Champ hydrothermal du Tatio, Andes chiliennes

Pierre Thomas

ENS Lyon - Laboratoire des Sciences de la Terre

Florence Kalfoun

ENS Lyon / DGESCO

21/03/2005

Résumé

Un cas de sources chaudes chargées en silice.


Figure 1. Vue générale du champ hydrothermal du Tatio (Andes chiliennes)

Vue générale du champ hydrothermal du Tatio (Andes chiliennes)

Les semaines précédentes, nous avons vu le résultat du remplissage de fractures par des dépôts hydrothermaux. Mais que se passe-t-il si ces fractures débouchent en surface, avec de l'eau encore chaude y circulant ?

On obtient des sources chaudes, souvent regroupées en "champs hydrothermaux", avec parfois des phénomènes de jaillissement (geyser). Les substances dissoutes dans les eaux chaudes recouvrent alors les sorties des sources chaudes, formant des dépôts.

Les trois photographies de cette semaine montrent une vue générale et deux vues plus détaillées du champ hydrothermal du Tatio, situé à 4200 m d'altitude dans les Andes chiliennes. Ces eaux qui sortent bouillantes sont chargées de silice dissoute à haute température. En se refroidissant, la silice devient moins soluble, et se dépose en formant concrétions, murets et vasques, qui ne sont pas sans rappeler les concrétions karstiques carbonatées, mais qui sont ici des concrétions siliceuses.

Figure 2. Dépôts de silice dans les champs hydrothermaux du Tatio

Dépôts de silice dans les champs hydrothermaux du Tatio

Les eaux bouillantes sont chargées en silice dissoute.


Figure 3. Source chaude et dépôts de silice

Source chaude et dépôts de silice

La semaine prochaine, nous vous montrerons le détail de ces concrétions, sur un autre site hydrothermal.