Mots clés : serpentine, serpentinite, pierre ollaire, péridotite

Sculptures et objets en serpentinite et en pierre ollaire

Pierre Thomas

ENS Lyon - Laboratoire de Géologie de Lyon

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

20/01/2014

Résumé

Péridotites plus ou moins intensément serpentinisées et pierres ollaires.


Figure 1. Trois sculptures en serpentinite - pierre ollaire

De gauche à droite, une reproduction de statuette précolombienne équatorienne, un hippopotame zimbabwéen et une reproduction d'une plaque gravée lycienne (au Sud de l'actuelle Turquie). Ces sculptures mesurent respectivement 12 cm, 7,5 cm et 8 cm de haut.


Les serpentines constituent une famille de minéraux de formule générale (Mg,Fe)3Si2O5(OH)4. Les roches constituées majoritairement de serpentines sont les serpentinites. Souvent, ces dernières contiennent d'autres phyllosilicates hydratés que des serpentines, en particulier des chlorites [(Fe,Mg,Al)6(Si,Al)4O10(OH)8], du talc [Mg3Si4O10(OH)2], des micas noirs [K+(Mg,Fe,Ti)2+ 3[Al+ xSi3- xO10(OH)2]7-]… Elles sont alors nommées pierres ollaires. Le mot "ollaire" vient du latin olla = "pot", et sa déclinaison ollarius = "pour faire des pots". En effet, les serpentinites, surtout quand elles contiennent chlrorites, talc ou micas, sont très tendres (dureté de 2 à 3 sur l'échelle de Mohs), faciles à travailler avec les mêmes outils que le bois, faciles à évider avec un tour, et résistantes au feu. On peut noter que les pierres ollaires relativement riches en talc sont particulièrement tendres et douces ; elles portent alors le nom de stéatite (du grec "steato" (σ τ ε ́ α τ ο ς) = "lard, suif"). Les Romains les utilisaient couramment pour faire des pots, vases, jarres et marmites, ainsi que des poêles… Tout un artisanat destiné à faire ces objets utilitaires existait dans les Alpes (ou abondent les serpentinites) depuis l'époque romaine jusqu'au début du XXème siècle. À côté des usages utilitaires, de très nombreuses civilisations ont sculpté serpentinites et pierres ollaires pour façonner des statuettes, amulettes, objets de cultes, objets décoratifs, sceaux… et ce depuis le Néolithique. Ces objets anciens sont rares et chers. Mais souvent des artisans du XXIème siècle élaborent de belles reproductions de ces œuvres anciennes ainsi que des créations modernes. Pour illustrer les productions de cet artisanat bien vivant, nous vous présentons trois sculptures en serpentinite - pierre ollaire venant respectivement d'Équateur (reproduction d'une statue pré-colombienne), du Zimbabwe (statuette d'hippopotame) et de Turquie (reproduction d'une antique plaque gravée lycienne).



Figure 4. Gros plan sur la face polie de la reproduction d'une statue précolombienne équatorienne

La structure (ou plutôt l'absence de structure) de la serpentinite est bien visible : on ne reconnaît plus rien de la péridotite initiale.




Figure 7. Vue de dessus d'une statuette d'hippopotame sculptée dans une serpentinite - pierre ollaire du Zimbabwe

La masse de la roche est couleur bronze. Elle est traversée par un "filon" de roche beaucoup plus verte (plus riche en chrome ou en nickel ?), limité par un liseré orange. L'origine de ce "filon" peut être double. Soit il s'agit d'un niveau différent de la masse de la roche, par exemple un niveau de pyroxénite au sein d'une péridotite (cf. fig.11 Les nodules péridotitiques "extraordinaires" de la coulée basaltique du Ray Pic ), soit il s'agit d'une zone dans laquelle plus de fluides (ou des fluides différents) ont circulé. Une analyse serait nécessaire pour trancher.


Figure 8. Gros plan sur la limite entre la roche couleur bronze et le filonnet vert intense

Il semblerait que l'on devine encore des reliques de la structure cristalline de la roche initiale. La serpentinisation aurait été moins intense que pour la statuette équatorienne.


Figure 9. Vue d'ensemble sur la reproduction d'une plaque lycienne gravée, fabriquée dans une serpentinite - pierre ollaire

Rappelons que la Lycie (située dans l'actuelle région d'Antalya en Turquie) a été le siège d'une antique civilisation qui a coexisté et/ou été colonisée par les Hittites, les Perses, les Grecs, les Romains...


Figure 10. Gros plan sur la reproduction d'une plaque lycienne gravée, fabriquée dans une serpentinite - pierre ollaire

Cette vue permet de reconnaître une structure grenue, reste probable de la péridotite avant sa serpentinisation. La serpentinisation est encore plus faible ici que dans les roches dans lesquelles ont été sculptées les deux statues précédentes.


Figure 11. Localisation (punaises rouges) des trois sites d'où proviennent les trois sculptures ci-dessus

La large répartition mondiale des pays utilisant la serpentinite - pierre ollaire dans son artisanat est particulièrement évidente.


Figure 12. Exemple d'utilisation actuelle de la serpentinite

En Europe, la serpentinite - pierre ollaire n'est plus utilisée pour sculpter ou graver des objets artistiques. Elle sert encore pour faire des dalles et revêtements muraux de couleurs vertes, pour faire des poêles « à la mode ancienne », et pour faire des objets plus utilitaires, comme des dalles pour pierrade, ou des services à découper le foie gras, comme celui présenté ici.


Mots clés : serpentine, serpentinite, pierre ollaire, péridotite