Les marmites de géant de Bourke le chanceux ( Bourke's Luck Potholes ), canyon de la Blyde River, Afrique du Sud

Pierre Thomas

Laboratoire de Géologie de Lyon / ENS Lyon

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

16/03/2015

Résumé

Marmites de géant dans des grès archéens.


Figure 1. Marmites de géant dans le lit de la Treur juste avant son confluent avec la Blyde aux eaux turbides, Afrique du Sud

Au centre de l'image, une des marmites quasiment "hors d'eau" laisse voir les galets qui en tapissent le fond. Ces marmites sont creusées dans des grès archéens d'Afrique du Sud.


Nous avons vu la semaine dernière des marmites de géant creusées dans des calcaires du Crétacé du Languedoc et nous avons expliqué leur origine (cf. Les marmites de géant de la cascade du Sautadet, La Roque-sur-Cèze, Gard ). Des marmites peuvent exister dans presque tous les types de roches massives : calcaires, grès, granites, gneiss… Pour illustrer l'existence de marmites dans d'autres types de roches que les calcaires, nous vous montrons ici les marmites de géants de Bourke le chanceux ( Bourke's Luck Potholes ) creusées dans des grès tabulaires sub-horizontaux du Wolkberg (2,6 Ga), à la base du super groupe du Transvaal (Afrique du Sud) datant de l'Archéen supérieur – Protérozoïque inférieur (-2,6 à -2,2 Ga).

Ce site a été  baptisé du nom d'un chercheur d'or nommée Tom Bourke qui, selon la légende, aurait eu la chance d'y trouver une grosse pépite d'or. Ces marmites de géant se situent au confluent de deux rivières, la Blyde et de la Treur. La Blyde, la rivière principale, est une rivière relativement importante. En amont du confluent, elle coule au fond d'une gorge de plusieurs centaines de mètres de longueur aux parois verticales d'environ 20 mètres de hauteur. Elle a creusé ces gorges dans les strates horizontales des grès archéens. La Treur a un débit plus faible et, jusqu'à 100 m de son confluent, elle coule sur les dalles de grès sans avoir creusé de gorges. C'est seulement sur ces 100 derniers mètres avant son confluent que la Treur s'enfonce dans ce qu'on peut presque appeler une « gorge de raccordement ». C'est le long de ces cents derniers mètres, et en particulier juste avant le confluent avec la Blyde que se trouvent les plus belles des marmites de géant.

Ce site est aménagé pour les touristes, et des sentiers, des ponts... permettent de s'y promener en toute tranquillité.

En novembre 2008, quand ont été prises toutes les photos (sauf la figure 7 qui vient du web), la Blyde était très chargée en argile et avait une belle couleur orange ; la Treur, elle, était limpide et transparente. Il sera donc facile de se localiser sur l'une ou l'autre des rivières dans les images qui suivent.


Figure 3. Confluent de la Treur et de la Blyde et ses marmites de géant

La photo a été prise d'un pont bâti au-dessus de la Treur 30 m en amont du confluent avec la Blyde.


Figure 4. Confluent de la Treur et de la Blyde et ses marmites de géant

La photo a été prise depuis le sentier conduisant au pont bâti au-dessus de la Treur 30 m en amont du confluent avec la Blyde, 10 m avant d'arriver au pont.


Figure 5. Confluent de la Treur et de la Blyde et de ses marmites vu depuis un pont bâti sur la Blyde, 10 m en aval

C'est depuis le pont sur la Treur visible en haut à gauche qu'ont été prises les photos précédentes.



Figure 7. Vue sur le confluent entre la Treur (à gauche) et la Blyde (à droite), et ses marmites de géant

Photo prise depuis le pont sur la Blyde bâti 10 m en aval de la confluence, un jour où les eaux des deux rivières étaient claires.


