L'intrusion granitique de Torres del Paine (Chili) : un exemple de laccolite

Pierre Thomas

Laboratoire de Sciences de la Terre / ENS Lyon

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

10/05/2010

Résumé

Un granite chilien sous forme de laccolite.


Figure 1. Vue générale du versant Sud de l'intrusion granitique de Torres del Paine (Chili)

Vue générale du versant Sud de l'intrusion granitique de Torres del Paine (Chili)

Il s'agit d'un laccolite de granite clair, d'âge miocène (12-13 Ma), intrusif dans des sédiments du Crétacé supérieur beaucoup plus sombres. On peut observer à la fois les contacts inférieur (le mur) et supérieur (le toit) de cette intrusion. Le laccolite mesure ici environ 700 à 1000 m d'épaisseur.


Les intrusions granitiques ont une forme de montgolfière plus ou moins aplatie quand elles sont de petite taille (voir les plutons granitiques de la semaine dernière). Elles ont souvent une grande taille, parfois de plusieurs dizaines de kilomètres de diamètre, mais elles n'ont en général que quelques kilomètres d'épaisseur. Ces intrusions forment alors des espèces de lames s'insinuant dans leur encaissant, de couches beaucoup plus longues et larges qu'épaisses. De telles « couches » de granite (ou d'autres roches grenues) sont nommées laccolite . Le Parc National de Torres del Paine dans les Andes de Patagonie chilienne, grâce à ses vertigineuses parois verticales créées par l'érosion glaciaire, permet de voir un tel laccolite sur toute sont épaisseur. Cette intrusion granitique mesure environ 20 km d'Est en Ouest, 10 km du Nord au Sud pour 1 à 2 km d'épaisseur seulement. Il s'agit sans doute d'un des plus beaux exemples au monde où l'on voit que les intrusions granitiques de grandes tailles ont une géométrie de « couche ». Il s'agit d'un laccolite de granite clair, d'âge miocène (12 à 13 Ma), intrusif dans des sédiments du Crétacé supérieur (Albien, 110 Ma, à Santonien, 85 Ma) beaucoup plus sombres. Pétrographiquement, ce « granite » de Torres del Paine est intermédiaire entre une granodiorite claire et un granite sensu stricto . Des roches grenues plus basiques de même âge sont associées au granite, mais non visibles sur les photographies présentées.

Figure 2. Images brute et interprétée du versant Sud de l'intrusion granitique de Torres del Paine (Chili)

Images brute et interprétée du versant Sud de l'intrusion granitique de Torres del Paine (Chili)

L'image interprétée met particulièrement en évidence la géométrie en couche du granite, couche qui s'insinue au sein des sédiments du Crétacé. La position de cette falaise correspond approximativement au trajet C-D sur la carte de la figure suivante. Les deux « taches sombres » au milieu de l'image ne sont pas des enclaves, mais des pitons rocheux situés en avant de la falaise principale. Le pendage (vers nous) du contact supérieur fait que le toit est topographiquement plus bas sur ces deux pitons.


 

Figure 3. Carte et coupe géologiques simplifiées de la région de Torres del Paine (Patagonie chilienne)

Carte et coupe géologiques simplifiées de la région de Torres del Paine (Patagonie chilienne)

La coupe simplifiée correspond au trait A-B. La falaise des figures 1 et 2 correspond approximativement au trait C-D.

D'après : U. Altenberger, R. Oberhänsli, B. Putlitz, K. Wemmer, 2003. Revista Geológica de Chile, Vol. 30, 1, p. 65-81, modifié


Figure 4. Localisation du granite de Torres del Paine dans les Andes chilienne de Patagonie du Sud

Localisation du granite de Torres del Paine dans les Andes chilienne de Patagonie du Sud

Cette intrusion de Torres del Paine se trouve 500 km au Sud de l'intrusion de la semaine dernière (pluton du lac Général Carrera-Buenos Aires).


Parce que les contacts inférieurs et supérieurs de cette intrusion sont magnifiques, nous vous présentons 9 photographies détaillées, ou aux couleurs spectaculaires.

Figure 5. Versant Sud du laccolite de Torres del Paine (Chili)

Versant Sud du laccolite de Torres del Paine (Chili)

Zoom de la partie Ouest de l'image 1. Mur et toit du laccolite.


Figure 6. Versant Sud du laccolite de Torres del Paine (Chili)

Versant Sud du laccolite de Torres del Paine (Chili)

Zoom sur la vallée entaillant le laccolite de l'image 1. Mur et toit du laccolite.

Noter le filon de basalte qui traverse l'intrusion granitique.


Figure 7. Versant Sud du laccolite de Torres del Paine (Chili)

Versant Sud du laccolite de Torres del Paine (Chili)

Zoom de la partie Est de l'image 1. Le piton sédimentaire isolé par deux vallées repose sur le laccolite, ce n'est pas une enclave (voir figure 2).

Les strates des roches sédimentaires du Crétacé sont bien visibles.


Figure 8. Versant Sud du laccolite de Torres del Paine (Chili)

Versant Sud du laccolite de Torres del Paine (Chili)

Zoom sur le toit du laccolite, sous un piton sédimentaire isolé par deux vallées (zoom de l'image précédente).

Les strates des roches sédimentaires du Crétacé sont ici bien visibles.


Figure 9. Versant Sud du laccolite de Torres del Paine (Chili)

Versant Sud du laccolite de Torres del Paine (Chili)

Partie Est du laccolite. Toit du laccolite.

Les strates des roches sédimentaires du Crétacé sont bien visibles, par exemple dans le piton sédimentaire (à gauche de la photo).


Figure 10. Versant Sud du laccolite de Torres del Paine (Chili)

Versant Sud du laccolite de Torres del Paine (Chili)

Partie Est du laccolite. Toit du laccolite, zoom du centre de la photo précédente.

Les strates des roches sédimentaires du Crétacé sont visibles.


Figure 11. Extrémité Est de l'intrusion de Torres del Paine (Chili)

Extrémité Est de l'intrusion de Torres del Paine (Chili)

Partie Est du laccolite.


 

Figure 12.  Lever de soleil sur le granite de Torres del Paine, Patagonie chilienne

Lever de soleil sur le granite de Torres del Paine, Patagonie chilienne

Vue générale.


Figure 13.  Lever de soleil sur le granite de Torres del Paine, Patagonie chilienne

Lever de soleil sur le granite de Torres del Paine, Patagonie chilienne

Vue centrée sur le laccolite. On reconnaît la vallée profonde et les deux pitons sédimentaires des figures 1 et 2.