Structure fluidale et orientation des enclaves dans les granites

Pierre Thomas

Laboratoire de Sciences de la Terre / ENS Lyon

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

10/01/2011

Résumé

Fluidalité et écoulement d'enclaves dans des granites.


Figure 1. Structure fluidale marquée par l'orientation des enclaves dans le granite de Quérigut-Millas, Puyvalador (Pyrénées Orientales)

Structure fluidale marquée par l'orientation des enclaves dans le granite de Quérigut-Millas, Puyvalador (Pyrénées Orientales)

Les très nombreuses enclaves sombres sont statistiquement parallèles les unes aux autres, orientées par l'écoulement du granite à l'intérieur du batholite/laccolite. Le nombre et le parallélisme de ces enclaves « miment » un banc de poissons.


Nous avons déjà vu que l'écoulement interne dans un massif granitique se marquait par une orientation des minéraux, ce qui peut engendrer une très belle structure fluidale (on parle de foliation magmatique, comme pour le granite d'Ansignan, par exemple). Nous avons vu également que les granites pouvaient contenir de nombreuses enclaves basiques, enclaves d'encaissant ou enclaves constituées de résidu de fusion. Ces enclaves, souvent de forme allongée, peuvent elles aussi servir de marqueurs de l'écoulement interne au massif granitique. Nous allons montrer cette semaine quelques exemples de structures fluidales marquées par les enclaves dans le granite de Quérigut-Millas (Pyrénées Orientales), et aussi dans d'autres granites rencontrés au hasard de vacances exotiques.

Figure 2. Détail de l'affleurement de la figure 1 dans le granite de Quérigut-Millas, Puyvalador (Pyrénées Orientales)

Détail de l'affleurement de la figure 1 dans le granite de Quérigut-Millas, Puyvalador (Pyrénées Orientales)

Les très nombreuses enclaves sombres sont statistiquement parallèles les unes aux autres, orientées par l'écoulement du granite à l'intérieur du batholite/laccolite. Le nombre et le parallélisme de ces enclaves « miment » un banc de poissons.

Si les enclaves sont bien orientées parallèlement les unes aux autres, les minéraux du granite ne présentent pas d'orientation, en particulier pas d'allongement parallèlement à l'allongement des enclaves. Cela prouve que l'orientation des enclaves est due à une orientation (par un écoulement) d'enclaves solides au sein d'un magma encore liquide, et non pas à la déformation/gneissification d'un granite déjà solide.


Figure 3. Gros plan sur l'affleurement de la figure 1 dans le granite de Quérigut-Millas, Puyvalador (Pyrénées Orientales)

Gros plan sur l'affleurement de la figure 1 dans le granite de Quérigut-Millas, Puyvalador (Pyrénées Orientales)

Les très nombreuses enclaves sombres sont statistiquement parallèles les unes aux autres, orientées par l'écoulement du granite à l'intérieur du batholite/laccolite. Le nombre et le parallélisme de ces enclaves « miment » un banc de poissons.

Si les enclaves sont bien orientées parallèlement les unes aux autres, les minéraux du granite ne présentent pas d'orientation, en particulier pas d'allongement parallèlement à l'allongement des enclaves. Cela prouve que l'orientation des enclaves est due à une orientation (par un écoulement) d'enclaves solides au sein d'un magma encore liquide, et non pas à la déformation/gneissification d'un granite déjà solide.


Figure 4. Un affleurement dans le faciès porphyroïde du granite de Quérigut-Millas, près de Vinça (Pyrénées Orientales)

Un affleurement dans le faciès porphyroïde du granite de Quérigut-Millas, près de Vinça (Pyrénées Orientales)

Il y a moins d'enclaves que dans l'affleurement précédent de Puyvalador. La structure fluidale se marque par le parallélisme des enclaves entre elles et aussi avec les phénocristaux d'orthose bien visibles dans la vue rapprochée (figure suivante).


Figure 5. Détail d'un affleurement dans le faciès porphyroïde du granite de Quérigut-Millas, près de Vinça (Pyrénées Orientales)

Détail d'un affleurement dans le faciès porphyroïde du granite de Quérigut-Millas, près de Vinça (Pyrénées Orientales)

Il y a moins d'enclaves que dans l'affleurement précédent de Puyvalador. La structure fluidale se marque par le parallélisme des enclaves entre elles et aussi avec les phénocristaux d'orthose bien visibles dans cette vue rapprochée.


Figure 6. Localisation des affleurements du granite de Quérigut-Millas, Puyvalador (flèche noire) et Vinças (flèche bleue)

Localisation des affleurements du granite de Quérigut-Millas, Puyvalador (flèche noire) et Vinças (flèche bleue)

Une idée de balade pour les vacances !


Figure 7. Localisation précise des affleurements du granite de Quérigut-Millas, Puyvalador (flèche noire) et Vinças (flèche bleue)

Localisation précise des affleurements du granite de Quérigut-Millas, Puyvalador (flèche noire) et Vinças (flèche bleue)

Pour trouver de tels affleurements, il suffit de se promener au bord des routes et chemins dans les secteurs indiqués par les flèches.


Figure 8. Localisation, à la même échelle, des affleurements du granite de Quérigut-Millas, Puyvalador (flèche noire) et Vinças (flèche bleue), sur un fond IGN et sur la carte géologique de la France au 1/ 1 000 000

Localisation, à la même échelle, des affleurements du granite de Quérigut-Millas, Puyvalador (flèche noire) et Vinças (flèche bleue), sur un fond IGN et sur la carte géologique de la France au 1/ 1 000 000

Le granite hercynien de Quérigut-Millas correspond à l'intrusion bilobée au centre de l'extrait de la carte géologique. Les cartes géologiques correspondantes au 1/50 000 n'existent pas encore.


 

Figure 11. Structure fluidale marquée par l'orientation d'enclaves dans un granite mexicain, plage de Puerto Escondido, au Sud-Est d'Acapulco (Mexique)

Structure fluidale marquée par l'orientation d'enclaves dans un granite mexicain, plage de Puerto Escondido, au Sud-Est d'Acapulco (Mexique)

On peut remarquer que l'orientation des enclaves marquant la foliation magmatique est parallèle à l'une des directions des diaclases du granite. Ceci suggère que l'anisotropie due à l'écoulement (la foliation magmatique) peut participer à l'orientation des diaclases.

Photograpie : Pierre Thomas