Mini prismation d'argile cuite sous une coulée de lave

Pierre Thomas

ENS Lyon - Laboratoire des Sciences de la Terre

Florence Kalfoun

ENS Lyon / DGESCO

24/01/2005

Résumé

Cuisson et prismation d'argile recouverte par une coulée de lave.


Figure 1. Vue semi détaillée de mini prismations d'argile cuite en base de coulée de lave

Vue semi détaillée de mini prismations d'argile cuite en base de coulée de lave

Toute rétraction (asséchement d'argile à fente de dessiccation, refroidissement de lave à prisme volcanique …) a tendance à créer un réseau de fentes hexagonales. Si on refroidit et déshydrate à la fois une masse d'argile, celle -ci va aussi se fragmenter en prismes hexagonaux. Ce phénomène peut (rarement) s'observer à la base de coulées de lave ayant recouvert des sols ou des sédiments argileux.

La photographie 1 montre une vue semi détaillée de ces argiles micro-prismées. La photographie 2 en présente un détail. La photographie 3 montre une vue d'ensemble de l'affleurement, avec la coulée de basalte miocène (grossièrement prismée) recouvrant les sédiments antérieurs, sédiments fluviatiles c'est-à-dire déposés par une rivière miocène coulant à cette époque en ce lieu . C'est juste au contact entre ces deux unités que l'on peut observer très localement cette micro-prismation.

Si les argiles cuites à la base de coulées sont très fréquentes dans tous les pays volcaniques, cette micro-prismation ne se produit que rarement, car elle ne se fait que là où les propriétés de la couche d'argile sont "particulières " (bonnes épaisseur, teneur en sable, teneur en eau …) et rarement atteintes dans la nature. C'est ce qui faisait la beauté et l'intérêt de cet affleurement, anciennement situé sur les Côtes de Clermont, sur la commune de Durtol, en banlieue de Clermont Ferrand (63). Il s'agissait d'ancienne carrière de basalte, maintenant abandonnée et "réaménagée", c'est à dire détruite.

Avant les années 80, les carriers avaient coutume, à la fin de l'exploitation, de laisser en l'état leur carrière qui devenait rapidement un dépotoir sauvage, trous d'eau stagnante polluée etc. Les lois sur l'écologie ont heureusement obligé les exploitants à réhabiliter leurs anciennes carrières. Cette mesure a évidemment de nombreux cotés positifs, mais son application obligatoire, automatique et "à la lettre" conduit parfois, voire souvent à la destructions de curiosités naturelles, comme quoi le mieux est parfois (souvent ?) l'ennemi du bien. Un juste milieu entre l'abandon pur et simple et la réhabilitation-destruction serait souhaitable. Il est maintenant trop tard pour cette carrière, mais il en existe de nombreuses autres, tout aussi intéressantes et tout aussi en danger.

Nous ne pouvons que lancer un appel pour que tous les amateurs de nature, et professeurs de sciences de la vie et de la Terre en particulier, surveillent les anciennes carrières de leur région, en identifient les intérêts et curiosités, et se mobilisent pour que leur réhabilitation soit une mise en valeur, et non pas une destruction.

Figure 2. Détail des argiles micro-prismées

Détail des argiles micro-prismées

Figure 3. Vue d'ensemble de l'affleurement

Vue d'ensemble de l'affleurement

La coulée de basalte miocène (grossièrement prismé) est visible, elle recouvre les sédiments antérieurs, fluviatiles c'est-à-dire déposés par une rivière miocène coulant à cette époque en ce lieu.