Mots clés : orgues / prismes volcaniques, Fingal

Orgues basaltiques : île Mitsio (Nord-Ouest de Madagascar) et île de Staffa (Écosse)

Pierre Thomas

ENS Lyon - Laboratoire des Sciences de la Terre

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

03/09/2007

Résumé

Paysages basaltiques à orgues et prismes : Mitsio (Madagascar) et Staffa (Écosse).


Figure 1. Les orgues basaltiques de l'île Mitsio (Madagascar)

Les orgues basaltiques de l'île Mitsio (Madagascar)

Les vacances sont une occasion de découvrir le monde, sa géologie, ses musées de peinture, ses festivals de musique. Voici, pour quelques semaines, quelques souvenirs de vacances, pour compenser la grisaille de l'automne arrivant. Jusqu'au 12 novembre compris, le sujet des semaines seront des « variations sur le thème de l'hexagone en pays volcanique ».

Les orgues et prismes volcaniques dégagés et érodés par la mer forment très souvent de somptueux paysages, qui ont de tous temps émerveillé les voyageurs, au 21ème siècle et dès le 18ème siècle. En témoignent ces très belles orgues basaltiques des îles Mitsio au NO de Madagascar photographiées par un ami pendant les vacances 2006 (images 1 à 5), des gravures du 18ème siècle montrant de semblables paysages en Écosse (images 6 à 8), ainsi que des œuvres artistiques inspirées par ces paysages.

Nous ne revenons pas ici sur la genèse des orgues volcaniques ni sur l'origine du découpage hexagonal ; il s'agit simplement d'admirer de magnifiques paysages en ces jours de rentrée.

Figure 2. Les orgues basaltiques de l'île Mitsio (Madagascar) : vue générale

Les orgues basaltiques de l'île Mitsio (Madagascar) : vue générale

Figure 3. Les orgues basaltiques de l'île Mitsio (Madagascar) : falaise prismée

Les orgues basaltiques de l'île Mitsio (Madagascar) : falaise prismée

Figure 4. Les orgues basaltiques de l'île Mitsio (Madagascar) : autre vue générale

Les orgues basaltiques de l'île Mitsio (Madagascar) : autre vue générale

Figure 5. Les orgues basaltiques de l'île Mitsio (Madagascar) : contact entre le basalte prismé et le substratum calcaire

Les orgues basaltiques de l'île Mitsio (Madagascar) : contact entre le basalte prismé et le substratum calcaire

Contact entre le basalte prismé (au premier plan) et le substratum calcaire (à l'arrière plan) sur lequel s'est épanché la coulée basaltique.


Ce type de paysage se retrouve à chaque fois que la mer érode des coulées prismées. C'est le cas en Irlande (la célèbre chaussée des géants) et juste « en face », en Écosse (images 7 et 8) sur l'île de Staffa, ce qui a fort impressionné les premiers géologues de la fin du 18ème siècle.

Figure 6. Le livre de Barthélémy Faujas-Saint-Fond, mentionnant, entre autres, la grotte de Fingal

Le livre de Barthélémy Faujas-Saint-Fond, mentionnant, entre autres, la grotte de Fingal

Barthélémy Faujas-Saint-Fond fut l'un des premiers géologues français (avec Jean Etienne Guettard, Déodat de Dolomieu …) à s'intéresser au volcanisme.


Figure 7. B. Faujas-Saint-Fond : paysage volcanique des Hébrides, en Écosse

B. Faujas-Saint-Fond : paysage volcanique des Hébrides, en Écosse

Figure 8. B. Faujas-Saint-Fond : la célèbre grotte de Fingal sur l'île de Staffa (Écosse)

B. Faujas-Saint-Fond : la célèbre grotte de Fingal sur l'île de Staffa (Écosse)

Des vues modernes de la grotte de Fingal peuvent aisément être trouvées via Google. On peut encore plus facilement trouver des images de la chaussée des géants, encore plus célèbre.

