Encelade, un océan liquide global et une banquise moins épaisse que prévu

Un nouveau modèle explique les données collectées et suggère l'existence d'une source interne d'énergie.

Encelade, satellite de Saturne, est recouvert de glace d'eau et a un cœur silicaté. Les différentes données, dont les plus récentes obtenues par la sonde Cassini, mêlent des analyses sur les effets de marées, l'observation de "volcans" d'eau, des données topographiques et gravimétriques... Si l'existence d'eau liquide en profondeur faisait consensus, l'existence d'un océan global et l'épaisseur de la banquise sont discutées. L'épaisseur de la couche d'eau (liquide+glace) de l'ordre de 60-70km, était jusqu'alors proposée comme formée essentiellement de glace, presqu'exclusivement à l'équateur, et majoritairement aux pôles avec 30-40km de glace recouvrant localement de l'eau liquide.

L'observation fine, dès 2015, des mouvements orbitaux d'Encelade plaident en faveur de l'existence d'un océan liquide global avec une couche de glace de "seulement" 20km d'épaisseur en moyenne (contre 45km), avec un minimum aux pôles pouvant descendre à environ 5km ! Ce modèle, pour tenir comptes des données recueillies dans tous les domaines, implique l'existence d'une source d'énergie interne autre que la seule énergie de marée liée à l'attraction de Jupiter... Ainsi, le contact général eau liquide / silicates avec des températures plus "élevées" que prévu est un argument supplémentaire pour considérer que sont réunies des conditions favorables à l'apparition de la vie (de manière similaire au modèle "fonds océaniques" proposé pour la Terre)... vie qui pourrait être à l'origine des molécules organiques complexes observées (mais dont la composition exacte n'est pas -encore- déterminée) dans les panaches émis par le "volcanisme" de surface.

Si ce modèle renforce l'idée de la possible émergence de vie "de type terrestre" dans le système solaire, la plus faible épaisseur de glace par rapport à l'épaisseur initialement escomptée permettrait aussi d'envisager de nouvelles méthodes d'analyse sensibles à l'écran formé par la glace, analyses qui permettraient de confirmer ou d'infirmer ce modéle.

 

Le communiqué de presse sur le site du CNRS : Un océan à seulement quelques kilomètres sous la surface glacée d'Encelade

Le communiqué de presse "pdf" CNRS - Univ. Nantes - Univ. Angers : Un océan à seulement quelques kilomètres sous la surface glacée d'Encelade

L'article de recherche : Ondrej Cadek, Gabriel Tobie, Tim Van Hoolst, Marion Masse, Gael Choblet, Axel Lefevre, Giuseppe Mitri, Rose-Marie Baland, Marie Behounkova, Olivier Bourgeois, Anthony Trinh, 2016. Enceladus's internal ocean and ice shell constrained from Cassini gravity, shape, and libration data, Geophysical Research Letters

 

À retrouver sur Planet-Terre :

- Encelade, le plus surprenant des satellites de Saturne : résultats du survol du 14 juillet 2005

- Volcanisme actif sur Encelade, Japet vu de loin et survol rapproché de Rhéa

- Quasi-tectonique des plaques sur Encelade, volcans actifs et pluies de méthane sur Titan...

- Du sel dans les anneaux de Saturne : un nouvel argument en faveur de la présence d'eau liquide à l'intérieur d'Encelade

- Les conditions de la vie, une particularité de la Terre dans le système solaire ?

- De l'eau à haute pression dans une presse à enclumes de diamants, de la glace à température ambiante

- ...