Contraintes sur la position de la potentielle neuvième planète

Restriction des directions d'observation par comparaison à un modèle de calcul

Une équipe composée de chercheurs de l'IMCCE et du laboratoire Géo-Azur apporte des contraintes pour la recherche de l'hypothétique neuvième planète du système solaire (cf. Une neuvième planète dans le système solaire ?).

C'est à partir du modèle de calcul de la distance Terre-Saturne et des données précises de la sonde Cassini que les calculs ont été menés. Ainsi, l'impact d'une planète de 10 masses terrestres (et autres caractéristiques déterminées par Batygin et Brown) a été testé dans toutes les directions : sur les 360° d'osbervation possible, deux zones totalisant 180° ont été exclues car la présence d'une telle planète dans ces zones induirait des perturbations ne correspondant pas aux différences entre modèle de calcul et mesures de Cassini. Il reste donc a priori 180° à prospecter ! Mais, les chercheurs ont pu montrer qu'une zone d'observation d'une vingtaines de degrés est à privilégier car la présence d'une planète y réduirait alors l'écart entre le modèle de calcul (prenant en compte tous les corps connus) et les observations fines de la sonde Cassini.

Il ne reste donc plus qu'à braquer les instruments à la recherche de la neuvième planète en excluant la moitié des directions et en privilégiant une "petite" zone de 20° !

Le communiqué de presse du CNRS : À la recherche de la neuvième planète.