Octobre 2002 - Volcanisme de l'Etna et séismes en Italie

Gilles Chazot

Laboratoire des Magmas et Volcans, Université de Clermont-Ferrand

Pierre Thomas

Laboratoire de Sciences de la Terre, ENS Lyon

Benoît Urgelli

ENS Lyon / DGESCO

Michel Barthelemy

Université de Catane

Benoît Urgelli

ENS Lyon / DGESCO

18/03/2003

Résumé

Activité de l'Etna et relation avec l'activité sismique continentale.


Question

Objet: volcanisme et séisme Date: Fri, 1 Nov 2002 11:47:00 De: Daniel.culkdaut A: Prof.Ducaillou@listes.ens-lyon.fr

« Pourquoi ne pas associer le changement d'activité de l'Etna qui produirait une lave plus visqueuse et le récent séisme qui a affecté l'Italie (San Giuliano) ? »

Réponse

À propos de l'activité volcanique de l'Etna

Il faut tempérer fortement l'idée que l'Etna est en train de changer de type d'activité volcanique. Notamment, il est faux de dire que l'Etna produit des laves de plus en plus visqueuses.

L'activité actuelle de l'Etna est tout à fait normale pour un volcan basaltique, avec des éruptions latérales le long de fissures conduisant à l'édification de cônes stromboliens sur les pentes (il y en a déjà des dizaines résultant des éruptions passées) et à l'émission de coulées (qui ne sont pas si visqueuses que cela, sinon elles ne menaceraient pas les routes et les villages).

Figure 1. Éruption de l'Etna, vendredi 01 novembre 2002

Éruption de l'Etna, vendredi 01 novembre 2002

Figure 2. Éruption de l'Etna, vendredi 01 novembre 2002

Éruption de l'Etna, vendredi 01 novembre 2002

Figure 3. Éruption de l'Etna, dimanche 03 novembre 2002

Éruption de l'Etna, dimanche 03 novembre 2002

Les changements de composition des laves montrés par Pierre Schiano l'année dernière sont des changements très progressifs, qui se déroulent sur une échelle de temps qui se compte en dizaines de milliers d'années, et qui n'est donc pas du tout perceptible dans l'activité de ces quelques dernières années.

Par ailleurs, la présence d'amphibole en mégacristaux dans les laves émises sur le versant Sud de l'Etna ne peut pas être considérée comme la preuve que celui-ci est en train de se transformer en volcan de subduction. En effet, même si ce minéral est fréquent dans les laves de subduction, il n'est pas indicatif d'une zone de subduction. Ainsi, par exemple, les roches de la chaîne des Puys ou du Mont Dore contiennent parfois beaucoup d'amphibole, et pourtant il n'y a pas de subduction actuelle sous le Massif Central.

Même si la fréquence des éruptions est assez élevée depuis quelques années, il faut donc bien insister sur le fait que l'activité actuelle de l'Etna est normale et caractéristique de ce volcan.


Figure 5. Mercredi 30 octobre 2002, panache volcanique de l'Etna

Mercredi 30 octobre 2002, panache volcanique de l'Etna

Cette éruption a été précédée par une série de séismes le dimanche 27 octobre 2002.

Le Nord est en bas et à gauche de l'image.


À propos de l'activité sismique de l'Etna

Pour ce qui est des séismes, il faut bien distinguer :

  • les séismes d'origine volcanique (mouvements de magmas, réajustement de la structure du volcan, ouverture de fissures,...) : la magnitude est relativement faible et les foyers sont proches de la surface (quelques kilomètres sous le volcan) ;
  • les séismes tectoniques (mouvement de failles actives lié aux mouvements des plaques).

Il est clair que les séismes en Italie continentale sont d'origine tectonique, et que l'éruption de l'Etna a été accompagnée d'un très grand nombre de plus petits séismes, de magnitude beaucoup plus faible, et surtout d'origine plus superficielle. Ceci n'a bien sûr rien à voir avec la viscosité de la lave de l'Etna.

Le lien entre les séismes de l'Italie continentale et ceux de la région de l'Etna

Le fait que les scientifiques se refusent à faire le lien entre les deux phénomènes est tout simplement lié au fait qu'il n'y a pas de lien à faire et que la correspondance dans le temps entre les deux phénomènes n'est qu'une coïncidence.

Le séisme d'Italie continentale (San Giuliano) est séparé du secteur de l'Etna par des centaines de kilomètres et des dizaines de failles. Il y a en Italie un séisme meurtrier environ tous les 5 à 10 ans et une éruption de l'Etna tous les 1 à 3 ans. Rien d'étonnant à ce que ces phénomènes indépendants soient parfois par hasard contemporains. Attention à ne pas faire du sensationnel !