Un rescapé de la limite Crétacé-Tertiaire à Menat (Puy de Dôme)

Pierre Thomas

ENS Lyon - Laboratoire des Sciences de la Terre

André Nel

Emmanuelle Cecchi

Florence Kalfoun

ENS Lyon / DGESCO

19/01/2004

Résumé

Une punaise paléocène, témoin de la présence d'insectes à la suite de la crise Crétacé-Tertiaire.



De très nombreux groupes animaux et végétaux ont été très affectés par la grande extinction KT (crétacé-tertiaire). Par exemple chez les reptiles, ont disparu : 100% des familles de ptérosauriens et de plésiosauriens, 91% des familles de dinosauriens [rappelons que les oiseaux sont des dinosaures, et que sur les 33 familles de dinosaures existant à la fin du crétacé (dont 12 familles d'oiseaux), il reste 3 familles qui ont survécu à la limite KT (3 familles d'oiseaux)], 36% des familles de crocodiliens, 27 % des familles de chéloniens et 6% des familles de lacertiliens. (Voir "Les reptiles et la crise K-T").

Par contre, les insectes semblent avoir traversé cette crise sans beaucoup de problèmes et la plupart des familles d'insectes présentes au crétacé supérieur existent encore au paléocène, juste après la limite KT; témoin, cette punaise paléocène du groupe probable des Pentatomidae.

Les gisements fossilifères du Paléocène, période qui suit immédiatement la crise KT, sont rares en France. L'un des plus riches est celui de Menat (63). Il s'agit d'un ancien lac installé dans un maar paléocène (le plus vieux volcan du Massif Central), au fond duquel ont sédimenté des boues à diatomées, riches en matière organique. Cette diatomite bitumineuse a été exploitée au 19ème siècle (et début du 20ème), à la fois pour les hydrocarbures et pour la diatomite. Dans ces sédiments très fins et très réducteurs, se sont fossilisés de nombreux animaux aquatiques (poissons, crocodiles ...), des animaux terrestres s'étant noyés (dont le plus vieux primate fossile de France), énormément de débris végétaux emportés par le vent dont une fleur (voir une fleur fossile du Paléocène), et cet insecte, vraisemblablement une punaise du groupe des Pentatomidae. Il est possible que cette punaise se soit promenée sur la fleur montrée en septembre 2002. Nous vous montrerons dans les mois qui viennent un poisson qui aurait très bien pu gober cette punaise.