Geysérite et eaux siliceuses

Pierre Thomas

ENS Lyon - Laboratoire des Sciences de la Terre

Florence Kalfoun

ENS Lyon / DGESCO

28/03/2005

Résumé

Sources d'eaux chaudes siliceuses en Islande.


Figure 1. Vue générale d'une émergence d'eau chaude siliceuse (Hveravellir, Islande)

Vue générale d'une émergence d'eau chaude siliceuse (Hveravellir, Islande)

Photographie : PIerre Thomas


La première photographie montre une vue générale d'une émergence d'eau chaude siliceuse à Hveravellir (Islande). La cavité centrale est pleine d'eau à ras bord qui s'écoule lentement de tous côtés en déposant de la silice. On retrouve le même genre de dépôt en micro-vasques qu'au Tatio (cf semaine précédente). Tout près de la vasque, la silice est très blanche car très jeune et non encore "salie". On peut noter la belle couleur bleue de l'eau de la vasque principale.

La deuxième photographie montre une vue plongeante de cette vasque, pleine d'eau, ne l'oublions pas. On peut admirer la beauté de la silice qui forme une "écume" blanche autour de la vasque. L'eau se refroidit en sortant, et ce refroidissement entraîne une diminution de la solubilité de la silice. Cette silice se dépose donc en tapissant les parois de la source d'une roche nommée geyserite, qui n'est qu'une forme de silice amorphe hydratée.

Ce qui frappe dans ce site, c'est l'exceptionnelle couleur bleue de l'eau. Cette couleur est une couleur "physique", due à la diffusion de la lumière. La solubilité de la silice diminue avec la baisse de la température et de la pression. Et en plus du dépôt sur les parois, de la silice colloïdale forme un micro-précipité qui reste en suspension dans l'eau, micro-précipité qui favorise la diffusion des courtes longueurs d'onde (bleu). Dans la vasque des photographies 1 et 2, la teneur en colloïdes est très faible, l'eau a déjà cette couleur bleutée mais reste transparente.

La troisième photographie montre une autre vasque du même site : dans celle-ci la teneur en colloïdes est plus forte, l'eau n'est plus transparente mais devient laiteuse tout en gardant sa couleur bleue.

La quatrième photographie montre un gros plan d'un échantillon de geysérite, échantillon qui n'a pas bien sûr été échantillonné en dégradant ce site magnifique, mais récolté dans des débris issus du "curetage" de tuyau d'une installation géothermique voisine.

Figure 2. Vue plongeante dans une vasque remplie d'eau

Vue plongeante dans une vasque remplie d'eau

La précipitation de silice est due à la diminution de la solubilité de la silice au cours du refroidissement de l'eau.


Figure 3. Vasque remplie d'eau laiteuse turquoise

Vasque remplie d'eau laiteuse turquoise

La teneur en colloïdes est plus élevée dans cette vasque que dans celle de la figure précédente, ce qui rend l'eau plus laiteuse. La température de l'eau se situe entre 80 et 90°C.


Figure 4. Échantillon de geyserite

Échantillon de geyserite

Composé de dépôts de silice, cette échantillon a été récolté dans les débris issus du curetage d'une installation géothermique près de Hveravellir, Islande.


 

La semaine prochaine, nous verrons que cette couleur bleue peut affecter de beaucoup plus grandes surfaces.