Mots clés : arbre, croissance végétale

Quand une boule granitique perturbe la croissance du tronc d'un chêne, rochers de Puychaud, Monts de Blond (Haute Vienne)

Pierre Thomas

ENS Lyon - Laboratoire de Géologie de Lyon

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

11/06/2012

Résumé

Adaptation de la croissance végétale à la présence d'un rocher inamovible.



Nous avons déjà vu comment la croissance des racines d'un arbre (un pin) pouvait déplacer de lourdes dalles de pierre. Dans la lutte arbre/théâtre antique, c'était l'arbre qui gagnait. Cette semaine, nous vous montrons le cas presque opposé, celui d'un gros rocher qui a considérablement perturbé la croissance d'un chêne, mais sans pour autant l'empêcher de grandir. Il ne s'agit pas simplement d'une modification de la forme ou du port de l'arbre, mais bien de son anatomie. Nous sommes dans une forêt limousine, forêt de chênes, encombrée de gros blocs de leucogranite. Au niveau d'un rocher, le tronc d'un chêne, au lieu de faire une quinzaine de centimètres de diamètre n'en mesure que la moitié. La forme du tronc est fortement amincie. D'après ce qu'on peut voir sans abattre l'arbre, la section du tronc au niveau du rocher aurait la forme d'un demi-cercle, dont la corde serait la limite bois/granite. Comment un géologue qui n'y connait rien en croissance végétale peut-il expliquer cette disposition ? La croissance en épaisseur d'un végétal peut développer une pression capable de déplacer de grosses roches. Si la roche est trop lourde pour être déplacée, comme c'est le cas ici, on pourrait croire que la pression due à l'épaississement du tronc pourrait le déformer, le déporter vers la droite sans pour autant en empêcher sa croissance en épaisseur. Cela n'a manifestement pas été le cas. On peut supposer que le tronc a commencé à croitre "normalement" en épaisseur en se déportant légèrement sur la droite. Mais les mouvements dus au vent ont fait frotter le tronc, dont l'épaisseur augmentait d'année en année, sur le rocher de granite qui a fait office d'abrasif. Le granite a usé le bois nouvellement formé et a empêché sa croissance en épaisseur sur la moitié de sa circonférence, sans pour autant empêcher l'arbre de croitre en hauteur et de prospérer. Dans la lutte biologie/géologie, il n'y a ici ni vainqueur ni vaincu.


Figure 6. Schéma théorique montrant comment un arbre poussant près d'un rocher peut acquérir une morphologie à tronc localement réduit en diamètre

Schéma théorique montrant comment un arbre poussant près d'un rocher peut acquérir une morphologie à tronc localement réduit en diamètre

Pour une date initiale de croissance fixée à 1988, voyons les principales étapes. Pendant les 3 premières années (jusqu'en 1990) pas de problème pour l'arbre. Pendant sa quatrième année, le rameau apical de l'année (1991) tangente le rocher. Ce rameau de la quatrième année ne va plus s'allonger comme c'est la règle chez les arbres. Il va être prolongé par les rameaux suivant, mais va croitre en épaisseur en ajoutant chaque année un nouveau cerne de bois. La présence du rocher et les frottements de ce rocher sur le tronc à chaque coup de vent va empêcher la croissance en épaisseur sur la partie du tronc touchant le rocher, sans pour autant empêcher la croissance en épaisseur de l'autre côté où rien ne gêne la production de cernes de bois.


Ce chêne gêné dans sa croissance par une boule de granite se trouve au milieu d'un ensemble de chaos granitiques, les rochers de Puychaud, dans les Monts de Blond en Limousin. On y voit des beaux chaos à l'origine de nombreuses légendes, une stèle à la mémoire de Frédéric Mistral, un dolmen… Un intéressant but d'excursion !

Figure 9. Chaos granitique des rochers de Puychaud, Monts de Blond, Haute Vienne

Chaos granitique des rochers de Puychaud, Monts de Blond, Haute Vienne

Figure 10. Chaos granitique des rochers de Puychaud, Monts de Blond, Haute Vienne

Chaos granitique des rochers de Puychaud, Monts de Blond, Haute Vienne

Figure 11. Chaos granitiques des rochers de Puychaud, Monts de Blond, Haute Vienne

Chaos granitiques des rochers de Puychaud, Monts de Blond, Haute Vienne

Figure 12. Dolmen des rochers de Puychaud, Blond, Haute Vienne

Dolmen des rochers de Puychaud, Blond, Haute Vienne

Figure 13. Cadre géologique des rochers de Puychaud, Blond, Haute Vienne

Cadre géologique des rochers de Puychaud, Blond, Haute Vienne

Ces rochers se trouvent dans un massif de leucogranite tardi-hercynien (en violet), constituant les Monts de Blond. Ce leucogranite est intrusif dans un encaissant constitué de granites plus vieux (rouge) et de roches métamorphiques (jaune, orange, vert…).



Il n'y a pas que les roches qui peuvent gêner la croissance en épaisseur d'un tronc d'arbre. Quand on se promène en limite de bois et de pâturages, on voit assez souvent des fils de fer complètement "enclavés" dans la masse du tronc. Le même phénomène qu'aux rochers de Puychaud, en moins naturel.

Figure 15. Fil de fer barbelé englobé par un tronc d'arbre au cours de sa croissance

Fil de fer barbelé englobé par un tronc d'arbre au cours de sa croissance


Mots clés : arbre, croissance végétale