Traces de pas d'hominidés dans des cendres volcaniques pléistocènes

Paolo Mietto

Dipartimento di Geologie, Paleontologie e Geofisica, Università di Padova, Italie

Marco Avanzini

Museo Tridentino di Scienze Naturali, Trento, Italie

Guiseppe Rolandi

Dipartimento di Geofisica e Vulcanologia, Università di Napoli, Italie

Benoît Urgelli

ENS Lyon / DGESCO

15/03/2003

Résumé

Découverte des plus anciennes traces de pas d'hominidés parfaitement bipèdes dans des cendres volcaniques datant du pléistocène, entre 325.000 et 385.000 ans, à Roccamonfina (Italie).


Source : Nature, 2003.

Résumé

Trois pistes fossilisées contenant des empreintes de pas d'hominidés, dans un écoulement pyroclastique daté entre 385.000 et 325.000 ans ont été étudiées. L'affleurement se situe le long de la marge occidentale du complexe volcanique de Roccamonfina, en Italie méridionale. Ces pistes seraient les empreintes de pas d'hominidés les plus anciennes trouvées jusqu'ici. Elles ont été faites par des hominidés parfaitement bipèdes et qui se sont aidés de leurs mains pendant la descente d'une pente difficile.

Ces trois pistes sont connues depuis longtemps et sont associées à d'autres traces de mammifères, à la surface d'une coulée pyroclastique du pléistocène moyen. Cette coulée est issue du volcan de Roccamonfina (au Nord-Ouest de la province de Campanie, Italie méridionale).

Datation des empreintes

L'âge de la couche « piétinée » est connue par comparaison avec l'ensemble de la série volcanique de Roccamonfina, datée par radiométrie. La mise en place du volcan de Roccamonfina peut être divisée en trois étapes.

  • Entre 630.000 et 385.000 ans : phase éruptive qui s'est finie par un événement tectonique.
  • Entre 385.000 et 325.000 ans : phase éruptive et tectonique, avec la formation d'écoulement pyroclastique, dont celui à leucite sur lequel se trouve les traces de pas.
  • Entre 325.000 et 50.000 ans : formation des laves trachy-basaltiques. L'activité volcanique s'arrête il y a environ 50.000 ans.

Description et interprétation des pistes

Les pistes (désignées par les lettres A, B et C) ont été produites à la surface d'un écoulement pyroclastique mis en place pendant la deuxième phase éruptive du volcan. Les pistes parcourent une pente raide, inclinée par endroit à plus de 80°. Les pistes ont toutes la même direction générale mais on distingue différentes morphologies de pas. Elles sont toutes trois étroites.

La piste A mesure 13,40 m de long et se compose de 27 empreintes de pas, le long d'un dénivelé de 4,26 m. La piste a la forme d'un Z, avec deux virages à angle droit, vraisemblablement destinés à rendre la descente plus facile.

Figure 1. Empreintes de la piste A

Empreintes de la piste A

Figure 2. Schéma de l'allure de la piste A

Schéma de l'allure de la piste A

Barre d'échelle = 1 m.


   

La piste B mesure de 8,60 m de long et se compose de 19 empreintes de pas, pour un dénivelé de 2,91 m. La descente s'est faite en ligne droite, à 45° par rapport à la ligne de plus grande pente. L'espacement des empreintes de pas diminue après la cinquième empreinte, probablement dû au fait que l'inclinaison de la pente augmente à ce niveau. On constate des évidences de glissement : des empreintes de main (paume ouverte) sont visibles près de la piste. Ces empreintes résultent probablement d'une tentative de maintien de l'équilibre pendant la descente difficile.

Figure 3. Schéma de l'allure de la piste B

Schéma de l'allure de la piste B

Barre d'échelle = 1 m.


En revanche, la piste C (non montrée) suit une trajectoire rectiligne de 9,98 m, avec 10 empreintes de pas régulières, pour un dénivelé de 2,56 m. Les observations indiquent une descente de la pente à pas constant et sans traces de glissement.

Caractéristiques des hominidés en question

Les empreintes de pas mesurent environ 20 cm de longueur et de 10 cm de largeur. En utilisant la valeur standard du rapport [longueur du pied]/[stature], valeur égale à 15%, ces empreintes indiquent que les hominidés qui les ont faites ne mesuraient pas plus de 1,5 m.

Dans certaines empreintes, les marques faites par le talon et le devant du pied sont évidentes. On observe même de petites dépressions à l'avant du pied, qui peuvent être interprétées comme la marque des orteils. Sur certaines traces, la zone centrale de l'empreinte est relevée, ce qui indique que le pied était arqué.

Ces empreintes de pas présentent de nombreuses caractéristiques qui permettent de soutenir qu'elles sont d'origine humaine et résultent d'un déplacement bipède. Bien que la datation de ces pistes soit encore temporaire, il s'agit donc, selon les auteurs, des plus vieilles traces d'hominidés découvertes jusqu'à présent.

Bibliographie

P. Mietto, M. Avanzini, G. Rolandi, 2003. Human footprints in Pleistocene volcanic ash , Nature 422, 133. doi:10.1038/422133a

A. Ballini, F. Barberi, M.A. Laurenzi, F. Mezzetti, I.M. Villa, 1989. Bollettino Gruppo Nazionale di Vulcanologia, 5, 533-574.

D. De Rita, G. Giordano, S., 1997. Forestepping-backstepping stacking pattern of volcaniclastic successions: Roccamonfina volcano, Italy, J. Volcanol. Geotherm. Res. 78, 267-288.doi:10.1016/S0377-0273(97)00005-X

P.A. Kramer, G.C. Eck, 2000. J. Hum. Evol. 38, 651-666.