Mini et maxi rosaces d'orgues basaltiques

Pierre Thomas

ENS Lyon - Laboratoire des Sciences de la Terre

Florence Kalfoun

ENS Lyon / DGESCO

17/01/2005

Résumé

Orgues basaltiques en rosaces de tailles diverses : Ténérife (Canaries) et roche Sanadoire (Monts-Dore).


Figure 1. Orgue basaltique en gerbe (ou en rosace), parc national de Ténérife, Canaries

Orgue basaltique en gerbe (ou en rosace), parc national de Ténérife, Canaries

Une telle gerbe fait de 2 à 3 mètres de diamètre. Cette rosace basaltique se situe sur le versant ord de l'île de Ténérife.


Souvent, les laves forment des prismes, également appelés "orgues ". Ces structures sont la conséquence de la rétraction de la lave, solide mais encore chaude, qui se refroidit et donc diminue de volume.

Un article de Planet-Terre explique le mécanisme de la formation des orgues, en particulier celui des prismes hexagonaux.

La direction de ces orgues est en général perpendiculaire aux surfaces de refroidissement. Cela donne donc des orgues verticales pour des coulées (horizontales) qui se refroidissent par le haut et par le bas, et des orgues horizontales dans les dykes qui se refroidissent par les cotés. Quand de la lave chemine par un conduit plus ou moins cylindrique, ou forme une "intrusion" plus ou moins cylindrique, le refroidissement par la périphérie du cylindre entraîne la formation d'orgues perpendiculaires aux parois du cylindre, c'est à dire radiales, et dessine une rosace, une gerbe de prismes.

La photographie 1 montre une telle gerbe de 2 à 3 mètres de diamètre. Cette rosace basaltique se situe sur le versant nord de l'île de Ténérife.

La photographie 2 montre une rosace phonolitique d'une toute autre ampleur, de plusieurs dizaines de mètres de diamètre. Il s'agit d'une section d'une des nombreuses intrusions phonolitiques constituant la célèbre roche Sanadoire, massif des Monts-Dore (63).

Figure 2. Rosace phonolitique, roche de Sanadoire, massif des Monts-Dore (63)

Rosace phonolitique, roche de Sanadoire, massif des Monts-Dore (63)

Cette rosace fait plusieurs dizaines de mètres de diamètre. Il s'agit d'une section d'une des nombreuses intrusions phonolitiques constituant la célèbre roche Sanadoire, massif des Monts-Dore (63).