Mortelle étreinte sur les flancs du Nyiragongo

Pierre Thomas

Laboratoire de Sciences de la Terre / ENS Lyon

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

09/02/2009

Résumé

Lac de lave et coulées fluides du volcan Nyiragongo.


Figure 1. Arbre dont la base est entourée d'une coulée de lave, flancs du Nyiragongo (République Démocratique du Congo)

Arbre dont la base est entourée d'une coulée de lave, flancs du Nyiragongo (République Démocratique du Congo)

La coulée date de 1977, photographiée trente ans plus tard en août 2007. Entre ces deux dates, une éruption majeure a eu lieu en janvier 2002.


Dans quelques jours (le 14 février), ce sera la Saint Valentin, fête des amoureux. Ce sera l'un des jours de l'année avec le plus d'embrassades et d'étreintes. Mais certaines étreintes peuvent être mortelles. En témoigne cet arbre qui s'est fait étreindre bien malgré lui par une coulée de lave, et qui en est mort.

Cette photographie a été prise sur une coulée issue du Nyiragongo, volcan possédant un lac de lave. Quand celui-ci se vide par des fissures au flanc du volcan comme en 1977 et en 2002, les coulées avancent très vite (jusqu'à 100 km/h), entourent les arbres sans les abattre, mais peuvent faire un bourrelet autour de la base du tronc. Cette extraordinaire vitesse de progression de la coulée est due à une très faible viscosité de la lave, elle même due (1) à sa très faible teneur en silice comme beaucoup des laves de la région, mais aussi (2) à une absence quasi totale de gaz dans la lave. Ayant « stagné » des années dans un lac de lave, le magma est en effet très fortement dégazé.

Le Nyiragongo est l'un des rares volcans à avoir un lac de lave quasi-permanent (avec l'Erta Ale en Éthiopie et l'Erebus en Antarctique). Ce lac est actuellement très bas. Sur l'image suivante, prise en août 2007, il était à la cote –450 m (par rapport au bord du cratère). Il remonte lentement depuis cette date (cote –400 m en 2008).


Figure 3. Le cratère du Nyiragongo en août 2007 (République Démocratique du Congo)

Le cratère du Nyiragongo en août 2007 (République Démocratique du Congo)

Le lac et la « plaine » basse qui l'entoure sont à la côte –450 m. Une très belle « terrasse » plate se voit à la cote –170 m (280 m au dessus du lac donc). Ce replat correspond au niveau maximum du lac atteint en 1977. C'est la brutale vidange de ce lac par des fissures latérale qui a engendré les coulées très fluides de janvier 1977 qui ont « étreint » l'arbre de l'image 1.

Nous avions déjà évoqué de telles "étreintes" avec le moulage d'un éléphant dans ces mêmes coulées, moulage d'éléphant photographié deux fois à deux ans d'intervalle par M. et K. Kraft.


Complètement vidé à la fin de l'éruption de 1977, ce lac s'est progressivement re-rempli. Il a atteint la côte –270 m en 2002. En janvier 2002, il s'est re-vidé par des fissures situées au Sud, et la lave, venant du lac et/ou de réservoirs plus profonds, a envahi la ville de Goma (quelques dizaines de morts, 40 000 familles évacuées). On voit sur l'image 4 les deux terrasses, celle de 1977 et, 100 m plus bas, celle laissée par la vidange de 2002. Après cette vidange de 2002, le fond du cratère était à la côte –800 m.

Figure 4. Les 2 terrasses laissées par les 2 dernières vidanges du lac de lave du Nyiragongo (République Démocratique du Congo)

Les 2 terrasses laissées par les 2 dernières vidanges du lac de lave du Nyiragongo (République Démocratique du Congo)

La terrasse de 1977, 170 m sous le bord du cratère, et celle de 2002, 270 m sous le bord du cratère. Photo prise en août 2007.


En furetant sur le web, on peut trouver de belles images du lac de lave et des éruptions de ce célèbre volcan. Les images Google Earth sont par contre relativement décevantes, les coulées même très récentes se voyant mal vue d'une haute altitude. L'image 5 montre la juxtaposition à la même échelle d'une carte des coulées des éruptions de 1977 et 2002 et de l'image Google Earth.

Figure 5. Juxtaposition à la même échelle de la carte des coulées de 1977 et 2002 du Nyiragongo et de la vue Google Earth correspondante

Juxtaposition à la même échelle de la carte des coulées de 1977 et 2002 du Nyiragongo et de la vue Google Earth correspondante

Le trait jaune correspond à la frontière congolo-rwandaise. Le Nyiragongo est indiqué par le symbole « volcan actif » de Google Earth. La croix rouge représente la localisation approximative de l'image 1.

Source : Acta vulcanologica (diffusé sur site perso avec accord du premier auteur) / Google


Figure 6. Légende de la carte des coulées de 1977 et 2002 du Nyiragongo

Légende de la carte des coulées de 1977 et 2002 du Nyiragongo

Figure 7. Le Nyiragongo et le Nyamuragira, deux volcans de la République Démocratique du Congo, vus par Google Earth

Le Nyiragongo et le Nyamuragira, deux volcans de la République Démocratique du Congo, vus par Google Earth

Les coulées du Nyiragongo (numéroté 1) se voient mal « de loin », contrairement à celles du Nyamuragira (numéroté 2).


Figure 8. Vue Google Earth de l'aéroport de Goma (R.D. Congo), partiellement envahi par une coulée de lave du Nyiragongo en janvier 2002

Vue Google Earth de l'aéroport de Goma (R.D. Congo), partiellement envahi par une coulée de lave du Nyiragongo en janvier 2002

Contrairement aux vue éloignées, on distingue bien les coulées récentes sur les images rapprochées. En témoigne cette vue de l'aéroport de Goma, partiellement envahi par une coulée en janvier 2002. Toute la partie SO de la photo a aussi été envahie par la coulée de 2002, mais des habitations y ont été reconstruites. Au fond sur la gauche, le Nyiragongo. Les montagnes de droite correspondent au Karisimbi, autre massif volcanique.