Mots clés : dyke, trapps, basalte, ouverture océanique

Dykes basaltiques en Namibie

Pierre Thomas

ENS Lyon - Laboratoire des Sciences de la Terre

Florence Kalfoun

ENS Lyon / DGESCO

08/11/2004

Résumé

Dykes basaltiques de Namibie, des témoins continentaux de l'ouverture de l'Atlantique Sud (130 Ma).



Quand il n'est pas recouvert de dunes de sables, le désert côtier de Namibie est constitué de granites et roches métamorphiques anté-cambriennes. Ces roches protérozoïques et/ou archéennes sont traversées de multiples dykes de basalte, d'âge 130 MA, c'est à dire contemporains de l'ouverture de l'Atlantique sud. Ces dykes ont une orientation générale N-S. Ils représentent des fissures, ouvertes au Crétacé inférieur, fissures remplies de basalte, et ayant alimenté des épanchements de laves. Ces laves ont dû plus ou moins recouvrir les bordures du nouvel océan en train de s'ouvrir. Si ces émissions ont été assez abondantes, elles ont pu participer à la mise en place de « trapps ». De tels trapps se retrouvent de l'autre côté de l'Atlantique, en Uruguay et au Brésil. Les coulées (et les éventuels trapps namibiens) ont été érodées, et il ne reste plus maintenant que les fissures d'alimentation (les dykes). La figure 2 montre deux de ces dykes, qui forment maintenant la crête des collines au deuxième plan de la photographie.


La semaine prochaine, nous verrons une structure presque équivalente à ces trapps de l 'Atlantique, mais sous un tout autre climat.

Mots clés : dyke, trapps, basalte, ouverture océanique