Couches de charbon dans un bassin de type limnique

Pierre Thomas

ENS Lyon - Laboratoire des Sciences de la Terre

Emmanuelle Cecchi

Florence Kalfoun

ENS Lyon / DGESCO

07/06/2004

Résumé

La carrière de Graissessac (Hérault) et ses couches de charbon.


Figure 1. Photographie d'une ancienne carrière de charbon à Graissessac (Hérault)

Photographie d'une ancienne carrière de charbon à Graissessac (Hérault)

L'ancien front de taille fait plus de 50 m de hauteur. Quatre couches de charbon sont visibles sur l'image.


On vient de fermer récemment (avril 2004) la dernière mine de charbon de France. Malgré cela, il faut savoir que le charbon a encore un grand avenir énergétique devant lui. En effet, ses réserves "prouvées" (Chine, Australie, Russie …) sont environ 10 fois plus importantes (en quantité d'énergie contenue) que les réserves mondiales de pétrole. La France a eu un grand passé charbonnier, avec un grand bassin "côtier" (bassin paralique) au sommet du Carbonifère moyen (le bassin du Nord-Pas de Calais), de nombreux bassins lacustres (bassins limniques) du Carbonifère supérieur- Permien inférieur, et Crétacé supérieur- Tertiaire inférieur. Parmi ces bassins lacustres du Carbonifère supérieur, la faible profondeur des couches a permis l'exploitation en carrière (dite découverte) dans plusieurs bassins du Midi-Pyrénées et du Languedoc. C'est le cas du bassin de Graissessac dans la Montagne Noire. Le front de taille encore visible de cette ancienne carrière mesure plus de 50 m de haut ; il en faisait le double avant le comblement-engazonnement partiel de la carrière. On y voit encore quatre épaisses couches de charbon, alternant avec des couches de grès. Les semaines prochaines, nous vous montrerons des détails de ces couches de charbon et de grès, avec in situ , les fossiles que l'on y trouve.