Figure 8. Gorges de la Blyde, juste en amont de son confluent avec la Treur


Figure 9. La Treur, en amont de son confluent avec la Blyde

Au centre de l'image, on voit les eaux de la Treur coulant sur les grès dans une vallée à peine encaissée. On devine, juste en aval, des petites cascades : la Treur s'enfonce dans des gorges profondes où elle disparaît à notre vue. Elle rejoint la Blyde qui coule en bas de la "fissure" qu'on devine en bas à droite de la photo et qui passe sous le pont visible au centre gauche de l'image.


Figure 10. En amont de la "gorge de raccordement" (environ 100 m de long) par où la Treur rejoint le niveau de la Blyde

Les belles marmites des figures précédentes sont juste après le coude de la vallée vers la gauche.


Figure 11. Le cours de la Blyde, 100 m en amont de son confluent avec la Treur

La rive gauche de la gorge (à droite sur cette photo) est riche en marmites de géant. Les marmites situées plusieurs mètres au-dessus de la rivière sont "fossiles", ou actives seulement lors des périodes de crues. Leurs parois de gauche ont été érodées par la Blyde au cours de son enfoncement.


Figure 12. Les marmites de géant de la rive gauche de la Blyde, 100 m en amont du confluent avec la Treur

Les marmites situées plusieurs mètres au-dessus de la rivière sont "fossiles", ou actives seulement lors des périodes de crues. Leurs parois de gauche ont été érodées par la Blyde au cours de son enfoncement.


Figure 13. Détail sur deux des marmites de la rive gauche de la Blyde

Si les parties inférieures de ces marmites (en dessous des quelques buissons visibles en bas à gauche) doivent être inondées à chaque crue, les parties supérieures semblent presque fossiles et ne doivent être en eaux que lors des crues exceptionnelles. Leurs parois de devant ont été érodées par la Blyde au cours de son enfoncement. La photo suivante montre un détail du centre de la paroi de la demi-marmite de gauche.


Figure 14. Zoom sur la paroi de l'une des marmites de la rive gauche de la Blyde, montrant la structure des grès constituant la série du Wolkberg (2,6 Ga)

Détail du centre de la paroi de la demi-marmite de gauche de la figure précédente.

On y voit bien des stratifications obliques, indiquant une progradation de droite à gauche, c'est-à-dire, ici, d'Est en Ouest.


Figure 15. Le secteur des marmites de géant de Bourke le chanceux ( Bourke's Luck Potholes ) au confluent de la Treur (qui vient de gauche) et de la Blyde (qui vient du fond de l'image), Afrique du Sud

La résolution topographique de cette image Google Earth ne montre pas que la Blyde et la Treur (sur ses 100 derniers mètres) coulent au fond d'une gorge aux parois verticales de 15 à 20 m de hauteur.


La Blyde qui coule ici sur un plateau d'environ 1200 à 1600 m d'altitude continue son cours en s'enfonçant dans un véritable canyon d'une trentaine de kilomètres de long pour rejoindre les basses terres (altitude d'environ 600 m). Les parois du canyon laissent voir la structure interne de ces grès du Transvaal, avec en particulier de belles stratifications obliques visibles dans le paysage avec une échelle décamétrique à hectométrique (cf. Stratifications obliques de grande taille dans l'Archéen d'Afrique du Sud, canyon de la Blyde River ). Les marmites de Bourke le chanceux montrent les mêmes structures que les parois du canyon, mais avec une échelle métrique à décimétrique.

Figure 16. Situation topographique des marmites de géant de Bourke le chanceux (punaise rouge) et des stratifications obliques du canyon de la Blyde River (punaise jaune)

La punaise jaune localise particulièrement les stratifications obliques vues dans Stratifications obliques de grande taille dans l'Archéen d'Afrique du Sud, canyon de la Blyde River .

À gauche, les plateaux de 1200 à 1600 m d'altitude. À droite, les basses terres à 600 m d'altitude. Le canyon de la rivière Blyde rejoint ces deux surfaces séparées de 600 à 1000 m de dénivelé.


Figure 17. Carte géologique simplifiée de l'Afrique du Sud

Le canyon de la Blyde River (dans le super groupe du Transvaal) est localisé par la croix rouge (en haut à droite).


Figure 18. Localisation du canyon de la Blyde River en Afrique du Sud