Helix ramondis fossilisés

Pierre Thomas

ENS Lyon - Laboratoire des Sciences de la Terre

Emmanuelle Cecchi

Benoît Urgelli

ENS Lyon / DGESCO

07/10/2002

Résumé

Fossiles d' Helix ramondis du Miocène de Limagne.


Figure 1. Vue d'Helix ramondi fossilisés

Vue d'Helix ramondi fossilisés

L'échantillon 1 vient de Lussat (63) ; les échantillons 2 et 3 de Dallet (63).


Le numéro 300 de Pour la Science (octobre 2002) publie de splendides images d'escargots fossiles dont la cavité interne a été (naturellement) remplie d'émeraude (page 10). De tels échantillons n'existent pas en France, hélas, mais on peut quand même trouver des échantillons dont la signification géologique est voisine.

À l'Oligocène (-25 millions d'années), de nombreux escargots ( Helix ramondi ) ont été fossilisés dans les calcaires de Limagne. Au Miocène, le volcanisme auvergnat débutant a été accompagné d'hydrothermalisme, et les eaux thermales ont déposé de la silice (sous forme de calcédoine = silice microcristalline) dans les fissures du calcaire.

Cette calcédoine peut former de belles "gouttes" bleutées, nommées lussatite, du nom du village de Lussat (63) où ce faciès a été défini. (échantillon 1).

Parfois, la silification peut avoir rempli la cavité interne des Hélix, et on a donc des fossiles entièrement transformés (on parle d'épigénie) en calcédoine (échantillon 2). Si le remplissage est incomplet, les gouttes de calcédoine tapissent la cavité interne et recouvre la columelle (échantillon 3).

Figure 2. Gros plan sur un Helix ramondii à gouttes de calcédoine

Gros plan sur un Helix ramondii à gouttes de calcédoine

La cavité interne est remplie de façon incomplète par de la calcédoine.