Quand les grès de l'Éocène inférieur (Yprésien) du Pays basque espagnol (Mont Jaizkibel) imitent le gothique flamboyant

Pierre Thomas

Laboratoire de Géologie de Lyon / ENS Lyon

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

31/08/2015

Résumé

Convergence de forme entre taffonis et sculptures de style gothique flamboyant.


Figure 1. Taffonis et sculptures gothiques

À gauche, figures d'interférence entre érosion, diagenèse… apparentées aux taffonis affectant les grès de l'Éocène inférieur (Yprésien) des monts Jaizkibel (Pays basque espagnol).

À droite, sommet du portail Ouest de l'église de la Trinité de Vendôme (Loir et Cher), joyau du gothique flamboyant de la fin du XVème siècle.

La convergence des formes est assez saisissante, bien que très vraisemblablement les architectes gothiques ne connaissaient pas les taffonis du Jaizkibel.


C'est la rentrée, et très vraisemblablement beaucoup d'entre nous ont profité de ces vacances pour découvrir des merveilles naturelles et artificielles. À 6 km de la frontière franco-espagnole du Pays basque (et à moins de 12 km du péage de Biriatou et de ces célèbres bouchons estivaux), on trouve le massif du Jaizkibel, massif de grès éocène inférieur dominant l'Atlantique de plus de 500 m. Ce massif, de 11 km sur 4 km est vierge de toute habitation, hôtel et occupation humaine, ce qui est assez exceptionnel dans une région si touristique. Ce massif montagneux est en effet passé directement du statut de zone militaire à celui d'espace naturel protégé. Il montre des curiosités géologiques d'un intérêt scientifique pas forcément majeur, mais source d'étonnement et d'émerveillement esthétique. Nous vous ferons partager cet étonnement et cet émerveillement géologiques ces trois premières semaines de l'année scolaire 2015-2016.

Cette semaine, ce sera un festival de taffonis.

Les taffonis, fréquents dans les grès, calcaires bioclastiques, granites… résultent de l'interaction entre une érosion actuelle, des circulations de fluides sub-actuelles et d'infimes variations de la roche, infimes variations souvent d'origine diagénétique ou sédimentologique dans le cas de roches sédimentaires. Pour retrouver des taffonis déjà évoqués, revoyez Les taffonis du Cap de Creus (Espagne), de la côte de Namibie et de l'île d'Elbe pour voir des taffonis de bord de mer, sur Érosion alvéolaire dans des calcaires bioclastiques à Chinon (Indre et Loire) et Uzès (Gard) pour voir des taffonis urbains, ou sur Quand l'érosion alvéolaire fabrique des taffonis géants et emboîtis, et fête la Saint Valentin, Uluru (Australie) pour voir des taffonis géants au centre de l'Australie. Les taffonis du Jaizkibel sont parmi les plus "élégants" que je connaisse. Nous vous montrons ce jour vingt photos de ces taffonis basques, plus pour "se rincer l'œil" que pour faire de la science. La convergence morphologique entre ces taffonis et certains motifs du style gothique flamboyant me semble assez frappante.

Figure 2. Zoom arrière sur les taffonis "de style gothique flamboyant" de Jaizkibel

On devine l‘entrée de cette grotte à parois "taffonisées" en bas et à droite des figures 6 et 7, ci-après.







Figure 8. Face Ouest de l'église de la Trinité de Vendôme (Loir et Cher), joyau du gothique flamboyant de la fin du XVème siècle

Le grand sculpteur qu'est la nature a-t-il pris modèle sur ces motifs gothiques du XVème siècle pour sculpter (au XX et XXIème siècles) les grès du Jaizkibel ?


En se promenant dans le massif au hasard des chemins ou même en quittant les sentiers, on peut faire de belles découvertes. En témoignent les cinq secteurs qui suivent.

Figure 9. Vue d'ensemble d'une "grotte" à taffonis


Figure 10. Détail de cette "grotte" à taffonis


Figure 11. Vue d'ensemble d'une "falaise" à taffonis


Figure 12. Détail de cette "falaise" à taffonis


Figure 13. Vue d'ensemble d'un pinacle de grès percé d'une "grotte" à taffonis


Figure 14. Détail de ce pinacle de grès percé d'une "grotte" à taffonis


Figure 15. Entrée d'une "grotte" à taffonis


Figure 16. Détails intérieurs de cette "grotte" à taffonis


Figure 17. Détails intérieurs de cette "grotte" à taffonis


Figure 18. Détails intérieurs de cette "grotte" à taffonis


Figure 19. Détail du sommet d'un abri à taffonis apprécié des chèvres


Figure 20. Quand des chèvres s'abritent de la pluie et du vent dans des taffonis


Figure 21. Quand des chèvres s'abritent de la pluie et du vent dans des taffonis


Le massif du Jaizkibel est constitué de couches de grès d'âge Éocène inférieur (Yprésien), rattaché à la formation connue sous le nom de « flyschs du Pays Basque », formation qui va du Crétacé supérieur à l'Éocène. Ces couches sont relativement monoclinales, avec une direction N70 à N80 et un pendage de 30 à 45° vers l'Ouest. C'est dans ces flyschs basques qu'on voit la limite KT à Zumaia (cf. figures 4 à 9 dans La crise Crétacé-Paléogène et l'hypothèse météoritique, 34 ans après ) et, à Bidart, qu'on peut admirer des plis (cf. Des p'tits plis, des p'tits plis, toujours des p'tits plis, Saint Jean-de-Luz, Pyrénées Atlantiques et une "crèches géologique" (cf. Un anticlinal abritant une crèche-bergerie : la grotte d'Harpéa, Estérençuby (Pyrénées Atlantiques) ), des couches verticales (cf. Zumaia (pays basque espagnol) : là où l'érosion marine joue avec les couches sub-verticales des flyschs yprésiens (Éocène inférieur) ) et la manifestation sédimentaire des cycles de Milankovitch (cf. Failles affectant une série marno-calcaire montrant des cycles astronomiques de type Milankovitch, Zumaia, Espagne ). Que de bonnes raisons de passer des vacances dans ce beau pays .

Figure 24. Vue globale du massif du Jaizkibel à l'Ouest de la frontière franco-espagnole

Les photos ont été prises dans le secteur indiqué par la punaise jaune.