ont pas facilité les négociations. Tenus à l'écart de cette bataille de nantis, les pays du Sud n'ont pu que déplorer « l'égoïsme et le manque de volonté politique des pays du Nord ».