Comparer les planètes gazeuses avec la Terre

Philippe Gillet

ENS Lyon, Laboratoire de Sciences de la Terre

Pierre Thomas

ENS Lyon, Laboratoire de Sciences de la Terre

Emmanuelle Cecchi

Benoît Urgelli

ENS Lyon / DGESCO

13/07/2000

Résumé

Intérêts scientifiques et pédagogiques à comparer la Terre et les planètes gazeuses.


Table des matières

La question

« Mon problème est le suivant : je n'ai pas encore trouvé l'intérêt (autre que descriptif) de la comparaison des planètes gazeuses avec la Terre dans le cadre du nouveau programme de seconde. »

La réponse

Figure 1. Le système solaire


Les intérêts sont multiples, tant sur le plan scientifique que sur celui de l'éducation à la citoyenneté.

Les concepteurs du programme de SVT attendent des futurs citoyens que sont nos élèves de seconde une connaissance générale du monde qui les entoure et dans lequel ils vivent. Cela impose par exemple qu'un montagnard ait entendu parler des écosystèmes forestiers mais aussi des écosystèmes côtiers, désertiques...

Pour le système solaire, c'est un peu la même chose. Il s'agit d'une entité cohérente formée d'une étoile et de neuf planètes. Pour situer convenablement la Terre dans ce système, il est impératif de connaître tous les éléments qui le constituent et en particulier la diversité des planètes. De la même manière, on situe la France dans l'Europe lorsqu'on s'intéresse à l'histoire ou à la géographie de notre pays.

Par ailleurs, le programme de première ou de terminale risque fort de s'intéresser à l'origine de notre planète et donc du système solaire. Dans ce cadre, on peut espérer que les élèves qui aborderont ce thème aient entendu parler de la structure du système solaire.

De plus, le programme de seconde aborde la structure et la composition de l'atmosphère terrestre et ses mouvements. Des observations peuvent être faites sur l'influence de la rotation des planètes sur la formation de cyclones par exemple. Il y a ainsi des tourbillons sur Terre comme sur Jupiter ou Neptune. Ces comparaisons ont leurs limites puisqu'on compare ici une atmosphère de quelques kilomètres reposant sur une masse solide avec une planète presque entièrement atmosphérique.

Enfin, d'ici 3 ou 4 ans, une sonde déjà partie et financée en partie par la France arrivera près de Saturne à la recherche de molécules prébiotiques sur Titan. Dans quelques années, des sondes partiront à la recherche d'océans liquides sur les satellites de Jupiter.