Les paysages de ce type n'ont pas inspiré que les géologues comme Faujas-Saint-Fond. Ils ont inspiré des artistes romantiques du 19ème siècle, comme en témoignent ces œuvres de F. Mendelssohn et de J. Turner, toutes deux appelées « La grotte de Fingal » (images 9 et 10). Jules Verne y place aussi une scène majeure de son roman « Le rayon vert » (image 11).


Figure 10. « La grotte de Fingal » de Joseph Mallord William Turner

« La grotte de Fingal » de Joseph Mallord William Turner

Dans ce cas précis, Turner était plus intéressé par les vagues et le flou artistique que par les prismes, qu'on devine quand même à gauche du tableau.


Figure 11. Orgues basaltiques de l'île de Staffa (Écosse) sur la page de garde du roman de Jules Verne « Le rayon vert »

Orgues basaltiques de l'île de Staffa (Écosse) sur la page de garde du roman de Jules Verne « Le rayon vert »

On reconnaît bien, à l'arrière plan, les colonnades basaltiques de l'île de Staffa (Écosse).


Ces beaux paysages sont aussi l'occasion de réfléchir sur l'origine du volcanisme. La majorité du volcanisme mondial est associé (1) aux dorsales et rifts continentaux, (2) aux subductions, (3) à des panaches mantelliques (points chauds) s'enracinant profondément dans le manteau et venant (vraisemblablement) de la limite noyau/manteau. C'est ce qui est au programme des lycées, et qui est largement suffisant pour la culture de base d'un bachelier scientifique. Mais, si on va au-delà du baccalauréat, il faut savoir qu'il reste ε % de volcanisme actif ou récent, appartenant souvent (mais pas exclusivement) à la série des basaltes alcalins, qui ne sont pas très clairement et simplement rattachés à l'une de ces trois origines classiques, et dont l'(les) origine(s) n'est (ne sont) pas claire(s). C'est par exemple le cas du volcanisme du Massif Central. C'est aussi le cas du volcanisme récent malgache.

Figure 12. Image centrée sur Madagascar : Google Earth possède une “fonction ” spéciale qui permet de localiser les volcans actifs ou quaternaires récents

Image centrée sur Madagascar : Google Earth possède une “fonction ” spéciale qui permet de localiser les volcans actifs ou quaternaires récents

Sont ainsi figurés les volcans de l'Est Africain (rift continental), de la Grande Comore et de la Réunion (point chaud), mais aussi le volcanisme malgache, d'origine peu claire, mais suffisamment récent et spectaculaire pour que Google Earth le recense.


Figure 13. Image Google Earth du Nord de Madagascar, où est localisé l'archipel des Mitsio

Image Google Earth du Nord de Madagascar, où est localisé l'archipel des Mitsio

Le volcanisme de cet archipel, plio-quaternaire, est trop érodé pour avoir été retenu par Google Earth, qui n'a figuré que des volcans sur la Grande Île.


Le volcanisme écosso-irlandais qui a inspiré Faujas-Saint-Fond, Mendelssohn, Turner et Jules Verne, s'il engendre le même type de paysages, a une nature et une origine bien différentes. C'est un volcanisme paléocène, essentiellement tholéitique, qui correspond aux bordures des trapps créés en Europe et au Groenland (non encore séparés à cette époque) par l'arrivée de la tête du panache islandais.

Figure 14. Image Google Earth de la chaussée des géants (Irlande du nord) et de l'île de Staffa (Écosse) sur les Iles Britanniques.

Image Google Earth de la chaussée des géants (Irlande du nord) et de l'île de Staffa (Écosse) sur les Iles Britanniques.

image Google Earth localisant la Chaussée des géants (Irlande du nord) et l'île de Staffa (Ecosse) sur les Îles Britanniques.


La semaine prochaine, nous verrons qu'il n'est pas nécessaire d'aller au bout du monde pour voir de beaux prismes volcaniques, ni même en Auvergne. Des vacances aussi peu exotiques que dans la Nièvre, au confins du Bassin Parisien et du Morvan permettent de découvrir de superbes orgues rhyolitiques.

Mots clés : orgues / prismes volcaniques, Fingal