Failles inverses conjuguées cisaillant un galet (Coustouge, Aude)

Pierre Thomas

ENS Lyon - Laboratoire des Sciences de la Terre

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

02/02/2007

Résumé

Déformations dans la nappe des Corbières : failles inverses conjuguées dans un galet.



Nous continuons cette semaine à étudier les figures tectoniques situées dans ou à la base de la nappe des Corbières. Nous avons vu la semaine dernière une petite faille inverse chevauchante dans un conglomérat. Voici cette semaine deux failles inverses conjuguées dans un conglomérat qui est dans une situation géologique analogue : écaille située sous la nappe principale.

Les images 1 à 3 montrent des vues de plus en plus éloignées de ce galet.

Figure 2. Vue légérement plus éloignée de ce même galet, Coustouge (11)

Vue légérement plus éloignée de ce même galet, Coustouge (11)


Les images 4 et 5 montrent une interprétation structurale de ces vues.

Figure 4. Interprétation structurale au niveau du galet situé une dizaine de centimètres au-dessus de la zone de faille principale, Coustouge (11)

Interprétation structurale au niveau du galet situé une dizaine de centimètres au-dessus de la zone de faille principale, Coustouge (11)

Le galet (cerclé de rouge) est affecté par 2 micro-failles inverses (bleue), avec un déplacement centimétrique. La micro-faille inverse inférieure est parallèle à la faille principale et joue dans le même sens (mouvement du bloc supérieur vers la gauche). La micro-faille inverse supérieure est une micro-faille conjuguée, avec un mouvement opposé (le compartiment du haut se déplace vers la droite).


Figure 5. Interprétation structurale générale de l'affleurement traversé par une faille inverse chevauchante, Coustouge (11)

Interprétation structurale générale de l'affleurement traversé par une faille inverse chevauchante, Coustouge (11)

Le compartiment supérieur se déplace vers la gauche. L'ampleur du déplacement n'est pas quantifiable.


Les images 6 et 7 sont des schémas expliquant la genèse des failles conjuguées.

Figure 6. Genèse de deux failles inverses chevauchantes conjuguées

Genèse de deux failles inverses chevauchantes conjuguées

σ1 correspond à la contrainte maximale, σ3 à la contrainte minimale, et σ2 à la contrainte intermédiaire. Le raccourcissement (R) se fait parallèlement à σ1.


Figure 7. Blocs diagrammes montrant la position des failles conjuguées (schémas inspirés de Mattauer)

Blocs diagrammes montrant la position des failles conjuguées (schémas inspirés de Mattauer)

à gauche : quand la direction de raccourcissement (parallèle à σ1) est horizontale et la direction d'allongement (parallèle à σ3) verticale. Les failles générées sont des failles inverses (chevauchement) conjuguées.

à droite : Il s'agit du même schéma tourné de 90°. La direction de raccourcissement (parallèle à σ1) est alors verticale, et la direction d'allongement (parallèle à σ3) horizontale. Les failles générées sont alors des failles normales conjuguées.


Replaçons l'affleurement dans son contexte géologique.

Figure 8. Schéma structural de la région du Chevauchement Frontal Nord Pyrénéen / Nappe des Corbières (BRGM)

Schéma structural de la région du Chevauchement Frontal Nord Pyrénéen / Nappe des Corbières (BRGM)

Les croix rouge, bleue foncé et bleue clair correspondent aux 3 dernières semaines. La croix violette correspond à l'affleurement de cette semaine.


Figure 9. Extrait de la carte géologique de Capendu montrant la position de l'affleurement

Extrait de la carte géologique de Capendu montrant la position de l'affleurement

La croix violette correspond à l'affleurement de cette semaine.


Figure 10. Interprétation structurale rapide de la carte géologique de Capendu

Interprétation structurale rapide de la carte géologique de Capendu

Le chevauchement principal est en rouge et les chevauchements des écailles intermédiaires, ici très limitées, sont en bleu. L'affleurement se trouve dans l'écaille intermédiaire signalée par la flèche.