Calcul de responsabililté climatique

Nouvelle méthode de calcul appliquée à la Chine dont la "responsabilité" a été revue à la baisse. Explications.

Une nouvelle méthodologie de calcul de la "responsabilité climatique" des états a été mise au point par une équipe franco-chimoise. Elle prend en compte les grands cycles biogéochimiques terrestre (carbone, gaz à effet de serre atmosphériques), des reconstituions 3D du transport et de la chimie des particules de l'atmosphère, ainsi que des reconstructions d'albédo étayées par des données satellitaires.

Appliquée à la Chine, cette méthodologie atténue la responsabilité climatique de la Chine dans le réchauffement actuel et ceci pour deux raisons principales, l'une méthodologico-historique, l'autre caractéristique du type de pollution chinois.

Méthodologiquement, l'impact des émissions des états est pris en compte depuis une nouvelle référence qui est l'année 1750. La Chine étant, par rapport à de nombreux autres pays, un pollueur, certes massif, mais relativement récent, sa resposnabilité climatique est de fait automatiquement diluée par raport aux "vieux" pollueurs.

En ce qui concerne les caractéristiques de  la pollution chinoise, la baisse de sa responsabilité est due aux aérosols sulfatés. Si la Chine contribue à à hauteur de 12% au forçage radiatif réchauffant, la forte émission d'aérosols sulfatés augmentant l'albédo porte la part de la Chine à environ 15% du forçage radiatif refroidissant. La part globale de la Chine au réchauffement effectif est alors évaluée à 10%.

Cette forte émission d'aérosols refroidissants entraînera à l'avenir une augmentation de la responsabilité de la Chine dans le forçage réchauffant du fait d'une politique annoncée d'amélioration de la qualité de l'air qui contribuera à diminuer ses émissions de particules et donc à diminuer l'effet refroidissant qui compense actuellement, pour partie, l'effet de ses émissions de CO2 et de méthane.

 

Le bref communiqué « Responsabilité climatique » : une nouvelle méthodologie appliquée à la Chine, sur le site du CNRS ou, plus développé, au format pdf.

La lettre à Nature de l'équipe franco-chinoise: Bengang Li et. al., mars 2016, “The contribution of China's emissions to global climate forcing”.

 

À lire ou relire sur Planet-Terre, l'article de V. Daniel Influence des variations de certains constituants atmosphériques sur le bilan énergétique terrestre et sur l'effet de serre, et les ressources associées.