Mots clés : instabilité, alluvions

La tour de Saint Martin d'Étampes (Essonne) et autres tours penchées

Pierre Thomas

ENS Lyon - Laboratoire des Sciences de la Terre

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

11/09/2006

Résumé

La tour penchée de Saint Martin d'Étampes (Essonne) : explications et autres exemples en France (Soyons et Laon) et en Chine (pagode de Suzhou).



En cette période de rentrée, on se montre souvent ses photos de vacances, dont parfois la tour de Pise qui est un des monument le plus photographié du monde. Mais il n'est pas besoin d'aller à l'étranger pour voir des tours penchées. En voici une de celles situées en France, à Étampes (91) plus exactement, le clocher de l'église Saint Martin. Il s'agit d'un clocher commencé avec la construction de l'église, qui date du 12eme siècle. L'instabilité des terrains a nécessité l'établissement de puissants contreforts autour de l'église et a dangereusement fait pencher la tour en construction. Les travaux ont été arrêtés pendant plus d'un siècle alors que ce clocher ne comprenait que trois niveaux. Puis ils ont repris après stabilisation des terrains et en essayant de corriger l'inclinaison au fur et à mesure de la construction des niveaux supérieurs. La partie haute du clocher est presque verticale. La construction du clocher s'est achevée en 1537.

Cette instabilité vient du fait que ce quartier d'tampes est bâti sur des alluvions tourbeuses récentes, au confluent des vallées de la Juine et de la Chalouette, alluvions tourbeuses meubles pouvant se tasser sous une surcharge.


L'image 2 montre la carte géologique du secteur, en fait un montage des cartes BRGM au 1/50 000 de Dourdan, d'Étampes, de Méréville et de Malesherbes. Les alluvions tourbeuses récentes sont figurées avec l'indice Fz. La croix rouge est positionnée à l'emplacement de Saint Martin.

Figure 3. Vue aérienne du centre d'Étampes

Vue aérienne du centre d'Étampes

La photo 3 montre une vue aérienne du centre d'Étampes (IGN Géoportail, ou via le site Pages Jaunes). L'église Saint Martin est au centre de la photographie et, même sans la 3D indisponible pour l'instant, on devine que le clocher est penché.

Figure 4. Vue aérienne de la région d'Étampes

Vue aérienne de la région d'Étampes

La photo 4 montre une vue aérienne (toujours par le Geoportail) du même secteur, mais à plus petite échelle. On voit très bien la position de Saint Martin (croix rouge) au confluent de deux vallées

Figure 5. Vue aérienne oblique 3D de la région d'Étampes

Vue aérienne oblique 3D de la région d'Étampes

La photo 5 (Google Earth) permet d'avoir une vue oblique 3D (à moins bonne résolution, hauteur exagérée 3 fois) du même secteur.

Et, pour ceux qu'une tour française de la grande banlieue parisienne décevrait ou effraierait, voici une tour penchée en région Rhône-Alpes, celle de Soyons (Ardèche), en grande banlieue de Valence (Drôme), avec au fond la barre calcaire urgonienne du Vercors.

Figure 6. Tour penchée de Soyons

Tour penchée de Soyons

Figure 7. Vue aérienne oblique 3D de la région de Soyons

Vue aérienne oblique 3D de la région de Soyons

Et comme il n'y a pas que l'Île de France ou Rhône-Alpes, voici une tour penchée en Picardie, celle de Laon (02).

Figure 8. Tour penchée de Laon

Tour penchée de Laon

Et comme il n'y a pas que la France dans le monde, voici une tour penchée lointaine non italienne : la Pagode de la Colline du Tigre (Yunyansi), à Suzhou (Chine), construite entre 959 et 961 ap. J-C.

Figure 9. Pagode de la Colline du Tigre (Suzhou, Chine)

Pagode de la Colline du Tigre (Suzhou, Chine)

Mots clés : instabilité, alluvions