La Lune ? Non, l'Islande en hiver !

Pierre Thomas

ENS Lyon - Laboratoire des Sciences de la Terre

Emmanuelle Cecchi

Florence Kalfoun

ENS Lyon / DGESCO

05/01/2004

Résumé

Photographie aérienne d'un cratère volcanique de la presqu'île de Reykjanes en Islande.


Figure 1. La presque'île de Reykjanes en Islande

La presque'île de Reykjanes en Islande

Cette photographie aérienne n'est pas une image des missions lunaires Apollo, mais une vue aérienne hivernale prise au dessus de la presqu'île de Reykjanes en Islande.

On voit au centre de la photographie un splendide cratère volcanique au sommet d'un cône peu élevé (diamètre du cratère : environ 100 m) et d'autres cratères plus petits sur la droite. Une telle photographie aurait pu être prise sur les flancs de l'Etna en hiver ... Ces "petits" édifices volcaniques (cône monogénique avec cratère) se construisent en général en une éruption unique, qui peut durer d'une heure à un mois. Ces petits édifices se bâtissent souvent le long de fissures (type rift en Islande, ou fissures sur le flanc d'un strato-volcan pour l'Etna). Ces fissures n'émettent souvent que très peu de lave sur 95% de leur longueur, l'essentiel de la lave et des projections ne sortant que sur un ou plusieurs points de la même fissure. La lave émise, si elle est très fluide, s'écoule sans former de relief, sous forme d'une simple "nappe" qui peut s'étaler sur des km2 avec une faible épaisseur. Si la lave est riche en gaz (gaz magmatique, ou gaz d'origine phréato-magmatique), et qu'il n'y a que des points de sortie isolés, il se bâtit alors un ou plusieurs "petits" cônes scoriacés, avec un cratère relativement important par rapport au diamètre du cône de scories.

La semaine prochaine, nous vous montrerons à quoi ressemble le substratum profond de tels édifices.